Rue Saint-Georges : Différence entre versions

De WikiRennes

(lien interne)
 
(2 révisions intermédiaires par le même utilisateur non affichées)
Ligne 1 : Ligne 1 :
La '''rue Saint-Georges''' se situe dans le [[quartier Centre]]. Elle relie la [[place du Parlement de Bretagne]] à la [[rue Gambetta]]. Elle existait déjà au XIV<sup>e</sup> siècle.
+
La '''rue Saint-Georges''' se situe dans le [[quartier Centre]]. Elle relie la [[place du Parlement de Bretagne]] à la [[rue Gambetta]]. Elle existait déjà au XIV<sup>e</sup> siècle.Cette rue, qui ne fut pas atteinte par l'[[incendie de 1720]], tire son nom de l'antique monastère des Bénédictines de Saint-Georges (actuel [[palais Saint-Georges]]) auquel elle conduisait.
 
[[Fichier:Rennes Hôtel de la Moussaye-01.jpg|left|thumb|Façade de l’hôtel de la Moussaye, 3 rue Saint-Georges]]  [[Fichier:H%C3%B4tel_de_la_Moussaye138.jpg|200px|right|thumb|Cour intérieure de l'hôtel de la Moussaye]]
 
[[Fichier:Rennes Hôtel de la Moussaye-01.jpg|left|thumb|Façade de l’hôtel de la Moussaye, 3 rue Saint-Georges]]  [[Fichier:H%C3%B4tel_de_la_Moussaye138.jpg|200px|right|thumb|Cour intérieure de l'hôtel de la Moussaye]]
  
Ligne 11 : Ligne 11 :
 
[[Fichier:Foullis_de_toits.png|300px|right|thumb|Entre rue Saint-Georges et [[église Saint-Germain]] le fouillis des toits]]
 
[[Fichier:Foullis_de_toits.png|300px|right|thumb|Entre rue Saint-Georges et [[église Saint-Germain]] le fouillis des toits]]
 
[[Fichier:Cours_secr%C3%A8tes.png|300px|center|thumb|Les petites cours secrètes entre rue Saint-Georges et contour Saint-Germain]]
 
[[Fichier:Cours_secr%C3%A8tes.png|300px|center|thumb|Les petites cours secrètes entre rue Saint-Georges et contour Saint-Germain]]
Cette rue, qui ne fut pas atteinte par l'[[incendie de 1720]], tire son nom de l'antique monastère des Bénédictines de Saint-Georges (actuel [[palais Saint-Georges]]) auquel elle conduisait.
 
 
 
 
 
== Patrimoine ==
 
== Patrimoine ==
  
Ligne 27 : Ligne 23 :
 
== Ses habitants ==
 
== Ses habitants ==
  
Au 18e siècle, la rue n'ayant pas été touchée par l'[[incendie de 1720]], héberge des parlementaires, riches veuves aristocrates et bourgeois dans des hôtels ou "maisons à plusieurs", des commerces et des métiers de l'artisanat, notamment des brodeuses, telle Ursule Desprez Forestier dans la 11e "maison à plusieurs". <ref> ''Ursule Louise Desprez de la Marre, veuve Forestier (1687-1745) brodeuse de fils d'or et d'argent à Rennes'', Shanty Turck. Bulletin et mémoires de la [[Société archéologique et historique d'Ille-et-Vilaine SAHIV]], tome CXXII - 2018</ref>
+
Au 18e siècle, la rue n'ayant pas été touchée par l'[[incendie de 1720]], héberge des parlementaires, riches veuves aristocrates et bourgeois dans des hôtels ou "maisons à plusieurs", des commerces et des métiers de l'artisanat, notamment des brodeuses, telle Ursule Desprez Forestier dans la 11e "maison à plusieurs", dont les voisins de palier sont tapissier, perruquier et tailleur.
 
