Coucou de Rennes

De WikiRennes
Coucou de Rennes
Coucou de Rennes. Coll. YRG

Poulet au plumage gris, souvent barré de bleu-blanc sur un fond noir brillant, aux pattes plutôt blanches, à l'oeil orangé, à la crête et aux barbillons moyens et rouges : c'est la coucou de Rennes qui tient son nom du plumage gris-noir barré de blanc qui rappelle celui de l'oiseau des bois. Ce poulet était largement consommée autrefois dans le triangle, Vitré-Redon-Montfort, et à Rennes, évidemment. La poule donne des œufs de 60 g. et deux couvées par an. Son standard officiel avait été déposé en 1914 par le Dr Ramé, ancien propriétaire de la ferme de la Bintinais, actuel Ecomusée du pays de Rennes. Elle conquiert toute la région dans la première moitié du 20e siècle.

Menacée de disparition après 1950 avec la disparition progressive des basses-cours, elle est délaissée au profit de productions industrielles bon marché en provenance des souches anglaises ou américaines à croissance plus rapide, elle a été heureusement remise au goût du jour et des palais à partir de 1997 par une association d'éleveurs, présidée par Paul Renault, suscitée par l'Ecomusée à partir de 1990. Une croissance de 130 jours, 10 M2 de parcours herbeux par volaille, nourrie à 75% de céréales au minimum et "finie au petit lait", cela donne un poulet de 1,5 à 2,1 kg, à la chair succulente, au blanc moelleux avec un petit goût de noisette. On le trouve notamment aux halles centrales de Rennes, chez certains bouchers et dans des restaurants mettant en valeur les produits du terroir.[1] Chaque année 20 000 poulets et chapons, 60% écoulés en vente directe et marchés, 40% par les volaillers et restaurateurs.[2]

Un coq Coucou de Rennes figure sur un timbre émis en juin 2012 par la Poste dans une série de dix sur "La Bretagne que j'aime".[3]


références

  1. Ouest-France- page Rennes. 22 décembre 2011
  2. Ouest-France - page Bretagne. 20-21 décembre 2014
  3. La volaille Coucou de Rennes (pdf), article paru sur le site de Slow Food France


Pour déambuler dans les rues de Rennes, son histoire et la Collection YRG, cliquer ici 216 ou ici 506

.