Les lavoirs

From WikiRennes
Revision as of 15:36, 16 June 2021 by Stephanus (talk | contribs)
(diff) ← Older revision | Latest revision (diff) | Newer revision → (diff)
Jump to navigationJump to search
Laveuses en face du château-branlant
Laveuses au bord de l'Ille, face au Château Branlant. Coll. YRG
Lavandières au bord de l'Ille.(Archives de Rennes. 100FI652)
Le bras de l'Ille de nos jours, avec le même séchoir des anciennes tanneries rénové

Les cales, le long de la Vilaine ou du Canal d’Ille-et-Rance, tel le lavoir du boulevard de Chézy, sont des aires de lavages improvisées ou instituées dénommées "arrivoirs". Fréquentés chaque semaine avec régularité par des habituées; les lavoirs sont d'irremplaçables points de rencontre où s'exprime une vie sociale intense. Ils sont lieux d'échanges d'informations sur l'intime, de sociabilité.

En 1849, le docteur Adolphe Toulmouche, lors du 16e congrès scientifique de France, tenu à Rennes, regrette : "N'est-il pas regrettable aussi qu'on ne veuille pas permettre sur la Vilaine rétablissement de quelques bateaux a laver couverts, et dans le genre de ceux qu'on remarque en Si grand nombre à Nantes, sur la Loire, tout le long des quais du port? On éviterait de la sorte les fréquentes chutes des laveuses dans la rivière lorsque, par suite de la baisse des eaux, elles sont obligées de se pencher au-dessus pour en atteindre le niveau, venant à perdre l'équilibre elles tombent et se noient quelquefois. [...] Si c'est la pauvre laveuse de ville, c'est encore pis, car elle obtient le même salaire de 60 c. pour lutter contre le froid, la pluie et l'épuisement de ses forces, qu'une nourriture grossière, et !e plus souvent insuffisante, ne peut réparer; elle n'a pas, comme les précédentes. l'avantage de recevoir chez les bourgeois une nourriture substantielle. Qu'est-ce encore, lorsque l'ouvrière laveuse est une mère de famille ?"

Laveuses sur le quai Saint-Cast. Carte postale Tesson (MTIL). Coll. YRG

En 1889, on estimait à une centaine le nombre de laveuses par jour à Rennes.

 

Lavoirs sur la Vilaine

Les bateaux lavoirs du quai Lamennais vu vers l'aval en 1889 - photo E. Maignen
Bateaux-lavoirs sur la Vilaine. Coll. YRG

A la fin du XIXe Siècle, la Vilaine compte entre le Pont de la Mission et le Pont Saint-Georges, six bateaux-lavoirs amarrés au mur du quai Lamennais. Au nom de l'hygiène publique et de la sécurité, la tendance est de les éloigner du centre ville. Jusqu'au début des années soixante du siècle dernier, des lavandières ou laveuses savonnaient, brossaient, essoraient le linge au bord de l’eau, parfois sur les cales ou au bas des escaliers des quais de la Vilaine mais aussi dans des lavoirs publics ou des bateaux-lavoirs.

 

Lavoirs sur l'Ille

Lavoir au bord de l'Ille

L'Ille accueille également plusieurs lavoirs dont le Lavoir du boulevard de Chézy qui reste le seul témoin en place de l'activité des lavandières sur les bords de l'Ille.

Il n'a pas toujours été seul sur ce bras de l'Ille, particulièrement dense autrefois en lavoirs. Il a notamment eu en vis à vis, sur l'autre rive, le lavoir de la Famille BISCERE.











Galerie cartes postales


Toutes les cartes de la Collection YRG avec l'Index cartes postales ou le mot clé YRG dans le moteur de recherche de WikiRennes.

Pour déambuler dans les rues de Rennes, son histoire et la collection, cliquer ici 421 ou ici 329

.