Thomas Connecte

De WikiRennes

(né ? -décédé à Rome en 1433 ou 1434)

Ce prêtre Carme du couvent de Rennes, "depuis Abélard, nul en Bretagne n'avait joui d'une si haute réputation", [1]était un frère prêcheur itinérant révolutionnaire et très charismatique, né à Rennes, dont le patronyme réel aurait été Couette ou Couete[2] ou Cornette.

Un pauvre prédicateur, reçu comme un prince, dénonce le luxe et le vice

En 1424 il aurait fondé deux couvents en Bretagne, ayant joué un rôle actif dans la création de celui du Mondon, près de Vannes,[1] et un, en 1425 à Géronde, près de Sion, en Suisse romande. Disciple de l'Espagnol Vincent Ferrier, en 1428, il parcourut le nord du pays, à dos de mulet, vêtu de sa bure, ceint d'une corde de chanvre, accompagné de disciples de la Societas fabri Thomas et de hordes d'enfants. Il était accueilli partout somptueusement, le seigneur du lieu en tête, et recevait des cadeaux précieux pour l'ornement des églises et chapelles. Après avoir prêché à Nevers, à Reims, il parcourut ainsi la Flandre, le Boulonnais, l'Artois et la Picardie, prêchant de chaires ou estrades magnifiquement dressées, dénonçant les vices du temps, devant des foules de 15000 à 20000 personnes, les femmes d'un côté, les hommes de l'autre. Il voyait dans les hennins, ces hautes coiffes coniques à la mode chez les dames, le parangon honteux du luxe, au point qu'il encourageait les gamins à crier :"Au hennin !", voire à décoiffer les porteuses. Non seulement il jetait l'anathème sur les atours féminins mais il stigmatisait les jeux; à sa suite on entassait et on brûlait les dés, les quilles, les échecs, les ornements de coiffure et autres éléments du vice et du luxe, ainsi à Valenciennes, après avoir prêché six jours de suite sur le marché[1], mais on l'applaudit surtout quand, défendant la pauvreté, l'humilité et le travail, il dénonçait en regard la corruption du clergé, des évêques, des cardinaux et même du Vatican, notamment le concubinage des prêtres; il en arriva à penser que leur mariage serait un remède à ce mal, de même que manger de la viande valait mieux que de consommer des poissons fort coûteux. Il est le créateur de la congrégation des Carmes de Mantoue.[3].

brûlé vif comme hérétique

En 1432 il arrive à Rome, accompagnant les ambassadeurs de la république de Venise, où il dénonce les vices de la Curie mais l'hérésie de Husse et la lutte du pape Eugène IV contre le concile de Bâle qui visait justement à réformer la Curie firent considérer Connecte comme un possible suppôt des pères de Bâle. Il refusa de se rendre aux appels du pape qui voulait l'entendre et le fit arrêter après qu'il eut essayé de sauter par une fenêtre. Le pape missionna les cardinaux de Rouen et de Navarre pour l'examiner et Connecte, soupçonné d'hérésie, torturé, flagellé, refusa de se rétracter et finit sur le bûcher.[4] Le pape qui, en 1431, avait autorisé la consommation de viande par les Carmes trois fois par semaine, se serait repenti d'avoir laissé le Carme aux mains de l'Inquisition. Baptiste Mantouan, général des Carmes en 1513, en fit un martyr.

Une rue de Rennes reçoit son nom en 1923. Les Protestants ont tendance à le considérer comme un précurseur ayant préparé la voie de la Réforme. Un statuaire breton, Pierre Gourdel l'avait sorti de l'oubli en exposant, au salon de 1873, un buste le représentant.[2]

références

  1. Tournois, joutes, pas d'armes dans les villes de Flandre à la fin du Moyen Âge (1300-1486), par Evelyne Van Den Neste, Mémoires et documents de l'École des Chartes -1996
  2. Ouest-Éclair, édition Rennes,-6 août 1923

1.↑ Histoire des rois et des ducs de Bretagne par M. de Roujoux. Dufey, éditeur - 1839

2.↑ le métier de prédicateur à la fin du moyen Âge 1350-1520, par Henri Martin -1856

3.↑ Les origines de la réforme des Carmes en France au XVIIe siècle, par P. W. Janssen. O. Carm éditeur Martinus Nijhoff. La Haye -1963

4.↑ A history of the Inquisition of the Middle Ages vol.III, par Henry Charles Lea- 1888. Edition Cosimo classic History