Auguste Lajat

From WikiRennes
Jump to: navigation, search

Auguste Lajat

Le maire Lajat

Maire de Rennes


(15 octobre 1840, Domagné - 7 juin 1910, Rennes)

Auguste Marie Ligori Lajat est un commerçant en grain et fourrage. Deuxième adjoint, le 2 août 1897 il est élu maire de Rennes, remplaçant Auguste Poulin, démissionnaire. Pendant le procès de révision d'Alfred Dreyfus à Rennes, il s'employa à maintenir une attitude neutre en ville pour que les sessions aient une bonne tenue. Au conseil, il est en butte aux oppositions de ses adjoints MM. Levron et Malherbe. Aux élections municipales de 1900, est élu Eugène Pinault, républicain allié aux royalistes. Dès lors il se retira "dans sa maison champêtre située à l'extrémité de la ville ne s'occupant guère plus de politique" (108 rue de Lorient, presque en face du chemin qui conduit au Moulin du Comte[1]). Conformément à sa demande, une fois considéré comme mort il eut le cœur percé[2], opération effectuée par le Dr Baderot [3].

C'est lui qui lança les procédures de construction des pavillons des hospices de Ponchaillou, aujourd'hui Centre hospitalier universitaire (CHU)‎‎, par la mise la mise en concurrence des entrepreneurs, le 9 mars 1899. Les travaux n'y prirent d'ailleurs fin que peu avant sa mort, en 1908[4].


« Aussi, hier, nombreux étaient les vieux Rennais évoquant leurs souvenirs sur le Procès de Rennes en 1899. [...] On se rappelait dans quelle situation se trouvait alors la France, divisée en deux camps bien tranchés ; les passions étaient démontées. [...] A Rennes, M. Lajat était maire ; on lui enleva la police de la ville, qui fut assurée par la police de Paris. »

— L'Ouest-Eclair
Origine : Numéro du 14 juillet 1935, page 7 • Recueilli par Manu35 • 2021licence

Références

https://books.openedition.org/pur/43169?lang=fr : L'administration Lajat. J-F Tanguy PUR

  1. Ouest-Eclair 26 octobre 1907, page 4
  2. Ouest-Eclair 8 juin 1910
  3. Rue Docteur Baderot
  4. L'Ouest-Eclair, numéro du 9 juin 1908, page 1