Abbaye Saint-Georges de Rennes

De WikiRennes

L'abbaye bénédictine fondée vers 1032 par le duc Alain III pour recevoir des femmes des familles nobles et dont la première abbesse fut sa sœur, fut pillée et incendiée vers la fin du 12e siècle. Le 24 mars 1669, "monsieur l'evesque de Rennes et madame l'abesse de Saint-Georges ont aposé la premiere pierre du batiment neuf des dortoirs de laditte abbaye Saint-Georges" [...] "Le superbe bastiment de l'abbaye de Saint-Georges se continue et a esté parfait à la fin de l'an 1674[1].

La réédification de l'abbaye fut l'œuvre de Madeleine de La Fayette (dont le nom figure au-dessus des arcades de la façade sud) puis de Marguerite de Halgouet. Le seul bâtiment subsistant est le Palais Saint-Georges.

Références

  1. Chronique de François Toudoux, 17 e siècle

Monographies universitaires

  • Étienne Mathieu, L'abbaye Saint-Georges et ses prieurés de 1032 à la fin du 13e siècle,Maîtrise d'histoire, Rennes 2, 2004, 181 p. CERHIO
  • Paul Jullien, Aperçus sur le domaine et les droits de l'abbaye Saint-Georges de Rennes aux 11e et 12e siècles, DES : Histoire, Rennes 2, 1958, 59 p. CERHIO
  • Carole Raude, Les pensionnaires des bénédictines de l'abbaye Saint-Georges de Rennes aux 17e et 18e siècles, Maîtrise d'histoire, Rennes 2, 1996, 96 p. Note de Mémobase : Ce mémoire concerne en réalité les grandes ursulines de Rennes ; AD35, 2J 1062 ; CERHIO
  • Jean-François Rouxel, Criminalité et société dans le dernier siècle de l'Ancien Régime : l'exemple du tribunal de l'Abbaye royale de Saint-Georges de Rennes, Maîtrise d'histoire, Rennes 2, 1987, 312 p. CERHIO

Sur la carte

Chargement de la carte...