Abbaye Saint-Georges de Rennes

De WikiRennes

Le 24 mars 1669, "monsieur l'evesque de Rennes et madame l'abesse de Saint-Georges ont aposé la premiere pierre du batiment neuf des dortoirs de laditte abbaye Saint-Georges" [...] "Le superbe bastiment de l'abbaye de Saint-Georges se continue et a esté parfait à la fin de l'an 1674[1].

La réédification de l'abbaye fut l'œuvre de Madeleine de La Fayette (dont le nom figure au-dessus des arcades de la façade sud) puis de Marguerite de Halgouet. Le seul bâtiment subsistant est le Palais Saint-Georges.

Sur la carte

Chargement de la carte...

Références

  1. Chronique de François Toudoux, 17 e siècle

Monographies universitaires

  • Étienne Mathieu, L'abbaye Saint-Georges et ses prieurés de 1032 à la fin du 13e siècle,Maîtrise d'histoire, Rennes 2, 2004, 181 p. CERHIO
  • Paul Jullien, Aperçus sur le domaine et les droits de l'abbaye Saint-Georges de Rennes aux 11e et 12e siècles, DES : Histoire, Rennes 2, 1958, 59 p. CERHIO
  • Carole Raude, Les pensionnaires des bénédictines de l'abbaye Saint-Georges de Rennes aux 17e et 18e siècles, Maîtrise d'histoire, Rennes 2, 1996, 96 p. Note de Mémobase : Ce mémoire concerne en réalité les grandes ursulines de Rennes ; AD35, 2J 1062 ; CERHIO
  • Jean-François Rouxel, Criminalité et société dans le dernier siècle de l'Ancien Régime : l'exemple du tribunal de l'Abbaye royale de Saint-Georges de Rennes, Maîtrise d'histoire, Rennes 2, 1987, 312 p. CERHIO