Rennes en 1800

De WikiRennes

Révision de 12 juillet 2018 à 12:39 par Stephanus (discussion | contributions) (Page créée avec « Catégorie:Histoire et mémoire Rennes était à cette époque, avec ses 25,000 habitants, une ville de haute mine et de grand aspect. Après avoir brisé l’encei... »)

(diff) ← Version précédente | Voir la version courante (diff) | Version suivante → (diff)


Rennes était à cette époque, avec ses 25,000 habitants, une ville de haute mine et de grand aspect. Après avoir brisé l’enceinte trop étroite de ses remparts dont il ne restait plus de loin en loin que quelques pans de murailles lézardées, quelques portes et quelques vieilles tours, elle commençait à étendre ses faubourgs sur les campagnes voisines. Sans doute, elle n’avait pas encore cette ligne majestueuse de quais, ces grandes percées qui la traversent et l’assainissent en l’embellissant. Mais elle se présentait avec ses rues nouvelles, régulièrement construites après l'incendie de 1720, avec ses vastes et nombreux édifices, ses clochers aux joyeux carillons, et au cœur de la cité avec ces deux monuments, centres de sa vie civile et de sa vie judiciaire : son Hôtel de Ville et son Palais.

Le portrait de ses habitants est flatteur à lire le tableau laissé par le citoyen Féburier, commissaire du Gouvernement près de l’Administration municipale de Rennes [1] :

« Le Rennais est naturellement bon, et ses mœurs sont en général fort douces, mais les injustices et les vexations le révoltent. Ami de l’indépendance, digne de la liberté, attaché pour ce motif à la Constitution à laquelle il a tout sacrifié, il se plie difficilement aux formes despotiques et on ne peut parvenir à le conduire qu’avec la raison et la douceur ».

Si nous vous le montrons, en outre, économe et laborieux, occupé de ses affaires privées et de son négoce, mais prenant volontiers part aux affaires publiques de la cité, goûtant peu les manifestations bruyantes de la politique, mais n’en restant pas moins ferme dans ses convictions républicaines, fier de sa ville qu’il veut voir prospérer et embellir et dont il aime à faire valoir les beautés, nous aurons le Rennais tel que nous le rencontrons. [2]

références

  1. Registre des délibérations, séance du 29 ventôse an VIII, et résumé des états de mois du citoyen Féburier, commissaire du Gouvernement, imprimé chez la veuve Brute, imprimeur de la Municipalité, au Temple de la Loi. VIIIe année républicaine.
  2. Rennes en 1800, audience solennelle de la cour d'appel de Rennes, du 16 octobre 1900, discours de M. Denier, avocat général. Imprimerie rennaise, 5 rue Bourbon