Juillet 1560 : pluie et protestants boucs émissaires

De WikiRennes

En ce début juillet 1560, la pluie ne cesse de tomber sur la campagne de Rennes et entrave la moisson. C'est la pire catastrophe alimentaire qui puisse arriver en Bretagne, où les plus grandes famines sont dues à des « bleds pourris ». Les céréales germent dans les champs, la récolte est détruite, les prix s’envolent, et les émeutes éclatent. Les populations, inquiètes, entendent toutes sortes de discours désignant des boucs émissaires.

Dans les sociétés traditionnelles, on a tendance à accuser les populations minoritaires de toutes les catastrophes sanitaires ou économiques qui arrêtent la bonne marche des choses. La Vilaine déborda et les flots commencèrent à attaquer les rives, notamment aux remparts près de la porte blanche, dans le faubourg de Bouzillé (rue Saint-Hélier, à l'emplacement de l'actuel Théâtre National de Bretagne)), au pied du logis d'Écouflart, le huguenot rennais qui avait accueilli des prêches dans sa maison. La rumeur publique y vit un jugement de Dieu. Et voici que le clergé rennais décida d'organiser des processions générales destinées à ramener le soleil nécessaire aux récoltes. Lors de celle du 12 juillet, le cortège s'en prit à Michel Cérisier en passant devant sa demeure. Les 16 et 17, la foule, à commencer par les religieux, conspua également Alain Lévesque et Écouflart.

Les huguenots rennais demandèrent alors la protection des autorités. L'affaire remonta jusqu'au gouverneur, le duc d'Étampes, qui demanda à Sébastien Thomé et au chapitre de Rennes de calmer l'effervescence. Mais le clergé organisa une nouvelle procession, le 25. Ce jour-là, les protestants rennais vécurent un véritable pogrom. La maison du médecin Melot fut assaillie et pillée, sa femme enceinte traînée dans la rue, et lui-même conduit en prison par la foule. Les mêmes scènes se renouvelèrent dans le faubourg de Bouzillé, et le pauvre Écouflard rejoignit son coreligionnaire derrière les barreaux, en attendant une probable potence.

Le pasteur Du Gravier avait pu s'échapper et brava tous les risques pour plaider la cause des protestants devant le gouverneur qui était alors à Lamballe. Mais déjà, le sénéchal Bertrand d'Argentré avait pris les choses en main. Convaincu que la sédition était une initiative du chapitre de la cathédrale Saint-Pierre, il se rendit à la cathédrale et arrêta un chanoine, Tanguy Audren, alors même qu’il disait la messe !

Le gouverneur de Bretagne rentré à Rennes, le duc d'Étampes organisa une confrontation qui se révéla houleuse entre le trésorier du chapitre et Bertrand d'Argentré, à qui il donna raison. Mais, pour ne pas envenimer les choses, il décida de faire comparaître les deux huguenots Melot et Écouflard à Nantes devant le Parlement, qui les libéra. Les protestants rennais, s'ils évitèrent la mort de peu, en furent quitte pour la perte de leurs biens. Cela ne calma pas les ardeurs des émeutiers. Quelques semaines plus tard, ils outragèrent le cadavre d'un notable réformé, le sieur de Claray, qui venait de décéder, en le traînant par les rues de la ville[1].

Références

  1. Les Protestants bretons,cinq siècles de protestantisme en Bretagne, par Jean-Yves Carluer