La rue n'avait pas une population particulière, mais la proximité du parlement ne pouvait que favoriser la présence de juristes. Un acte sous seing privé du 19 juin [[1810]] oriente le projecteur sur un « praticien » et ce pour quoi on pouvait le solliciter loin de Rennes :
 
La rue n'avait pas une population particulière, mais la proximité du parlement ne pouvait que favoriser la présence de juristes. Un acte sous seing privé du 19 juin [[1810]] oriente le projecteur sur un « praticien » et ce pour quoi on pouvait le solliciter loin de Rennes :
 
{{citation|texte=Pouvoir par Marguerite Mehault, femme de Jean Percevaux demeurant à Rennes, demanderesse en séparation de corps et biens à ''Pierre Granger, praticien'' demeurant à Rennes rue St Georges de se transporter à Plélan et de requérir l'apposition des scellés sur tous les meubles, effets et marchandises qui appartiennent à son mari. <br />Reçu un franc.|origine=Cote 3Q 27 238 des Archives d'Ille-et-Vilaine.}}
 
{{citation|texte=Pouvoir par Marguerite Mehault, femme de Jean Percevaux demeurant à Rennes, demanderesse en séparation de corps et biens à ''Pierre Granger, praticien'' demeurant à Rennes rue St Georges de se transporter à Plélan et de requérir l'apposition des scellés sur tous les meubles, effets et marchandises qui appartiennent à son mari. <br />Reçu un franc.|origine=Cote 3Q 27 238 des Archives d'Ille-et-Vilaine.}}
Ligne 36 : Ligne 32 :
  
 
== Bibliographie ==
 
== Bibliographie ==
*C. Pele, ''La rue Saint-Georges de 1370 à la révolution de 1789'', DES : Arts, Rennes 2, 1964, 77 p. Bibliothèque des Arts, Lettres, Communication.
+
* ''La rue Saint-Georges de 1370 à la révolution de 1789'', C. Pele,DES : Arts, Rennes 2, 1964, 77 p. Bibliothèque des Arts, Lettres, Communication.
*Céline Chauvel, ''La Rue Saint-Georges (1750-1850)'', Maîtrise d'histoire, Rennes 2, 1997, 176 p. CERHIO.
+
*''La Rue Saint-Georges (1750-1850)'', Céline Chauvel, maîtrise d'histoire, Rennes 2, 1997, 176 p. CERHIO.
*Régis Hamon, ''La Rue Saint-Georges (1850-1900)'', Maîtrise d'histoire, Rennes 2, 2000, 203 p. CERHIO.
+
* ''La Rue Saint-Georges (1850-1900)'',Régis Hamon, maîtrise d'histoire, Rennes 2, 2000, 203 p. CERHIO.
 +
*''Ursule Louise Desprez de la Marre, veuve Forestier (1687-1745) brodeuse de fils d'or et d'argent à Rennes'', Shanty Turck. Bulletin et mémoires de la [[Société archéologique et historique d'Ille-et-Vilaine (SAHIV)]], tome CXXII - 2018
  
 
== Lien interne ==
 
== Lien interne ==

Version actuelle en date du 13 juin 2018 à 20:05

La rue Saint-Georges se situe dans le quartier Centre. Elle relie la place du Parlement de Bretagne à la rue Gambetta. Elle existait déjà au XIVe siècle.Cette rue, qui ne fut pas atteinte par l'incendie de 1720, tire son nom de l'antique monastère des Bénédictines de Saint-Georges (actuel palais Saint-Georges) auquel elle conduisait.

Façade de l’hôtel de la Moussaye, 3 rue Saint-Georges
Cour intérieure de l'hôtel de la Moussaye

Histoire[1]

Façade de l'hôtel de Chalain
En levant le nez, rue Saint-Georges, n°23... - (de Wikimedia Commons)
La rue Saint-Georges, vue vers l'est (photo Trizec, de Wikimedia Commons)
Imposant immeuble à pans de bois, n° 8 et 10 - (de Wikimedia Commons)
Hôtel de la Moussaye, en levant le nez...
Entre rue Saint-Georges et église Saint-Germain le fouillis des toits
Les petites cours secrètes entre rue Saint-Georges et contour Saint-Germain

Patrimoine

La rue Saint-Georges est l'une des rues rennaises qui possèdent le plus riche patrimoine architectural : quatorze de ses bâtiments sont inscrits et/ou classés au titre des monuments historiques[2].

