Difference between revisions of "Rue Rabelais"

From WikiRennes
Jump to: navigation, search
m
m (ajout article)
Line 2: Line 2:
  
 
Cette voie rend hommage à François Rabelais, écrivain (1495 - 1553)
 
Cette voie rend hommage à François Rabelais, écrivain (1495 - 1553)
 +
{{Citation|texte=''[...] à l'extrémité de cette rue ''(la [[rue du Champ de l'Orme]], ndlr)'', l'Office départemental des Habitations à Bon Marché a installé un chantier important. Pour arriver à ce chantier, les ouvriers utilisèrent, dans les premiers jours, une rue municipale : la '''rue Rabelais''', qui longe le mur de clôture du quartier Margueritte. Cette pauvre rue Rabelais ! Nous nous y sommes, hier, aventurés. Est-ce une rue ? Est-ce un marécage ! Bien malin qui le dirait aujourd'hui. Le certain est que l'on y patauge et que, lorsqu'on a terminé d'y parcourir une distance de cent mètres on en sort les jambes crottées jusqu'au mollet, les chaussures couvertes d'une couche de boue qui fera pester le lendemain matin la préposée au nettoyage des « godasses ».
 +
 +
''La rue Rabelais, elle est susceptible d'inspirer les poètes. Un ruisseau la coupe en deux, dont l'eau claire et limpide dévale, en cascadettes, en murmurant une agréable chanson. Et quand un audacieux piéton s'aventure dans ce chemin délaissé il doit, pour éviter l'enlisement, esquisser des entrechats dignes du plus agile des danseurs mondains. Encore devra-t-il s'estimer heureux si, le sol mouvant se dérobant sous non poids, il ne se retrouve pas au fond d'un trou béant subitement ouvert sous ses pas.
 +
 +
''Et cependant, cette rue Rabelais, elle est désormais, si on la compare à sa voisine, la rue du Champ-de-l'Orme, un chemin de luxe. Là, en effet, on est obligé pour avancer de faire du sport. Du sport, nous en avons vu faire par les ouvriers qui sont occupés sur le chantier de l'Office départemental des Habitations à Bon Marché. Pour gagner leur travail, ces braves gens sont obligés de patiner durant plusieurs centaines de mètres, dans un véritable étang de boue liquide. Et, que l'on croit bien que nous ne parlons pas seulement par ouï-dire. Non, nous avons suivi ce chemin. Et moins adroits sans doute que les habitués de ce parcours nous nous sommes embourbés un peu plus qu'eux. Du moins, avons-nous eu le plaisir de les amuser. Aimablement, nous ayant reconnus, ils essayaient de guider nos pas. Mais allez donc vous diriger dans un océan de boue. Chercher dans cette rue un point solide où poser un pied ferme : autant s'amuser à rechercher une aiguille dans une botte de foin. Et mieux vaut y aller carrément. Tant pis pour les chaussures, tant pis pour les pantalons.
 +
 +
''A nous voir ainsi patauger, les ouvriers du lotissement, les habitants penchés aux fenêtres, se divertissent... Et les quolibets, comme les encouragements, fusent à notre adresse « Ah ! vous cherchez des rues sales !... Vous y êtes. Jugez par vous-même...»|auteur=L'Ouest-Eclair|origine=Numéro du 2 avril 1932, page 6|collecteur=Manu35|date=2020}}
 +
 +
La ''ZAC Rabelais-Rouault'' créée en 2002 et dont les premiers chantiers ont été lancés en 2008<ref>http://www.territoires-rennes.fr/fr/projets/rennes-rabelais-rouault</ref> a permis de réaliser de nombreux logements au sein du quartier.
  
 
== Sur la carte ==
 
== Sur la carte ==

Revision as of 09:52, 16 January 2020

La rue Rabelais se situe dans le quartier 8 : Sud-Gare entre la rue Ginguené et le boulevard Georges Clémenceau. Cette voie fut dénommée par délibération du Conseil Municipal de la Ville de Rennes le 31 décembre 1928[1].

Cette voie rend hommage à François Rabelais, écrivain (1495 - 1553)

« [...] à l'extrémité de cette rue (la rue du Champ de l'Orme, ndlr), l'Office départemental des Habitations à Bon Marché a installé un chantier important. Pour arriver à ce chantier, les ouvriers utilisèrent, dans les premiers jours, une rue municipale : la rue Rabelais, qui longe le mur de clôture du quartier Margueritte. Cette pauvre rue Rabelais ! Nous nous y sommes, hier, aventurés. Est-ce une rue ? Est-ce un marécage ! Bien malin qui le dirait aujourd'hui. Le certain est que l'on y patauge et que, lorsqu'on a terminé d'y parcourir une distance de cent mètres on en sort les jambes crottées jusqu'au mollet, les chaussures couvertes d'une couche de boue qui fera pester le lendemain matin la préposée au nettoyage des « godasses ».

La rue Rabelais, elle est susceptible d'inspirer les poètes. Un ruisseau la coupe en deux, dont l'eau claire et limpide dévale, en cascadettes, en murmurant une agréable chanson. Et quand un audacieux piéton s'aventure dans ce chemin délaissé il doit, pour éviter l'enlisement, esquisser des entrechats dignes du plus agile des danseurs mondains. Encore devra-t-il s'estimer heureux si, le sol mouvant se dérobant sous non poids, il ne se retrouve pas au fond d'un trou béant subitement ouvert sous ses pas.

Et cependant, cette rue Rabelais, elle est désormais, si on la compare à sa voisine, la rue du Champ-de-l'Orme, un chemin de luxe. Là, en effet, on est obligé pour avancer de faire du sport. Du sport, nous en avons vu faire par les ouvriers qui sont occupés sur le chantier de l'Office départemental des Habitations à Bon Marché. Pour gagner leur travail, ces braves gens sont obligés de patiner durant plusieurs centaines de mètres, dans un véritable étang de boue liquide. Et, que l'on croit bien que nous ne parlons pas seulement par ouï-dire. Non, nous avons suivi ce chemin. Et moins adroits sans doute que les habitués de ce parcours nous nous sommes embourbés un peu plus qu'eux. Du moins, avons-nous eu le plaisir de les amuser. Aimablement, nous ayant reconnus, ils essayaient de guider nos pas. Mais allez donc vous diriger dans un océan de boue. Chercher dans cette rue un point solide où poser un pied ferme : autant s'amuser à rechercher une aiguille dans une botte de foin. Et mieux vaut y aller carrément. Tant pis pour les chaussures, tant pis pour les pantalons.

A nous voir ainsi patauger, les ouvriers du lotissement, les habitants penchés aux fenêtres, se divertissent... Et les quolibets, comme les encouragements, fusent à notre adresse « Ah ! vous cherchez des rues sales !... Vous y êtes. Jugez par vous-même...» »

— L'Ouest-Eclair
Origine : Numéro du 2 avril 1932, page 6 • Recueilli par Manu35 • 2020licence

La ZAC Rabelais-Rouault créée en 2002 et dont les premiers chantiers ont été lancés en 2008[2] a permis de réaliser de nombreux logements au sein du quartier.

Sur la carte

Chargement de la carte...

Note et références