Asile de Saint-Méen

From WikiRennes
Jump to: navigation, search
L'hospice de Saint-Méen en 1660. Au 1er plan se trouve l'actuelle avenue Général Leclerc
Affiche de 1900 (archives d'Ille-et-Vilaine)
Plan de l'asile de Saint-Méen en 1919
Plan de l'hospice de Saint-Méen en 1844
L'hospice de Saint-Méen, avant 1939. L'établissement ne s'est pas encore étendu vers le sud. (Archives de Rennes 255FI96)

D'abord pour les pélerins

Le 4 septembre 1627, Guillaume Régnier, fils d'un conseiller au Parlement de Bretagne, acquit au lieu dit (Le Tertre de Joué) à Rennes, divers bâtiments relevant de l'abbaye de Saint-Georges de Rennes (fondée en l'an 1000). Le pèlerinage à la fontaine du grand Saint-Méen, entre Gaêl et Montfort (à 10 lieues de Rennes) attirait beaucoup de fidèles atteints surtout aux mains de « maladies de peau lépreuses, purulentes et dartreuses », qui devaient s'y rendre à pied en demandant l'aumône ; certains passaient par Rennes et l'hôpital Saint-Yves ne suffisait plus à les abriter. Pour leur venir en aide, Guillaume Régnier, conseiller au Parlement, fonda en 1627 une chapellenie au Tertre de Joué dont son fils Guillaume devint le premier aumônier. En principe, les pèlerins n'y pouvaient séjourner qu'une nuit ou deux ; cette formule, qui reprenait l'idée de l'hôtellerie du Moyen Âge, était périmée. Bien des voyageurs étaient trop faibles pour repartir rapidement, leur séjour se prolongeait et certains même y mouraient, ainsi le petit Saint-Méen devint un hôpital. Il s'agrandit de plusieurs fermes aux alentours, et une chapelle fut construite en 1652.

Puis pour aliénés, vieillards, orphelins, et... nobles

L'hospice Saint-Méen connut des utilisations diverses. Des aliénés y furent admis pour la première fois en 1725. Les Sœurs de Saint-Thomas de Villeneuve y firent leur entrée dix ans plus tard pour s'occuper des malades, vieillards et des orphelins.

Des dérangés d'esprit y étant admis pour les isoler, quelques nobles redoutant l'arrestation lors des démêlés entre le Parlement et le Roi, vinrent y chercher une pension discrète ; puis les autorités de justice y internèrent par lettre de cachet des nobles remuants qui se trouvaient ici mieux que dans une prison car les conditions matérielles, déplorables pour la plupart, variaient selon le statut social et le montant d'une pension versée. Une garde était nécessaire, l'hospice devint aussi caserne... [1].

Des conditions déplorables au 18e siècle

En 1728 les "baraques des fols" étaient en réalité des cellules avec des chaînes reliant les lits au sol. Cependant, en 1789, un courrier à l'administration des hôpitaux de Rennes dresse un tableau sinistre sur les conditions de vie : locaux manquant d'air, grabats sans châlit, dortoirs sales troublés par les cris émanant des cellules voisines, nourriture détestable ne correspondant pas aux montants des pensions versées. Des économies sur le dos de Saint-Méen avaient été faites en faveur des autres hôpitaux : l'Hôtel-Dieu, l'hôpital général et celui des incurables.

Au 18e siècle furent édifiées trois modestes constructions, les seules pour le siècle dans tous les hospices de Rennes : un petit corps de logis aux incurables en 1745, un pavillon pour les prêtres retraités en 1767, dû à la générosité du comte de la Bourdonnaye depas aux montants Montluc, et un bâtiment offert par Pierre Fournier et Mme La Bourdonne, dont Louis XVI fit un établissement à part : l'Hôpital des Enfants Trouvés. En 1770 on y comptait 121 pensionnaires, militaires non compris car l'institution avait une telle renommée que des soldats malades y furent envoyés aux frais du roi. En 1786, le roi et les Etats de Bretagne durent consentir aux hospices des subventions supplémentaires, car ils ne parvenaient plus à prendre soin des 645 enfants à leur charge, logés à Saint-Yves ou à l'Hôpital Général, ou en nourrice, ou en apprentissage à la campagne.

L'hospice devint donc prison politique, vers le milieu du 18 e siècle [2].

améliorées au 19e siècle

En 1849 le docteur hygièniste rennais Adolphe Toulmouche, [3] observe : " A l'hospice Saint-Méen, qui renferme 285 lits, qui offre un mouvement annuel d'environ 450 à 500 malades, outre sa population fixe, la mor talité est de 0,50 en moyenne. Les teigneux et les galeux y figurent pour la forte partie. Quant aux aliénés, leur nombre est de 228 ou plus ou moins variable. Le local est vaste, bien aéré, hors de la ville ou à l'extrémité d'un faubourg, sur l'un des points les plus élevés."

