Philippe Jouin

De WikiRennes


Philippe Jouin (ou Joüin)

(1775, Rennes - 1867)

Maire de Rennes

Philippe Jouin

Joseph Jean Philippe Joüin est le fils de Philippe Joüin, négociant et banquier, originaire du diocèse de Bayeux, qui fut président de l’administration municipale de Rennes. Il continue les affaires de son père et devient l’un des plus riches citoyens de la ville (il est le deuxième électeur censitaire par sa fortune en 1840). Il entre au conseil municipal en 1830 et y siège jusqu’à sa mort, survenue à plus de 90 ans. Il défend les intérêts de la Ville dans sa revendication de l’aile gauche de l’hôtel de ville en 1834. Il est nommé maire provisoire par le nouveau préfet le 19 août 1830, puis confirmé peu après dans ce mandat. Il démissionne le 28 juillet 1837.

Il publie en 1832 les règlements de l’octroi, de la voirie et des bâtiments, et lance la même année un emprunt pour l’érection du théâtre,[1] qui sera construit avec l’aide de l’État. La municipalité, désirant garder l’école et le régiment d’artillerie, participe largement à la construction d’un nouveau casernement, sur l’emplacement de la maison centrale de détention. Lors de la terrible épidémie de choléra de 1832, l’administration municipale se dépense sans compter, lançant une souscription en faveur des malades. En 1835, il fait reconstruire le pont de Berlin, qui s’écroulera en 1837, entraînant un procès avec l’entrepreneur Louise. Philippe Joüin nommé conseiller général en 1831, fut ensuite élu au canton de Rennes Nord-Ouest le 8 décembre 1833. Il siégea au conseil général jusqu’à la révolution de 1848. Vice-président de la caisse d’épargne de Rennes de 1849 à 1858, il était chevalier de la Légion d’honneur.

Liens directs

  1. Opéra