Place Sainte-Anne

De WikiRennes

Église Saint-Aubin, au nord de la place.
L'ancienne Église Saint-Aubin, en cours de destruction pour agrandir la place au sud-ouest. Photo E. Maignen de 1904.

La place Sainte-Anne est une place du centre-nord de Rennes. Bordée par l'église Saint-Aubin, desservie par le métro (station Sainte-Anne). Proche de la rue Saint-Michel, elle est souvent animée le soir. Cette voie fut dénommée aux environs du 14e siècle.

Immeubles à colombage, côté est de la place Sainte-Anne - (de Wikimedia Commons)
Immeuble du 19, place Sainte-Anne; (Photo Pymouss de Wikimedia Commons)
L'accès à la station Sainte-Anne.

Histoire

Cette place était hors des murs de la ville. Il s'agissait cependant d'un lieu habité, comme ont révélé les fouilles lors du creusement du métro. Le résultat des fouilles est d'ailleurs exposé au premier niveau de la station. Le métro a également été l'occasion d'en faire un espace piéton, en supprimant le parking de surface et la voie de circulation existante.

Le dernier remaniement de la place avait amené à des démolitions, visant à construire l'église et son contour au début du XXe siècle.

La place est bordée par quatre monuments historiques, des maisons bordant la place. Le couvent de Bonne-Nouvelle, dit des Jacobins, complète l'ensemble.

Faits divers

Ventes aux enchères

Au 18e siècle, les chevaux volés et non réclamés sont vendus sur la place Sainte Anne, par exemple le 22 octobre 1768, un cheval volé à Janzé et amené d'une auberge de la rue Vasselot où il était en fourrière ; ou en 1775...

« Ceux ou Celles qui voudront faire valloir et acheter un cheval en poil brun noir, équipé d'un bât et d'une bride, se trouveront ce jour à midi sur la place Sainte Anne de cette ville où la vente et adjudication s'en fera à requête de Monsieur le procureur du Roy du Présidial de Rennes au plus offrant et dernier encherrisseur, payant argent comptant. A Rennes ce vingt un janvier mil sept cens soixante quinze. »

— Archives du présidial de Rennes
Origine : Cote 2B 1099 - Archives d'Ille-et-Vilainelicence

L'avis de la vente du 31 janvier 1765, lu comme les autres aux carrefours, précise : "sur la place Sainte Anne de cette ville avis l'auberge du Cheval blanc lieu ordinaire...". Par ailleurs, faute d'enchérisseurs, cette vente est reportée au lendemain, où le cheval "en poil rouge" est adjugé à Julien Launay, habitant près de la rue Saint-Georges, pour la modeste somme de 17 livres 10 sols, "après plusieurs bouts et débouts"[1].

Plus généralement, la place est le lieu de vente des meubles saisis au titre de peine complémentaire des condamnations à mort, et autres cas de saisie judiciaire. En décembre 1756, c'est toujours à proximité de l'auberge du Cheval blanc que sont vendus - pendant quatre jours - les meubles de François Letort, cabaretier à Vezin, poursuivi pour l'assassinat de Jean Bertier, à la suite d'un différend à propos de la durée de la prestation musicale (hautbois ou veze) donnée dans son auberge[2].

Marché de bois

Selon une "enquête civile du 22 juin 1730" faite par le Consulat de Rennes, les meubles du Sieur de la Touche Leboust seront vendus à la porte de son domicile et non ailleurs selon quatre arguments dont le premier est parce que la place St. Anne est occupée par un nombre infiny de harnois chargés de bois à mairain et à chaufage, pailles et autres denrée.. Selon une pièce du 31 août, il habite près de la rue de l'Entonnoir (Toussaint). Par ailleurs, la décennie a connu plusieurs litiges dans lesquels un marchand de bois est impliqué, en particulier du côté de Livré, Dourdain, Saint Aubin du Cormier... Suites de l'incendie de 1720... ainsi qu'ensuite deux marchands de pierre de grain (granit)[3].

Une autre enquête, le 8 mai 1731, précise que le bois est en vente sur la place même : Enqueste et informations faitte d'authorité de la juridiction royalle du Consulat de Rennes à requeste du Sieur Picard marchand... contre Jean Glais aussy marchand... Le Sieur Louis Juhel, 46 ans, marchand demeurant Grande rue St Michel à Rennes depose que Jan Glais etant venu le trouver à sa boutique luy demender à ajetter du fil, luy dit qu'il n'en avait point comme il ly en fallait, mais qu'il scavait bien un marchand qui en avait ; sur quoy ledit Glais pria le deposant de le faire luy parler ; à quoy le deposant consentit et le conduisit sur la plasse Saint Anne où le Sieur Picard etait à vendre du bois ; qui étant embarassé pria le deposant de conduire à son auberge ledit Glais pour voir son fil, où s'etant transportés et l'hotesse le leur ayant fait voir, ils revienrent tous les deux sur la place retrouver le Sieur Picard, où le deposant qui avait à faire à son marché les laissa pour convenir du prix. Environ demie heure après ledit deposant etant à ajetter du fil au marché, trouva ledit Glais à en ajetter et luy demanda s'il avait eu le fil du Sieur Picard ; à quoy ledit Glais luy repondit qu'il l'avait agetté meme à bon marché...[4].

