Bannière liberation Rennes 2.jpg

A l'occasion des 80 ans de la libération de Rennes, (re)découvrez l'ensemble des
contributions autour de la Seconde Guerre mondiale et de la libération sur Wiki-Rennes.

Rue Sous-Lieutenant Fournier

From WikiRennes
Revision as of 14:12, 23 January 2024 by Manu35 (talk | contribs) (ajout précisions)
(diff) ← Older revision | Latest revision (diff) | Newer revision → (diff)
Jump to navigationJump to search

La rue Sous-Lieutenant Fournier se situe dans le quartier 12 : Bréquigny entre la rue Louis et René Moine et le boulevard de l'Yser. Cette voie fut dénommée par délibération du conseil municipal de la Ville de Rennes le 23 décembre 1970[1]. Des obstacles infranchissables y sont placés à chacune des deux entrées, si bien qu'elle est réservée aux véhicules de sécurité. La plaque de rue a été retirée entre 2014 et 2015 et n'a pas été replacée jusqu'à aujourd'hui.

Cette voie rend hommage au sous-lieutenant Eugène Louis Georges Fournier des Forces Françaises Combattantes (16 septembre 1920, Landau in der Pfalz, Allemagne - 2 novembre 1957, Algérie)

Né à une trentaine de kilomètres de la frontière franco-allemande, d'un père militaire ayant résidé à Damgan (56) en 1911 à son propre mariage, Eugène Fournier est engagé volontaire à l'I.M de Rochefort (17) le 31 mars 1939, sous lieutenant de l'Arme Blindée Cavalerie, homologué F.F.L.[2] et décoré de la Croix de Guerre.

Marié le 26 décembre 1944 à Paris (18e) avec Jacqueline Louise Andrée Lucen, qui exerce la profession d'institutrice publique, il est noté dans l'acte de mariage qu'il est domicilié au 50 boulevard de la Liberté à Rennes, qu'il est "actuellement étudiant, sergent au 501e régiment de chars de combat Wikipedia-logo-v2.svg" (régiment qui donna naissance en 1940 à la 1re compagnie autonome de chars de la France libre qu'il a certainement servi, en Egypte, au Gabon ou en Syrie entre 1940 et 1943, puis lors de la Libération, et dont le général Leclerc[3] dira à la fin de la campagne « Jamais le 501e ne m'a déçu »), et que sa présence a été autorisée par le colonel commandant du régiment[4].

Il devient après la seconde guerre mondiale chef de la SAS Wikipedia-logo-v2.svg de Gouraye (département de Bône)[5]. Il est tué à 37 ans près de El Kouif, une commune de l'Aurès, une région en partie montagneuse située dans le Nord-Est de l'Algérie. Un monument de la ville de Rochefort le cite[6].

Sur la carte

Chargement de la carte...

Note et références

  1. Délibérations municipales, Archives de Rennes
  2. Cote GR 16 P 231336 - Dossiers administratifs de résistantes et résistants
  3. avenue Général Leclerc
  4. Archives numérisées de la ville de Paris
  5. https://www.miages-djebels.org/IMG/pdf/no10_dec-98_16pages_copie.pdf
  6. https://nl.geneanet.org/kerkhof/view/166945/persons/?individu_filter=FAGOT%2BRoger