Rue de l'Horloge

De WikiRennes

La rue de l'Horloge est une voie axée nord-sud reliant la rue Châteaurenault au nord à la rue de Rohan au sud. La façade arrière de l'Hôtel de ville borde son côté est.

Immeuble construit après l'incendie. C'est dans un atelier situé dans la cour de l'actuel immeuble qu'aurait démarré l'incendie

Elle tient son nom, depuis 1792, du beffroi qui contient l'horloge publique et était appelée auparavant rue de Pezé, du nom de Hubert de Courtaruel, marquis de Pezé qui fut gouverneur de Rennes en 1722.

L'incendie de 1720 avait commencé dans une échoppe de menuisier de l'ancienne rue Tristin, située en arrière du n° 3 de l'actuelle rue qui fut en grande partie détruite en 1793 par un incendie qui épargna de peu l'Hôtel de ville.[1]

La première tour avait été construite sur l’ancienne tour Saint-James de la première enceinte des remparts et était située non loin de l’angle de la rue La Fayette et de la rue Châteaurenault. La cloche était nommée "Françoise". Le beffroi fut brûlé lors de l’incendie de Rennes de 1720 puis détruit en 1729.

Symbole de la richesse et de la liberté de la ville, elle était importante à l’époque puisqu'elle est citée par François Rabelais dans Pantagruel.[2] :

« Lors diſt Pantagruel, Pleuſt à dieu que chaſcun de vous euſt deuz paires de ſonnettes de Sacre au menton, et que ieuſſe ou mien les groſſes horloges de Renes, de Poictiers, de Tours, et de Cambra, pour veoir laubade que nous donnerions on remuement de nos badigoinces ! »

Rennes Théâtre, programme de la saison 1922

En 1866, l'église Saint-Aubin fut prévue par rapport à un axe nord-sud qui aurait été percé à partir de la rue du Champ Jacquet pour rejoindre la rue Châteaurenault et la rue de l'Horloge, en vue d'obtenir une perspective valorisant la future église.

En 1793 un incendie détruisit une partie de la rue de Pezé.


Au n°1 de la rue exista, des années vingt aux années soixante du siècle dernier, un magasin fréquenté par les gourmets et les gourmands rennais, à l'enseigne "Aux 100 000 bonbons". On y trouvait notamment une spécialité : les Kalinettes rennaises, délicieux berlingots fourrés achetés par des touristes ou offerts dans une bonbonnière de porcelaine aux armes de Rennes ou dans des bols fabriqués par Henriot (Quimper), pratique qui avait donné à cette confiserie une vaste renommée. Au n° 9, l'épicerie, au début du siècle dernier, vendait du beurre de la Prévalaye

Sur la carte

Chargement de la carte...

Références

  1. Les Rues de Rennes, par Lucien decombe, A. Le Roy, éd. - 1892
  2. Pantagruel, par François Rabelais, L. II, chap. XXVI -1532


Galerie cartes postales

Rue de l'Horloge

L'ancienne Tour de l'Horloge détruite par l'incendie de 1720. Carte postale Laurent-Nel, Le Vieux Rennes 288. Coll. YRG
Les Rues de Rohan et de l'Horloge. A droite, le Beffroi de l'Hôtel de Ville. La rue de l'Horloge est au second plan. Carte postale Mary-Rousselière 1016 bis. Coll YRG et AmR 44Z1236



Cosson Fils

Beurre fin de Rennes. Ancienne Maison A. Denis, 7, rue de l'Horloge : de nombreuses cartes publicitaires, toutes réalisées en sculptographie par Forcade et Météhen

L'automne. Sculptographie. Carte postale, impression en gris, E. Forcade & E. Météhen. Coll. YRG et AmR 44Z2816
Verso des cartes en sculptographie : publicité pour Cosson Fils, ancienne Maison A. Denis,






Partition musicale. Ce cliché en sculptographie a été également utilisé pour une carte publicitaire Bossard-Bonnel

E.Forcade et E.Météhen

Auteur et compositeur de poèmes et de musiques.

Editeurs de leurs partitions et de nombreuses cartes publicitaires réalisées en sculptographie.

Publicité E. Forcade & E. Météhen au verso de la carte ci-contre


Autres cartes en sculptographie : voir Bossard-Bonnel, Rue Nationale


Toutes les cartes de la Collection YRG avec l'Index cartes postales ou le mot clé YRG dans le moteur de recherche de WikiRennes.

Pour déambuler dans les rues de Rennes, son histoire et la collection, cliquer ici 107 ou ici 612

.