Difference between revisions of "Rue Théodore Botrel"

From WikiRennes
Jump to: navigation, search
(photo)
 
Line 32: Line 32:
 
Pour déambuler dans les rues de Rennes, son histoire et la ''Collection YRG'', cliquer '''[[ici 526]]'''
 
Pour déambuler dans les rues de Rennes, son histoire et la ''Collection YRG'', cliquer '''[[ici 526]]'''
 
[[Fichier:W1690.jpg|vignette|380x380px|centré|''Tout à gauche,'' à la fête des fleurs de Rennes 1910. ''Extrait d'une carte postale Coll. YRG et AmR 44Z0374'']]
 
[[Fichier:W1690.jpg|vignette|380x380px|centré|''Tout à gauche,'' à la fête des fleurs de Rennes 1910. ''Extrait d'une carte postale Coll. YRG et AmR 44Z0374'']]
== Sur la carte ==
+
 
{{#display_points: Rue Théodore Botrel, Rennes |width=450|zoom=14}}
 
  
 
== Note et références ==  
 
== Note et références ==  
 
<references />
 
<references />
 
 
 
 
 
  
  

Latest revision as of 15:14, 29 September 2019

La paimpolaise.png
Théodore Botrel. Chansonnier aux Armées 1914 - 1915, en uniforme du 41e RI. Coll. E. Hamonic, St-B. 4498. Coll. YRG
Partition de Théodore Botrel, dédiée à son ancien régiment, le 41e de Ligne à Rennes. Carte postale Coll. YRG

La rue Théodore Botrel se situe dans le quartier 8 : Sud-Gare et prend son origine sur la rue de Riaval. Cette voie fut dénommée impasse par délibération du conseil municipal de la Ville de Rennes le 27 octobre 1938 puis rue par délibération du conseil municipal de la Ville de Rennes le 2 juin 1986[1].


Cette voie rend hommage à :

Théodore Botrel

Chansonnier breton

( 14 septembre 1868, Dinan - 26 juillet 1925, Pont-Aven)

Il est l'auteur de la célèbre chanson La Paimpolaise. Théodore Botrel est le seul Breton a avoir été couronné par un prix de l'Académie française:

en 1898 pour ses Chansons de chez nous (en pays gallo)

en 1906 pour sa pièce de théâtre Notre Dame Guesclin

en 1911 pour sa poésie dans le livre Les Alouettes

Charles Le Goffic, [2] pourtant partial envers ses compatriotes, disait de Botrel que son œuvre sonnait creux à maints endroits, que sa langue était pauvre mais reconnaissait qu'il était la chanson faite homme, que sa chanson était mâle, nostalgique... en précisant... quelquefois. Patriote, il mit ses chansons au diapason de la guerre 1914-1918. Léon Durocher, pourtant né à Pontivy, alla jusqu'à l'appeler le "Breton de Montmartre".

Certains l'ont accusé d'opportunisme, d'exploitation, d'avoir inventé de toutes pièces un folklore et d'avoir profité de la naïveté d'un public. La vérité est qu'il fut un peu tout cela mais il a écrit et créé des chansons qui sont passées dans le répertoire de chanteurs et chanteuses aussi disparates que Mayol, Eugénie Buffet, Paul Delmet, André Claveau et Charlus et qu'il a été, pendant un long moment, chanté dans toute la francophonie.

Il fait partie des principaux collaborateurs au journal "La Vie Rennaise"[3]. Pour déambuler dans les rues de Rennes, son histoire et la Collection YRG, cliquer ici 526

Tout à gauche, à la fête des fleurs de Rennes 1910. Extrait d'une carte postale Coll. YRG et AmR 44Z0374


Note et références

  1. Délibérations municipales, Archives de Rennes
  2. Rue Charles Le Goffic
  3. Selon le prospectus annonçant la fondation du journal daté du 25 septembre 1909