Crèche Françoise Dolto

From WikiRennes
Jump to: navigation, search

La crèche Françoise Dolto a été dénommée par la délibération du conseil municipal du 7 novembre 1994. La Ville de Rennes ne pouvait donner le nom de Françoise Dolto qu'à un établissement accueillant des enfants.

Biographie de Françoise Dolto, pédiatre et psychanalyste[1]

Françoise Marette est née le 6 novembre 1908, à Paris 16e, dans une famille bourgeoise, chrétienne dont le père est ingénieur et la mère élève ses enfants d'une manière tyrannique. Françoise est la quatrième enfant de la famille qui va en compter sept (deux filles, cinq garçons). Très tôt, au sein du milieu familial elle détecte dans cette petite société les malentendus, contresens et non-dits qui existent entre les humains et particulièrement entre les adultes et les enfants. Pour y faire face, elle développe déjà des dons d'observation que l'on retrouvera plus tard dans sa pratique de clinicienne. Dès l'âge de huit ans, il lui paraît nécessaire de créer un pont de communication entre ces deux mondes, ce qu'elle exprime en disant qu'elle veut être "médecin d'éducation".

Après son bac, on lui interdit de continuer les études car une jeune fille ne doit penser qu'à se marier. Après avoir rompu des fiançailles elle culpabilise et son père lui conseille alors une psychanalyse, c'est ce qui finalement la sauvera. Ne pouvant rester sans rien faire, elle apprend la couture, le travail de la faïence. En 1929, sa mère pour la dégoûter lui autorise à aller à l'école d'infirmière et va attendre son frère, né après elle, pour commencer avec lui des études de médecine.

Après ses études à la faculté de médecine de Paris, elle passe en juillet 1939 sa thèse de médecine intitulée "Psychanalyse et pédiatrie". C'est le début d'une carrière qui sera souvent controversée, elle s'installe comme généraliste et pédiatre, le 1er Septembre 1939. Françoise Dolto a raconté à plusieurs reprises qu'il lui avait fallu attendre 1971 pour que cette thèse soit publiée dans des conditions normales. Initialement, son but est de venir en aide aux parents et aux éducateurs dans leur tâche. Elle pense alors que, de la compréhension et d'une aide éclairée portée aux adultes, découlerait tout naturellement le mieux-être de l'enfant.

En février 1942, Françoise Mariette épouse Boris Ivanovitch, masseur, rhumatologue, kinésithérapeute avec qui elle aura 3 enfants, Jean-Christophe dit Carlos, Catherine et Grégoire. Son mari Boris a fondé l’École Française d'Orthopédie et de Massage, E.F.O.M.. Aussi révolutionnaire et précurseur que Françoise, il va faire évoluer la kinésithérapie.

Après avoir découvert Freud, Françoise Dolto entre en analyse. Tout en continuant à recevoir ses patients, principalement des adultes, dans son cabinet, elle exerce également en tant que neuropsychiatre, psychanalyste, dans quatre établissements où elle est chargée de consultations, à la polyclinique Ney, au centre Claude Bernard, à l'hôpital Trousseau de 1940 à 1978, et au Centre Etienne-Marcel de 1962 à 1978.

A partir de 1967, sous le nom de "Docteur X", elle répond sur une radio périphérique aux questions des auditeurs adultes et enfants. Membre de l'école freudienne de Paris, elle a publié plusieurs ouvrages, dont "le cas Dominique" en 1971 qui la rend célèbre. Après un arrêt en 1969, elle reprend une émission sur une radio nationale, en 1976, "Lorsque l'enfant paraît", où elle approfondit cette réflexion sur le monde de l'enfance. C'est un immense succès qui va être à l'origine de sa notoriété, elle publie un ouvrage en deux volumes de "Lorsque l'enfant paraît".

Ce succès l'incite à arrêter son travail de psychanalyste et elle se consacre désormais à la prévention et à la formation. Françoise Dolto, entourée d'une équipe, est également à l'origine de la création des "Maisons Vertes" dans des quartiers défavorisés lieux dans lesquels parents, enfants, nourrices et passants peuvent venir parler. L'équipe d'accueil est formée de trois personnes, dont l'une est psychanalyste. Ces maisons existent maintenant dans tous les pays d'Europe et en Amérique Latine.

Elle contribue d'une manière décisive au développement de la psychanalyse d'enfants.

Chrétienne convaincue, elle a aussi, autre source de controverse, tenté de concilier sa foi et la psychanalyse dans un livre en deux volumes, "l'Evangile au risque de la psychanalyse" (1977 et 1978) et dans "La Foi au risque de la psychanalyse" (1980).

Françoise Dolto est décédée le jeudi 25 août 1988, dans son appartement parisien.

Liens externes

Note et références

  1. à partir de la notice rédigée par Joël DAVID, chargé d'odonymie à la Ville de Rennes, Rennes Métropole

Projet porté par Joël David Chargé d'odonymie à la Ville de Rennes

Propos mise à jour par Elisa Triquet Médiatrice numérique