La mort mystérieuse de l'amiral de Villeneuve : Différence entre versions

De WikiRennes
m
 
(20 révisions intermédiaires par 2 utilisateurs non affichées)
Ligne 1 : Ligne 1 :
 
C'est dans la ''rue aux Foulons'', actuelle [[rue Le Bastard]], presque en face de l'hôtel de Robien, marqué par sa tourelle en encorbellement coiffée d'un joli lanternon, qu'existait, au numéro 6 au début du 19e siècle, une hôtellerie, "l'hôtel de la Patrie"<ref>''Les Rues de Rennes'' par Lucien Decombe, Alphonse Le Roy, éditeur -1892</ref>. Au n° 24, un petit immeuble en retrait avec piliers en façade et une frise en bois au-dessus de chaque étage donne l'alignement ancien des bâtiments avant l'[[incendie de 1720]]. Au n°14 on trouve un bâtiment en L, l'hôtel Le Gonidec de Traissan, construit pour cette famille en 1786, marqué en façade principale, au fond de la cour, par quatre pilastres à chapiteaux de style ionique.  
 
C'est dans la ''rue aux Foulons'', actuelle [[rue Le Bastard]], presque en face de l'hôtel de Robien, marqué par sa tourelle en encorbellement coiffée d'un joli lanternon, qu'existait, au numéro 6 au début du 19e siècle, une hôtellerie, "l'hôtel de la Patrie"<ref>''Les Rues de Rennes'' par Lucien Decombe, Alphonse Le Roy, éditeur -1892</ref>. Au n° 24, un petit immeuble en retrait avec piliers en façade et une frise en bois au-dessus de chaque étage donne l'alignement ancien des bâtiments avant l'[[incendie de 1720]]. Au n°14 on trouve un bâtiment en L, l'hôtel Le Gonidec de Traissan, construit pour cette famille en 1786, marqué en façade principale, au fond de la cour, par quatre pilastres à chapiteaux de style ionique.  
  
=== Le vice-amiral défait à Trafalgar vient à Rennes ===
+
=== Le vice-amiral de Villeneuve vient à Rennes ===
  
 
[[File:Amiraldevilleneuve.jpg|150px|right|thumb|Vice-Amiral Pierre Charles de Villeneuve (de Wikimedia Commons. Roneuve)]]   
 
[[File:Amiraldevilleneuve.jpg|150px|right|thumb|Vice-Amiral Pierre Charles de Villeneuve (de Wikimedia Commons. Roneuve)]]   
Le 17 avril [[1806]], le vice-amiral {{w|Pierre Charles Silvestre de Villeneuve }}, 43 ans, venant de Morlaix, fait halte à Rennes. Il est descendu à l'''hôtel de la Patrie'' géré par M. Ledéan, dont il ne sort guère, plongé dans une profonde mélancolie due à sa situation. Il a écrit le 9 avril au duc Decrès, ministre de la marine, pour se soumettre à la justice de l'empereur connaître les dispositions du chef de l'État à son égard et l'informer, qu'avant de poursuivre sa route, il attendait une réponse. Il aurait lu dans ''le Moniteur'' qu'il encourait le ressentiment de l'empereur. De fait le 4 septembre 1805, l'empereur avait écrit de La Malmaison au vice-amiral Decrès :
+
Le 17 avril [[1806]], le vice-amiral {{w|Pierre Charles Silvestre de Villeneuve }}, 43 ans, venant de Morlaix, fait halte à Rennes. Il est descendu à l'''hôtel de la Patrie''<ref>L'Ouest-Eclair du 24 octobre 1905, page 1</ref> géré par M. Ledéan, dont il ne sort guère, plongé dans une profonde mélancolie due à sa situation. Il a écrit le 9 avril au duc Decrès, ministre de la marine, pour se soumettre à la justice de l'empereur, connaître les dispositions du chef de l'État à son égard et l'informer, qu'avant de poursuivre sa route, il attendait une réponse. Il aurait lu dans ''le Moniteur'' qu'il encourait le ressentiment de l'empereur. Sur la ''place aux Arbres'',<ref>[[Place de la Mairie]]</ref> de jeunes Rennais se détournaient vers ces deux étrangers, un homme à la mine distinguée et triste et un noir, un domestique probablement, qui se promenaient en silence.
 +
 
 +
De fait le 4 septembre 1805, l'empereur avait écrit de La Malmaison au vice-amiral Decrès :
 
''L’amiral Villeneuve vient de combler la mesure; il donne, à son départ de Vigo, l’ordre au capitaine Allemand d’aller à Brest, et vous écrit que son intention est d’aller à Cadix. Cela est certainement une trahison. […] Cela n’a plus de nom. Faites-moi un rapport sur toute l’expédition. Villeneuve est un misérable qu’il faut chasser ignominieusement. Sans combinaisons, sans courage, sans intérêt général, il sacrifierait tout pourvu qu’il sauve sa peau''.
 
''L’amiral Villeneuve vient de combler la mesure; il donne, à son départ de Vigo, l’ordre au capitaine Allemand d’aller à Brest, et vous écrit que son intention est d’aller à Cadix. Cela est certainement une trahison. […] Cela n’a plus de nom. Faites-moi un rapport sur toute l’expédition. Villeneuve est un misérable qu’il faut chasser ignominieusement. Sans combinaisons, sans courage, sans intérêt général, il sacrifierait tout pourvu qu’il sauve sa peau''.
  
