Rue de la Parcheminerie : Différence entre versions

De WikiRennes
m (ajout extraits ouest-eclair)
m (précisions)
 
Ligne 2 : Ligne 2 :
 
La '''rue de la Parcheminerie''' est une voie est-ouest reliant la [[rue de Nemours]] à la [[rue Jean-Denis Lanjuinais]].
 
La '''rue de la Parcheminerie''' est une voie est-ouest reliant la [[rue de Nemours]] à la [[rue Jean-Denis Lanjuinais]].
  
Cette rue très ancienne tient son nom de l'activité des ''parcheminiers'' qui, aux 17e et 18e siècles, y préparaient et y vendaient les parchemins. La rue était jadis plus longue et avait un autre tracé partant de la [[rue Vasselot]] pour rejoindre la [[rue du Champ Dolent]], dans laquelle on abattait les bêtes. Les parcheminiers dégraissaient les peaux de mouton, agneau, chevreau, porc ou veau puis les trempaient dans un bain de chaux, les raclaient au couteau, les polissaient avec une pierre ponce et les séchaient. Ces activités nécessitaient de l'eau que donnait un bras de la [[Vilaine]] proche de ces rues, le ruisseau de Brécé.
+
Cette rue très ancienne tient son nom de l'activité des ''parcheminiers'' qui, aux 17e et 18e siècles, y préparaient et y vendaient les parchemins. On parlait alors de la "rue de la Basse-Parcheminerie", en opposition à la "rue de la Haute-Parcheminerie" placée à cette époque au nord de la [[Vilaine]]. La rue était jadis plus longue et avait un autre tracé partant de la [[rue Vasselot]] pour rejoindre la [[rue du Champ Dolent]], dans laquelle on abattait les bêtes. Les parcheminiers dégraissaient les peaux de mouton, agneau, chevreau, porc ou veau puis les trempaient dans un bain de chaux, les raclaient au couteau, les polissaient avec une pierre ponce et les séchaient. Ces activités nécessitaient de l'eau que donnait un bras de la [[Vilaine]] proche de ces rues, le ruisseau de Brécé.
 
{{Citation|texte=''Au moyen-âge, les différentes spécialités avaient leurs rues : il y avait par exemple la '''rue de la Parcheminerie''' (pour les parcheminiers), la [[rue de la Poulaillerie]] (pour les marchands de volailles). Au dix-huitième siècle, cette division professionnelle de la voirie n'a pas subsisté : pourtant, en 1730, M. Dottin trouve encore 50 bouchers [[rue du Champ-Dolent]], 34 marchands de poisson dans la [[rue de Rohan|rue de la Poissonnerie]], 8 marchands de drap dans la [[rue aux Foulons|rue au Foulon]].|auteur=L'Ouest-Eclair|origine=Numéro du 27 janvier 1914|collecteur=Manu35|date=2018}}
 
{{Citation|texte=''Au moyen-âge, les différentes spécialités avaient leurs rues : il y avait par exemple la '''rue de la Parcheminerie''' (pour les parcheminiers), la [[rue de la Poulaillerie]] (pour les marchands de volailles). Au dix-huitième siècle, cette division professionnelle de la voirie n'a pas subsisté : pourtant, en 1730, M. Dottin trouve encore 50 bouchers [[rue du Champ-Dolent]], 34 marchands de poisson dans la [[rue de Rohan|rue de la Poissonnerie]], 8 marchands de drap dans la [[rue aux Foulons|rue au Foulon]].|auteur=L'Ouest-Eclair|origine=Numéro du 27 janvier 1914|collecteur=Manu35|date=2018}}
  
Ligne 10 : Ligne 10 :
  
 
''[...] Quant à la '''rue de la Parcheminerie''', elle partira rue de Nemours pour se terminer rue Lanjuinais, supprimant ainsi une partie de la rue du Champ-Dolent.|auteur=L'Ouest-Eclair|origine=Numéro du 23 juillet 1903|collecteur=Manu35|date=2018}}
 
