Chanoine Brune

De WikiRennes

Le Chanoine Brune, né Marie, Joseph Brune, est né le 10 septembre 1807, à Rennes, rue de l'Horloge d'un père perruquier[1]. En plus de sa fonction de chanoine, il est surtout connu pour être l'architecte officieux du diocèse.

Ordonné prêtre en 1830, il est d'abord professeur au petit Séminaire de Vitré, vicaire de Saint-Germain de Rennes, aumônier de la Visitation, puis il est professeur d'archéologie au Grand séminaire de Rennes, aumônier de l'Hôpital militaire. Il est promu chanoine titulaire de la cathédrale en 1858.

Il est l'un des membres fondateur de la Société archéologique d'Ille-et-Vilaine, (actuellement Société archéologique et historique d'Ille-et-Vilaine (SAHIV)), dont il devient le président en 1850.

Né dans un milieu d'artistes, deux frères peintres et un autre organiste, il s'intéresse de très près aux arts sacrés du diocèse de Rennes.

Architecte officieux du diocèse, c'est lui qui dresse les plans des chapelles des collèges de Vitré et de Saint-Martin de Rennes, des couvents des Carmes, des Carmélites et des Dames de la Retraite, des Eudistes de Redon, de Saint-Joseph à Saint-Méen le Grand. Il dessine également des autels et des retables : Bains-sur-Oust, Le Tronchet, la Cathédrale de Dol-de-Bretagne. Il participe à la restauration de l'église du Mont-Dol et de la Chapelle Saint-Agathe de Langon.

« On sait que cet édifice (la chapelle de l’œuvre de Toutes-Grâces) élevé en 1866 est dû à l'instar de beaucoup d'autres chapelles de notre ville, aux plans de M. le chanoine Brune. »

— L'Ouest-Eclair
Origine : Numéro du 19 juillet 1920 • Recueilli par Manu35 • 2018licence

Le Chanoine Brune décède le 11 novembre 1890, à Rennes rue du Chapitre. Il est inhumé au cimetière du Nord où l'on peut voir son monument funéraire le représentant en gisant. La rue Chanoine Brune porte son nom.

Note et références

  1. à partir de la notice rédigée par Joël DAVID, chargé d'odonymie à la Ville de Rennes, Rennes Métropole