Rue Guy Ropartz

From WikiRennes
Jump to: navigation, search

La rue Guy Ropartz se situe entre l'avenue des Monts d'Arrée au nord et l'avenue de Rochester au sud. Elle fût dénommée par délibération du conseil municipal de la Ville de Rennes le 16 octobre 1957. Son prolongement a été acté par délibération du conseil municipal de la Ville de Rennes du 8 Mars 1962.

Guy Ropartz[1]

Compositeur

Guy Ropartz est un compositeur de musique et poète né à Guingamp Wikipedia-logo-v2.svg (22), en 1864. Sa famille vient s’installer à Rennes où son père est nommé avocat. Son père Sigismond est aussi l’historien renommé de La Vie de Saint-Yves.

Il entre au collège Saint-Vincent à Rennes puis va chez les jésuites à Vannes.

Il revient à Rennes, à la Faculté de Droit, pour contenter son père, mais une fois sa licence en poche, il va se consacrer à ses deux passions la poésie et la musique. D’ailleurs, dès l’âge de 18 ans, il compose ses premières œuvres. Il entre au Conservatoire de Paris où il rencontre les artistes les plus doués de sa génération, Jules Massenet, Vincent d’Indy et surtout César Frank. Durant sa période parisienne, Guy Ropartz participe à la vie culturelle de la Bretagne et en 1889, il est l’un des principaux collaborateurs de Louis Tiercelin, lorsque celui-ci fonde la revue « l’Hermine ».

Au cours de dîners celtiques dans le quartier de Montparnasse, à Paris, il rencontre des poètes bretons comme Charles Le Goffic, Ernest Renan, Auguste Brizeux.

En 1894, il est Directeur, Professeur et Chef d’orchestre du Conservatoire de Nancy et le reste jusqu’à la fin de la première guerre mondiale en 1918.

Il part ensuite réorganiser le Conservatoire de Strasbourg ou plus précisément le refranciser après plusieurs années d’occupation allemande.

En 1929, à l’âge de la retraite, il s’installe à Lanloup (22) où il va y vivre jusqu’à sa mort.

En 1948, il obtient le grand prix musical de la Ville de Paris et la même année il entre à l’Académie des Beaux-Arts.

Ses œuvres musicales sont en grande partie inspirées de la musique populaire bretonne. Il va créer des musiques pour le théâtre, de la musique de chambre, pour des orchestres, créer des chants d’opéras comiques, sonates, quatuors, symphonies, etc. Parallèlement il va publier de nombreux poèmes et mener une activité de critique musical.

Guy Ropartz décède à Lanloup (22) le 22 novembre 1955, à l’âge de 91 ans.

En 2016, la rue au sein d'un quartier qui se meut

« Elle (la rue Guy Ropartz, ndlr) est plutôt chahutée pour le moment par les chantiers qui participent à construire le futur centre du quartier : le programme Méioza (bureaux, commerces et services), la station de métro Les Gayeulles, la Salle Ropartz… Pourtant, si vous allez au nord de la rue, rond-point des Longprés, vous verrez qu'elle commence à s'affirmer : plantation en cours, pavés gris clairs au sol, bordure de trottoir et stationnement préfigurent la qualité voulue sur l'ensemble du quartier. »

— Territoire Publics
Origine : Journal Maurepas-Gayeulles n°1 - mars 2016 • Recueilli par Manu35 • 2018licence


« Achevés sur sa partie nord, les travaux de la rue Guy Ropartz reprennent sur sa partie centrale. Elle accueillera le parc-relais et la station de métro, les bus, les voitures et une station Vélo STAR. Afin que ce partage de voirie fonctionne, la rue sera à double sens de circulation limitée à 20 km/h. Les travaux ont débuté au 1er septembre et se termineront en mars 2017. La circulation en double sens ne sera fermée que pendant deux semaines. La partie sud de la rue Guy Ropartz sera quant à elle aménagée à partir de 2022. »

— Territoire Publics
Origine : Journal Maurepas-Gayeulles n°2 - octobre 2016 • Recueilli par Manu35 • 2018licence

Sur la carte

Chargement de la carte...

Note et références

  1. à partir de la notice rédigée par Joël DAVID, chargé d'odonymie à la Ville de Rennes, Rennes Métropole