Aux 17e et 18e siècles, la rue Saint-Georges se composait en grande partie d'hôtels appartenant à des familles parlementaires, notamment les hôtels de Chalain, de Bréquigny, de Coëtlogon, de Fouesnel, de Lasse, etc.

L'hôtel de Lasse, au n° 3, du nom des Hubert de Lasse, conseillers au Parlement de Bretagne, devenu plus tard hôtel de la Moussaie, a conservé en partie son ancienne physionomie, ainsi que l'on peut s'en convaincre en pénétrant dans la cour du n° 3 où l'on remarque avec intérêt une jolie façade Renaissance en bois sculpté avec pilastres cannelés et consoles renflées, touchant une autre façade en granit percée de fenêtres moulurées et flanquée d'une tourelle carrée en encorbellement.

Au n° 15 se trouvait au XIXe siècle, le presbytère de la paroisse Saint-Germain, établi dans l'ancien hôtel de Christophe Fouquet, seigneur de Chalain, président au Parlement de Bretagne. Ce fut plus tard l'hôtel de Montluc. En 1793, il reçut le nom d'hôtel de la Montagne et servit de résidence au proconsul Carrier.

Ses habitants

Au 18e siècle, la rue n'ayant pas été touchée par l'incendie de 1720, héberge des parlementaires, riches veuves aristocrates et bourgeois dans des hôtels ou "maisons à plusieurs", des commerces et des métiers de l'artisanat, notamment des brodeuses, telle Ursule Desprez Forestier dans la 11e "maison à plusieurs", dont les voisins de palier sont tapissier, perruquier et tailleur. La rue n'avait pas une population particulière, mais la proximité du parlement ne pouvait que favoriser la présence de juristes. Un acte sous seing privé du 19 juin 1810 oriente le projecteur sur un « praticien » et ce pour quoi on pouvait le solliciter loin de Rennes :

« Pouvoir par Marguerite Mehault, femme de Jean Percevaux demeurant à Rennes, demanderesse en séparation de corps et biens à Pierre Granger, praticien demeurant à Rennes rue St Georges de se transporter à Plélan et de requérir l'apposition des scellés sur tous les meubles, effets et marchandises qui appartiennent à son mari.
Reçu un franc. »


Origine : Cote 3Q 27 238 des Archives d'Ille-et-Vilaine.licence

Aux 19e et 20e siècles, une importante population de toutes classes sociales s'entassait dans ses maisons anciennes et les cafés-cidres, boutiques d'alimentation occupaient les rez-de-chaussée des petits immeubles.


Bibliographie

  • La rue Saint-Georges de 1370 à la révolution de 1789, C. Pele,DES : Arts, Rennes 2, 1964, 77 p. Bibliothèque des Arts, Lettres, Communication.
  • La Rue Saint-Georges (1750-1850), Céline Chauvel, maîtrise d'histoire, Rennes 2, 1997, 176 p. CERHIO.
  • La Rue Saint-Georges (1850-1900),Régis Hamon, maîtrise d'histoire, Rennes 2, 2000, 203 p. CERHIO.
  • Ursule Louise Desprez de la Marre, veuve Forestier (1687-1745) brodeuse de fils d'or et d'argent à Rennes, Shanty Turck. Bulletin et mémoires de la Société archéologique et historique d'Ille-et-Vilaine (SAHIV), tome CXXII - 2018

Lien interne

Notes et références

Commons-logo.svg

Wikimedia Commons propose des documents multimédia libres sur « Rue Saint-Georges ».

  1. http://www.wiki-rennes.fr/Notices_sur_les_rues_de_Rennes_1883 - Notices sur les Rues, Ruelles, Boulevards, Quais, Ponts, Places & Promenades de la ville de Rennes, Rennes, 1883, p. 62, par Lucien Decombe
  2. http://www.culture.gouv.fr/public/mistral/dapamer_fr - Liste des bâtiments protégés de Rennes sur la base Mérimée du ministère de la Culture


Sur la carte

Chargement de la carte...

Galerie cartes postales


Toutes les cartes de la Collection YRG avec l'index cartes postales ou le mot clé YRG dans le moteur de recherche de Wikirennes.

Pour déambuler dans les rues de Rennes, son histoire et la collection, cliquer ici 603

.