L'hôpital Saint-Meen marqua un développement certain dans cette première moitié du 19e siècle. Par des dons et des achats, il accrut notablement son domaine immobilier, il s'attacha un corps médical et des internes, il créa de nouveaux services. En 1848, il abritait 385 malades ; pour rester fidèle à sa vocation primitive datant de deux siècles qui le vouait surtout aux affections de la peau, il gardait « des teigneux et des galeux », mais on y comptait surtout 228 aliénés et épileptiques. En 1848, les Sœurs de Saint Thomas de Villeneuve le quittèrent et furent remplacées par les Sœurs de Charité de Saint Vincent de Paul.

En 1840 s'éleva à propos de Saint-Méen un différend qui devait durer 8 ans entre le Préfet et la Commission Administrative. Fort d'une loi qui faisait aux départements l'obligation de se doter d'un hospice pour aliénés, administré par une commission de surveillance et un directeur nommé par le préfet, celui-ci s'adjugea l'autorité sur Saint-Méen, nomma un directeur qui supplantait ainsi la Commission Administrative, et affecta pour l'usage exclusif de Saint-Méen les loyers des immeubles voisins. En 1848, le Conseil d'Etat rendit aux Hospices la pleine autorité et leurs pleins droits sur l'établissement, mais en 1852 ils le vendirent au département pour 460 000 francs.

Le 1er janvier 1852 Saint-Méen est acquis par le département et prend le nom officiel « d'asile départemental des aliénés d'Ille-et-Vilaine ». À cette époque, l'asile se composait d'un ramassis de vieilles constructions, très mal disposées.

Les plans de restauration de l'Asile de Saint-Méen vont se succéder en 1878 puis en 1887. Dans la deuxième moitié du siècle, les conceptions architecturales des hôpitaux iront vers une grande superficie d'occupation au sol, possibilité d'accueillir « 1200 à 2000 lits ». L'asile de Saint-Méen vit en autarcie avec ses services généraux qui lui donnent une autonomie notable de fonctionnement, l'hôpital de cette deuxième moitié du 19 e siècle est aussi qualifié de cité jardin, microcosme fermé, à l'image d'une société urbaine en réduction où la chapelle jouerait le rôle de l'église, la cuisine et la ferme celui du marché, l'administration celui de l'Hôtel de Ville, l'hébergement celui de l'habitat et comprenant des places, parcs, etc. Le bâtiment fut en grande partie incendié en 1903.

Bombardé puis agrandi en centre hospitalier Guillaume-Régnier

Entre 1920 et 1926, c'est le terrain de la Motte au Duc qui sera choisi comme assise de deux pavillons pour recevoir les épileptiques, les idiots, etc.

En 1937, un programme de rénovation est établi, pour parer aux urgences ; malheureusement la construction des cinq pavillons commencée avant le début de la guerre n'est pas achevée et ne le sera que fin 1944. Entre temps des pavillons de l'Hôpital seront utilisés pour des centres de formation sportive des Allemands, des miliciens[4]. Sans doute faut-il voir là, ainsi que la proximité de la gare de triage, les raisons qui expliquent que l'Hôpital ait été une cible des bombardements du 17 juillet et du 1er août 1944... Ils occasionnent de nombreux morts parmi les malades et le personnel, et détruisent des bâtiments importants[5].

Le bombardement du 17 juillet 1944 par l'US Air Force causa dégâts et victimes. Au sortir de la guerre, une partie des bâtiments neufs construits à proximité du boulevard de Strasbourg fut réquisitionnée pour servir de relogement aux Rennais sinistrés. Cet état de fait dura 10 ans jusqu'en 1956. Le 16 juin 1996, l'hôpital St-Méen devient le centre hospitalier Guillaume Regnier [6].

La façade de l'hôpital Guillaume Régnier en 2012

Faits divers

Le 14 février 1827, la Cour d'assises d'Ille-et-Vilaine condamne Pierre Texier, 31 ans, natif de Cesson, infirmier de l'asile, à six années de réclusion pour le vol de divers objets dans l'établissement[7].

Notes et références

  1. Histoire des hôpitaux de Rennes, professeur J-C. Sournia. BIU Santé - 1969
  2. Le Vieux Rennes, par P. Banéat.
  3. rue Toulmouche
  4. La Milice à Rennes
  5. De l'aumonerie de Saint-Méen au centre hospitalier Guillaume-Régnier, 1627-1997, Regards sur un établissement
  6. Article dans Jeanne d'Arc, mémoire d'un quartier, par Claude Rouleau.
  7. La peine est très lourde parce qu'en tant qu'employé son larcin est assimilé à un vol domestique, donc relevant des assises et non, comme un vol simple, du tribunal correctionnel, où sa peine aurait été de quelques mois d'emprisonnement. Source : Registre des arrêts de la Cour d'assises d'Ille-et-Vilaine, 1826-1827, cote 2U 298 des Archives départementales.


Galerie cartes postales

L'Hospice Saint-Méen. Laloy, architecte. Carte postale Neurdein 148. Coll. YRG
Les Porcheries. E. Mary-Rousselière. Coll. particulière






Toutes les cartes de la Collection YRG avec l'Index cartes postales ou le mot clé YRG dans le moteur de recherche de WikiRennes.

Pour déambuler dans les rues de Rennes, son histoire et la collection, cliquer ici 627 ou ici 717

.