Difference between revisions of "Sylvie Béguin"

From WikiRennes
Jump to: navigation, search
(Sur la carte)
(Sur la carte)
 
Line 19: Line 19:
 
==Sur la carte==
 
==Sur la carte==
  
{{#display_map: Programme Chromosome |width=450|zoom=14}}
+
{{#display_map: Programme Chromosome |width=450|zoom=17}}
  
 
==Liens externes==
 
==Liens externes==

Latest revision as of 16:07, 26 March 2020

Historienne d’Art (1919 - 2010) [1].

Qui est-elle?

Madeleine, Marie, Yvonne Gabrielle Chaussepied est née le 10 octobre 1919, à Saint-Malo, d’une mère femme au foyer et d'un père huissier.

Après de brillantes études de philosophie et d’histoire de l’Art, elle est diplômée de l’École du Louvre. En 1939, elle épouse Michel Béguin, à la mairie du 7e arrondissement de Paris et devient Sylvie Béguin. En 1946, Elle intègre le Musée du Louvre en tant que chargée de mission au département des peintures. En 1950, elle soutient une thèse consacrée au peintre italien de la Renaissance, né au XVIe siècle, Niccolo dell’Abbate. En 1953, Sylvie Béguin est nommée assistante-conservateur au Louvre. En 1972, elle consacre une exposition sur ce sujet au Grand-Palais, à Paris. A plusieurs reprises, elle se retrouve commissaire d’expositions importantes sur la même période : la Collection François 1er (1972), le Studiolo d’Isabelle d’Este (1975), le XVIe siècle florentin du Louvre (1982), Solario (1985)

En 1983, peu de temps avant une exposition consacrée à Raphaël, le peintre-architecte des XVe et XVIe siècles, au Grand-Palais, Sylvie Béguin identifie dans un fragment du retable provenant de l'église Sant'Agostino de Città di Castello, la main de cet artiste. Elle est directrice du Service d’étude et de documentation du département des peintures jusqu’à son départ en retraire en 1985. En 2005, elle fait une dernière exposition sur le peintre italien qui fut le sujet de sa thèse, Niccolo dell'Abate, à Molène, en Italie, ville de naissance du peintre.

Sylvie Béguin décède à Ivry-sur-Seine (94), à l'âge de 90 ans, le 20 mars 2010.

Elle s'est occupée de la Joconde

De 1967 à 1972, elle est conservatrice puis conservatrice en chef, chargée des collections de la Renaissance Italienne ou Française et par ce fait, elle s’occupe de la Joconde. Ce n’est pas sans difficulté qu’elle est obligée de s’imposer dans un milieu dominé par les hommes. Elle devient la spécialiste de "l’École de Fontainebleau", sur l’histoire de l’art français des XVIe et XVIIe siècles, à laquelle elle consacre plusieurs ouvrages qui vont être des références dans le domaine.

Sur la carte

Chargement de la carte...

Liens externes

Notes et références

  1. à partir de la notice rédigée par Joël David, chargé d'odonymie à la Ville de Rennes, Rennes Métropole

Projet porté par Joël David Chargé d'odonymie à la Ville de Rennes

Propos recueilli par Elisa Triquet Médiatrice numérique