Rue Marcel Planiol

From WikiRennes
Jump to: navigation, search

La rue et l'allée Marcel Planiol se situent dans le quartier Francisco Ferrer, à deux pas du cimetière de l'Est.

Ces voies, du nom d'un jurisconsulte, furent dénommées par délibération du conseil municipal de Rennes du 6 novembre 1936 (pour la rue). L'allée fut dénommée par délibération du conseil municipal de Rennes du 30 janvier 1967.

Marcel Planiol (1853 – 1931)[1]

Marcel Planiol est né 23 septembre 1853 à Nantes.

Après des études de Droit, il est nommé Professeur agrégé et exerce dans les Facultés de Droit de Rennes, de Grenoble et de Paris.

Il publie des ouvrages sur "Histoire du Droit Breton" où il parle de "très anciennes coutumes de Bretagne", ainsi qu'un "Traité élémentaire de droit civil" en onze volumes.

Marcel Planiol, durant toute sa carrière, écrit de nombreux articles dans diverses revues de jurisprudence.

Son oeuvre la plus importante étant : "Histoire des Institutions de la Bretagne", un manuscrit dépassant deux mille pages.

Malade, Marcel Planiol est obligé d'abandonner toutes ses activités. Il décède à Paris, le 31 août 1931 et est inhumé à Rennes au cimetière du Nord.

Hommages suite à sa disparition

« NÉCROLOGIE

Nous apprenons la mort, à l'âge de 78 ans, de M. Marcel Planiol, professeur honoraire à la Faculté de Droit de Paris, dont les obsèques auront lieu à Rennes, vendredi matin.

M. Planiol, qui fut titulaire de l'une des chaires de Droit civil de la Faculté de Rennes, de 1881 à 1887, est l'un des civilistes les plus renommés de notre époque. Son "Traité de Droit civil" fait toujours et continuera de faire autorité au Palais comme à l'école. C'est à l'époque où il professait à Rennes qu'il définit la méthode et les conceptions qui devaient renouveler la science et l'enseignement du Droit civil ; les élèves qu'il forma à cette époque eurent, à l'audition de son cours, le pressentiment de l'œuvre magistrale qui, quelques années plus tard, consacra sa renommée.

L'illustre professeur meurt à la suite d'une longue et douloureuse maladie, entouré des soins éclairés d'une compagne, qui fut aussi sa collaboratrice, et de fils qui, tous, portent dignement son nom. »

— L'Ouest-Eclair
Origine : Numéro du 3 septembre 1931 • Recueilli par Manu35 • 2018licence


« LES OBSÈQUES DE M. PLANIOL

Les obsèques de M. Planiol, professeur honoraire à la Faculté de Droit de Paris, ont eu lieu à Rennes, hier matin, 4 septembre. Le deuil était conduit par la veuve, les fils et les petits-enfants du défunt. La messe d'enterrement ayant été célébrée à Paris, le convoi s'est rendu directement de la gare au cimetière du Nord, où repose maintenant le corps de l'illustre maître.

Sur la tombe entr'ouverte, M. Berthélémy, l'éminent doyen de la Faculté de Droit de Paris, a prononcé quelques paroles très simples dont l'inspiration élevée et profondément sincère a vivement ému l'assistance. Il a dit que le défunt avait honoré la belle Faculté de Droit de Rennes, la grande Faculté de Droit de Paris et qui plus est, la Science juridique dans le monde entier, car il fut le premier civiliste parmi les civilistes de France, qui sont les premiers du monde. Il a rappelé son extrême modestie, les éminentes qualités du cœur qui complétaient si merveilleusement en lui les dons de l'esprit, et adressé à sa famille l'hommage d'une admiration et d'un attachement sans bornes, exprimant ainsi ce que pensent et éprouvent tous ceux qui ont connu le professeur Planiol.

M. le Doyen Bodin représentait la Faculté de Droit de Rennes. »

— L'Ouest-Eclair
Origine : Numéro du 5 septembre 1931 • Recueilli par Manu35 • 2018licence

Sur la carte

Chargement de la carte...

Note et références

  1. à partir de la notice rédigée par Joël DAVID, chargé d'odonymie à la Ville de Rennes, Rennes Métropole