''[...] Quant à la '''rue de la Parcheminerie''', elle partira rue de Nemours pour se terminer rue Lanjuinais, supprimant ainsi une partie de la rue du Champ-Dolent.|auteur=L'Ouest-Eclair|origine=Numéro du 23 juillet 1903|collecteur=Manu35|date=2018}}
 +
 +
La '''rue de la Parcheminerie''' est le lieu d'installation sur sa partie centrale du "''fourneau Leperdit''", "''un petit baraquement en planches recouvert sur ses côtés d'affiches multicolores''"<ref>L'Ouest-Eclair du 30 septembre 1933, page 8</ref>. D'abord appelé "''Marmite du pauvre''", puis "''Fourneau de la Presse''", il s'agit d'une cantine où "''pour 1 fr. 50, on peut se procurer une soupe, un plat de légumes et un plat de viande''"<ref>L'Ouest-Eclair du 8 décembre 1931, page 5</ref>. Mis en place par le Comité de secours aux Indigents basé au 9 [[rue de La Chalotais]], un groupe de personnalités rennaises fondé en 1879 qui fut présidé à l'entre-deux guerres par le docteur [[René Patay]], ce service de restauration est financé par les industriels, commerçants et habitants rennais. Chaque hiver, 15 à 20 000 rations sont distribuées aux plus nécessiteux, vieillards, pauvres, familles nombreuses, chômeurs. 6 de ces cantines existent en 1917. Les vieux locaux du fourneau Leperdit sont détruits en juin 1936 et l'activité est déplacée pour l'hiver suivant [[rue de Brest]].
 +
 +
Aujourd'hui, le Fourneau, restaurant social Leperdit, se situe au n°5 [[rue Clémence Royer]] à Rennes<ref>https://metropole.rennes.fr/organisme/le-fourneau-restaurant-social-leperdit-1305</ref>.
  
 
== Urbanisme ==
 
== Urbanisme ==

Version actuelle datée du 11 février 2019 à 16:08

Un article très intéressant sur la rue de la Parcheminerie, publié le 16 février 1937 dans le journal L'Ouest-Eclair

La rue de la Parcheminerie est une voie est-ouest reliant la rue de Nemours à la rue Jean-Denis Lanjuinais.

Cette rue très ancienne tient son nom de l'activité des parcheminiers qui, aux 17e et 18e siècles, y préparaient et y vendaient les parchemins. On parlait alors de la "rue de la Basse-Parcheminerie", en opposition à la "rue de la Haute-Parcheminerie" placée à cette époque au nord de la Vilaine. La rue était jadis plus longue et avait un autre tracé partant de la rue Vasselot pour rejoindre la rue du Champ Dolent, dans laquelle on abattait les bêtes. Les parcheminiers dégraissaient les peaux de mouton, agneau, chevreau, porc ou veau puis les trempaient dans un bain de chaux, les raclaient au couteau, les polissaient avec une pierre ponce et les séchaient. Ces activités nécessitaient de l'eau que donnait un bras de la Vilaine proche de ces rues, le ruisseau de Brécé.

« Au moyen-âge, les différentes spécialités avaient leurs rues : il y avait par exemple la rue de la Parcheminerie (pour les parcheminiers), la rue de la Poulaillerie (pour les marchands de volailles). Au dix-huitième siècle, cette division professionnelle de la voirie n'a pas subsisté : pourtant, en 1730, M. Dottin trouve encore 50 bouchers rue du Champ-Dolent, 34 marchands de poisson dans la rue de la Poissonnerie, 8 marchands de drap dans la rue au Foulon. »

— L'Ouest-Eclair
Origine : Numéro du 27 janvier 1914 • Recueilli par Manu35 • 2018licence


« Dénomination de rues.

Par arrêté municipal du 20 juillet, les innombrables petits bouts de rues qui se trouvent aux environs de la rue de Nemours et de la place de la Halle-aux Blés viennent de voir réviser leur état-civil et d'être baptisé de noms en rapport avec l'emplacement qu'ils occupent.

[...] Quant à la rue de la Parcheminerie, elle partira rue de Nemours pour se terminer rue Lanjuinais, supprimant ainsi une partie de la rue du Champ-Dolent. »

— L'Ouest-Eclair
Origine : Numéro du 23 juillet 1903 • Recueilli par Manu35 • 2018licence

La rue de la Parcheminerie est le lieu d'installation sur sa partie centrale du "fourneau Leperdit", "un petit baraquement en planches recouvert sur ses côtés d'affiches multicolores"[1]. D'abord appelé "Marmite du pauvre", puis "Fourneau de la Presse", il s'agit d'une cantine où "pour 1 fr. 50, on peut se procurer une soupe, un plat de légumes et un plat de viande"[2]. Mis en place par le Comité de secours aux Indigents basé au 9 rue de La Chalotais, un groupe de personnalités rennaises fondé en 1879 qui fut présidé à l'entre-deux guerres par le docteur René Patay, ce service de restauration est financé par les industriels, commerçants et habitants rennais. Chaque hiver, 15 à 20 000 rations sont distribuées aux plus nécessiteux, vieillards, pauvres, familles nombreuses, chômeurs. 6 de ces cantines existent en 1917. Les vieux locaux du fourneau Leperdit sont détruits en juin 1936 et l'activité est déplacée pour l'hiver suivant rue de Brest.

Aujourd'hui, le Fourneau, restaurant social Leperdit, se situe au n°5 rue Clémence Royer à Rennes[3].

Urbanisme



Sur la carte

Chargement de la carte...
  1. L'Ouest-Eclair du 30 septembre 1933, page 8
  2. L'Ouest-Eclair du 8 décembre 1931, page 5
  3. https://metropole.rennes.fr/organisme/le-fourneau-restaurant-social-leperdit-1305