T.I.V. : Différence entre versions

De WikiRennes

Ligne 32 : Ligne 32 :
  
 
[[Fichier:TIV place de la Mission.png|thumb|Passage du tramway sur la place de la Mission]]
 
[[Fichier:TIV place de la Mission.png|thumb|Passage du tramway sur la place de la Mission]]
<br><br><br><br><br><br><br><br><br><br><br><br><br><br><br><br>
+
<br><br><br><br><br><br><br><br><br><br><br><br><br><br><br><br><br><br><br>
 
==Notes et références==
 
==Notes et références==
 
<references/>
 
<references/>

Version du 20 avril 2017 à 11:16

La gare des TIV, place de la Mission, vers 1910 (carte "La Cigogne", Rennes)

Les T.I.V, acronyme pour Tramways d'Ille-et-Vilaine, consistaient en un réseau à voie métrique qui comporta dans le département jusqu'à 11 lignes dont 6 partant et arrivant de Rennes la reliant à Saint-Malo, Antrain et Pleine-Fougères, Fougères, la Guerche, Le Grand-Fougeray, Redon par Maure et par Plélan. Elles furent exploitées de la fin du 19e au milieu du 20e siècle. Contrairement à ce que l'on peut penser au vu du nom, il s'agissait non pas de tramways, mais de petits trains à vapeur avec locomotive à haute cheminée, tender et trois ou quatre wagons de voyageurs, voire de marchandises.

Les principales lignes avec leurs années d'ouverture et de fermeture :

  • Rennes - Fougères 1897 - 1949 - 50,5 km
  • Rennes - La Guerche 1897 - 1947 - 30,4 km
  • Rennes - Redon 1898 - 1948 - 65,2 km
  • Rennes - Saint-Malo 1901 - 1950 - 79,9 km
  • Rennes - Le Grand-Fougeray 1910 - 1937 - 54,1 km

Plusieurs gares existaient dans Rennes : la gare de la Touche (boulevard de Verdun, face à la caserne Mac-Mahon), celle du Mail (près de la place de la Mission en 1910), la gare de Viarmes ou du Mail d'Onges (sur un emplacement situé aujourd'hui entre la rue de Viarmes et le quai Dujardin), ou encore la gare Saint-Cyr en 1911 (bâtiment des chèques postaux sur l'actuel mail François Mitterrand).

La locomotive des T.I.V.,Corpet et Louvet n°104, effectue à partir de 1902 le service Rennes-Chateaugiron

La ville de Rennes disposa ainsi, à partir de 1888, d'une étoile ferroviaire des plus denses et des plus efficaces de France, qui proposait des liaisons entre les zones rurales et la ville centre jusqu'aux extrémités du département.

La gare de Viarmes, gare des TIV sur les quais, vers 1910.(cartes "La Cigogne", Rennes)
T.I.V. en partance pour Saint-Malo, Croix de la Mission, en 1946

Le "tortillard" - ainsi l'appelaient les Rennais - devenait aussi "un train de plaisir" pour Saint-Malo sur la journée.

L'hiver, un employé distribuait dans chaque wagon de longues bouillotes plates en tôle emplies d'eau chaude. Disposées le long des bancs installés latéralement, elles visaient le confort des pieds des passagers ainsi gardés au chaud pendant une heure, temps bien inférieur, vu la petite vitesse et le nombre d'arrêts, à celui de plusieurs heures nécessaire pour atteindre des gares terminus.

En 1938, 6 autorails Billard à moteur Diesel modernisent le réseau

En août 1938, lors d'une vague de chaleur, les T.I.V proposaient des excursions à prix réduits "pour permettre aux enfants des écoles et à leurs familles de se rendre à la campagne", avec des départs de Rennes - Saint-Cyr à 13h00 pour se rendre à Mi-Forêt et retour à 18h33 (durée du trajet : 56 minutes) et à 9h06 pour se rendre à Paimpont-Les Forges et retour à 18h45 (durée du trajet 1h40)[1].

L'Ouest-Éclair du 4 juillet 1940, premier numéro à paraître depuis l'occupation et la censure allemandes, donne, avec photo d'un tortillard à la gare de la place de la Mission, un article intitulé "Décadence et grandeur - Les T.I.V. à l'ordre du Département", exaltant la reprise de service du vieux tortillard que la micheline avait peu à peu remplacé pour le transport des voyageurs : "Il passe triomphant, ferraillant, crachant sa fumée noire dans nos campagnes et sur les quais rennais". Pendant la seconde guerre mondiale, ce réseau facilita le ravitaillement puis l'évacuation des Rennais sous la menace des bombardements. Le trafic voyageurs, tombé à 595 366 en 1936 était remonté à 1 969 370 en 1943 en raison de la détérioration du réseau principal dû à la guerre.


Passage du tramway sur la place de la Mission




















Notes et références

  1. Ouest-Eclair du 4 août 1938

Articles connexes



Galerie cartes postales

- En ville - Gare centrale des Chemins de fer d'Ille et Vilaine (gare de La Touche) - Gare de Saint-Cyr- Gare de la place de la Mission- Gare de Viarmes