Lancement de fusées

En juillet 1723, Pierre Ledoux, maître tanneur, et Madeleine Bourge, sa femme, se plaignent devant le présidial disant que hier au soir, environ neuf heures, s'en revenant de la campagne en compagnie de leurs parents, ils furent surpris de se voir accablés par une multitude de personnes, dont la plus grande partie sont inconnus aux supliants... d'une infinité de fusées d'artifices qui furent jettées par ces particuliers à l'entrée de la place Ste Anne, lesquelles ayant brulé la coëffure de la supliante, ce fut ce qui engagea le supliant à les repousser et leur donner quelques coups de cannes, sans cependant faire aucun mal, affin d'ecarter les desordres que peuvent causer de pareils artifices.. En conclusion de leur requête en vue de poursuites contre l'un des turbulents, ils demandent 12 livres pour la coiffure, et 15 livres pour l'habit qui a été déchiré[5].

Salle de jeu

Au milieu du 18e siècle, la place est fréquentée pour son académie de billard. En 1754, des inculpés pour le viol d'une femme sur les murs au sud-est de la ville, parlent de leur passage par la place entre deux cabarets : ... qu'après avoir eté pendant quelque tems dans la rue Hautte, luy et Le Villain en sortirent et furent tous les deux à la place Saint Anne à l'accademie ou jeu public... Interrogé s'ils ne firent pas luy et Le Villain du tapage au jeu public de manniere que le maitre fut obligé de les mettre dehors ?[6].

Ce lieu est manifestement un des points d'attraction de la ville, ceci pour la plupart des catégories socio-professionnelles, des classes éloignées s'y retrouvant, la plus populaire en tant que spectateurs des pratiquants de plus haute extraction. Ainsi, en 1764, un malentendu s'installe, "dans la chambre où se tient le jeu", entre un garçon tailleur et un homme de 33 ans, vivant de ses rentes, le premier regardant jouer le second. Nous n'aurions jamais rien su du degré de froissement des sensibilités si le Sieur Georget de la Davière, le lendemain, n'était amené à tuer de son épée le tailleur, une fois fatigué de repousser ses assauts et ceux de deux collègues recrutés pour ce règlement de compte, une fois retrouvé dans une rue de la ville. Les lettres de grâce obtenues un an après les faits, entérinées par le présidial, ont reconnu cette dimension de légitime défense[7].

Sur la carte

Chargement de la carte...

Haïku de nuit

"En quête de manne,

La nuit, place Sainte-Anne,

Un toxicomane."

--Stephanus 18 mars 2011.


Place-sainte-anne 200ko.jpg

Notes et références

  1. Archives : 2B 1236
  2. Archives : 2B 1223. Sur un total de 853 livres, les vaches sont vendues 32, 43 et 49 livres, deux truies, 9 et 18 livres... le froment à 23 livres la mine (ou 8 boisseaux), le blé noir à 11 livres 5 sols la mine, l'avoine 9 livres la mine, le cidre 16 livres la barique, "une grande table longue de bois de serizier à casse et tiroirs avec ses deux bancs à s'assoir", 15 livres 5 sols... quinze gerbes de lin en bois, 14 livres 5 sols. L'homme engagé comme aide de justice touche deux livres par jour.
  3. Source : Archives d'Ille et Vilaine, 10 B 64.
  4. Source : Archives d'Ille et Vilaine, 10 B 65.
  5. Source : Archives d'Ille et Vilaine, 2B 1043. La date des faits n'est pas explicitée.
  6. Source : Archives d'Ille et Vilaine, 2 B 1046. Dans les différentes occurrences, le mot billard n'est pas employé dans la source, seulement le mot jeu ou salle de jeu. La victime est Jacquette Fenouil, 37 ans, piqueuse de bonnets, est enlevée, en dépit des cris de son fiancé (invalide), rue de la Parcheminerie.
  7. Source : Archives d'Ille et Vilaine, 2 B 1421.


Galerie cartes postales

Place Sainte-Anne - 4 mai 1906 - Départ pour la promenade de L'Union Vélocipédique du Grand Bazar. Autres sorties de l'U.V.G.B. : voir Rue Rallier du Baty