Printemps 1940, ça douille à l'arsenal de Rennes

From WikiRennes
Revision as of 11:51, 12 January 2021 by TigH (talk | contribs) (en cours)
(diff) ← Older revision | Latest revision (diff) | Newer revision → (diff)
Jump to: navigation, search
Le Café Hinet au 65 (près du Pont de Nantes) en 1937 ou 1938 : Anna Baril à droite, et Yves Tigier, son fils, au premier rang.
L'arsenal en 1950, en bordure du boulevard de la tour d'Auvergne

Née à Plélan-le-Grand, à quelques mètres de la route de Lorient, ma grand-mère, arrivant à Rennes après son mariage, devait investir préférentiellement le sud-ouest de la ville. Elle restera fidèle à ce secteur lors de son second mariage, avec Alfred Cosson, en achetant une maison en vis-à-vis de l'église Saint-Yves, rue Brossolette, donc en Saint-Jacques-de-la-Lande ; maison détruite dans les années 2000 pour l'extension du centre commercial.

Les notes qui suivent proviennent pour l'essentiel d'une dizaine de lettres de sa main : les seules conservées de la centaine qu'elle a envoyée à son "Petit mari" ou "Petit chat" mobilisé depuis septembre 1939 jusqu'à son décès entre le 11 et le 17 juin 1940, mort pour la France à Jouy-sous-les-Côtes, dans la Meuse. Elles ont été complétées par 90 des lettres de mon grand-père, dont celles écrites au verso des précédentes ; économie qui leur a valu de revenir à leur destinataire et d'être conservées. Ces lettres mettaient ordinairement deux jours pour parvenir à leur destinataire.

Des forges à l'arsenal

La première partie de la vie d'Anna Baril aura été marquée par l'odeur et le son du métal. Elle se termine peut-être par l'éclat d'obus qui lui été remis en 1941 comme cause du décès de René Tigier, au sort resté trop longtemps inconnu son cadavre ayant été reconnu comme celui d'un Zigier...

Si les forges de Paimpont se sont depuis longtemps éteintes, et sans qu'elle se vante jamais, elle est à mes yeux une des Filles des forges, sujet d'une chanson connue, comme née dans la partie du village des Forges en Plélan (les Maisons Neuves) ; fille du charretier, au service du Domaine de Paimpont, qui remisait ses charrettes dans certains bâtiments desdits forges, ouvertes à la visite.

L'arsenal au printemps 1940

Notes et références


Voir aussi