Rue François Bizette

From WikiRennes
Jump to navigationJump to search

La rue François Bizette est une petite impasse sud-nord partant de la rue Paul Bert et conduisant aux locaux du Cercle Paul Bert. Cette voie fut dénommée par délibération du conseil municipal de la Ville de Rennes le 16 octobre 1957[1]. Anciennement il s'agissait de l'impasse Paul Bert.

Sa dénomination se réfère à une personnalité en rapport avec le Cercle :

François Bizette

(19 juillet 1873, Roz-sur-Couesnon, Ille-et-Vilaine - 12 mars 1937, Rennes)

Marié le 7 septembre 1897 à Rennes, François Hyacinthe Bizette est instituteur et directeur de l'école de la rue d'Échange. Il a été président du Cercle Paul Bert à partir de 1922[2] suite au décès de Louis Postel[3], ainsi que de la fédération des Œuvres laïques d'Ille-et-Vilaine, postes qu'il occupa jusqu'à sa mort à son domicile du 61 avenue Aristide Briand[4].

Les garderies du Cercle Paul Bert naissent de l'ambition conjuguée du maire de Rennes Jean Janvier et du président du Cercle François Bizette. Le projet est d'implanter des patronages laïcs dans tous les quartiers rennais afin de contrer la présence de patronages d'obédience catholique. Dans les années 20, la croissance du Cercle ralentit, du fait de la concurrence de patronages confessionnels ; en effet, ceux-ci, en plus d'offrir une palette d'activités variées, prennent en charge les enfants des écoles le jeudi et pendant les vacances. Ceci offre aux œuvres catholiques un avantage considérable face au Cercle Paul Bert pour le recrutement de futurs adhérents. En 1922, Bizette, vice-président du Cercle à cette époque, comprend cette réalité. Il estime que le Cercle peut être victime de cette concurrence. C'est dans ce contexte que les garderies voient le jour ; selon Bizette, il faut "garder chez nous les enfants de nos écoles, plutôt que de les voir aller dans les patronages adverses comme cela existe". Dès 1922, une garderie, qui fonctionne le jeudi ainsi que durant les vacances, est mise en place dans les locaux des 28 et 30 de la rue de Paris. Cependant, son implantation dans le secteur nord-est de la ville limite son aire d'influence à ce quartier. En 1927 est estimée une population scolaire rennaise estimée à 4 000 enfants alors que seuls une centaine fréquente la garderie du Cercle. Le soutien de la municipalité s'avère décisif pour le développement du Cercle : elle appelle de ses vœux la création de patronages laïcs dans tous les quartiers de la ville. La municipalité prend officiellement la décision en 1934 et confie au Cercle Paul Bert l'organisation de ces patronages[5].

Plus globalement, le Cercle Paul Bert se développe entre les deux guerres mondiales sous sa présidence, passant d'un millier d'adhérents à près de trois mille en 1936 grâce à la création de nouveaux groupes sportifs, artistiques et techniques (natation, théâtre, musique, radio, photographie), d'organisation de balades, bals et séances de cinéma. Plusieurs sections du CPB seront créées dans les différents quartiers de la ville, alors en rapide expansion. L'administration de l'association est composé pour un tiers de petits employés (chemins de fer, imprimerie, mairie de Rennes), un tiers d'enseignants, 20 % de professions libérales et fonctionnaires supérieurs et quelques personnalités.

Chevalier de la Légion d'honneur en 1935, il décède en 1937 et est inhumé au cimetière du Nord.

Sur la carte

Chargement de la carte...

Note et références

  1. Délibérations municipales, Archives de Rennes
  2. https://cerclepaulbert.asso.fr/lhistorique/
  3. rue Louis Postel
  4. L'Ouest-Eclair du 14 mars 1937, page 4
  5. "Un aspect original de la vie associative à Rennes au XXè siècle : les garderies du Cercle Paul Bert", par Jean-François Grosset, 1999