Lors de la bataille du cap Finisterre (ou bataille des Quinze-Vingt),au large de la Galice (Espagne), le 22 juillet 1805, la flotte franco-espagnole que Villeneuve commandait n'avait pu atteindre la Manche, la flotte britannique de l'amiral Robert Calder, pourtant inférieure en nombre et très éprouvée par la canonnade, l'en ayant empêché.   Puis la flotte de Villeneuve avait été défaite à la {{w|bataille de Trafalgar}} le 22 octobre : assailli par des ordres de Napoléon qui, voyant l'affaire manquée, avait renoncé à ses projets de débarquement en Angleterre, Villeneuve ayant appris que l'amiral Rosily était à Madrid pour venir le remplacer, était sorti de Cadix pour se heurter, le 21 octobre, au large du cap Trafalgar, à l'escadre anglaise de l'amiral Nelson, supérieurement entraînée et commandée. Les dispositions de combat de Villeneuve furent particulièrement mauvaises : ligne de file étirée sur douze kilomètres, mélange de bâtiments français et espagnols, inorganisation du commandement. Malgré quelques belles actions et la conduite héroïque de certains, l'ampleur du désastre fut immense et les pertes, tant humaines que matérielles, élevées. Les 18 vaisseaux français et 15 vaisseaux espagnols avaient été écrasés par les 27 vaisseaux de Nelson et Villeneuve avait alors été fait prisonnier. Il était resté six mois en Angleterre, libéré sur parole mais confiné à Bishop's Waltham, dans le Hampshire, entre Winchester et Portsmouth puis à Reading. Libéré, le vice-amiral devait aller à Paris pour rendre compte à l'Empereur, démarche pénible car il savait bien que celui-ci en avait beaucoup après lui qui n'avait pas exécuté ses ordres: d'abord entraîner l'escadre anglaise loin de ses bases vers les Antilles et revenir vers la France pour permettre aux troupes impériales de débarquer en Angleterre à partir de Boulogne ; puis, cet ordre n'ayant pas été exécuté, de remonter la flotte vers Rochefort et Brest alors que le vice-amiral se laissa enfermer à Cadix pendant plusieurs semaines, les équipages  
+
=== Responsable du désastre de Trafalgar===
 +
Lors de la bataille du cap Finisterre (ou bataille des Quinze-Vingt),au large de la Galice (Espagne), le 22 juillet 1805, la flotte franco-espagnole que Villeneuve commandait n'avait pu atteindre la Manche, la flotte britannique de l'amiral Robert Calder, pourtant inférieure en nombre et très éprouvée par la canonnade, l'en ayant empêché. Puis la flotte de Villeneuve avait été défaite à la {{w|bataille de Trafalgar}} le 22 octobre : assailli par des ordres de Napoléon qui, voyant l'affaire manquée, avait renoncé à ses projets de débarquement en Angleterre, Villeneuve ayant appris que l'amiral Rosily était à Madrid pour venir le remplacer. Comprenant qu’il va être relevé de son commandement, Villeneuve se décide à sortir de Cadix le 19 octobre. Deux jours plus tard, la flotte combinée attaquée sur son arrière garde au cap Trafalgar, vire pour faire face aux deux colonnes anglaises de l'escadre de l'amiral Nelson, supérieurement entraînée et commandée. Mal alignée, tirant trop bas et trop loin, la flotte franco-espagnole subit le choc. Les dispositions de combat de Villeneuve furent particulièrement mauvaises : ligne de file étirée sur douze kilomètres, mélange de bâtiments français et espagnols, inorganisation du commandement. Malgré quelques belles actions et la conduite héroïque de certains, l'ampleur du désastre fut immense et les pertes, tant humaines que matérielles, élevées. Les 18 vaisseaux français et 15 vaisseaux espagnols avaient été écrasés par les 27 vaisseaux de Nelson et Villeneuve avait alors été fait prisonnier. Il était resté six mois en Angleterre, libéré sur parole mais confiné à Bishop's Waltham, dans le Hampshire, entre Winchester et Portsmouth puis à Reading. Libéré, le vice-amiral aurait à aller à Paris pour rendre compte à l'Empereur, démarche pénible car il savait bien que celui-ci en avait beaucoup après lui, la lecture du ''Moniteur'' l'en informait. Il n'avait pas exécuté ses ordres: d'abord entraîner l'escadre anglaise loin de ses bases vers les Antilles et revenir vers la France pour permettre aux troupes impériales de débarquer en Angleterre à partir de Boulogne ; puis, cet ordre n'ayant pas été exécuté, de remonter la flotte vers Rochefort et Brest alors que le vice-amiral se laissa enfermer à Cadix pendant plusieurs semaines, les équipages s'y morfondant, frappés de maladies.
 +
[[Fichier:Acte_de_d%C3%A9c%C3%A8s_de_l%27amiral_de_Villeneuve.png|left|500px|thumb|Acte de décès du vice-amiral Villeneuve, dressé le 23 avril 1806. État civil de Rennes]]
 +
===Mort à l'hôtel de la Patrie ===
 +
 
 +
Le 21 avril dans la soirée, son valet noir, Jean-Baptiste Bacquè, lui remit une lettre épaisse scellée de cire rouge, lettre dont la lecture le troubla puis il demanda du papier et écrit une lettre à sa femme. Le 22 avril, vers dix-sept heures, en rentrant à l’hôtel, le domestique au retour d'une sortie en ville frappe à la porte de la chambre; pas de réponse. Peut-être l’amiral est-il sorti ? Bacqué revient un peu plus tard, frappe de nouveau; toujours pas de réponse.
 +
La nuit venue, le domestique s’inquiète de ce silence car personne n’a vu sortir l’amiral. Il décide de prévenir l’hôtelier et tous deux montent à l’étage, à la lumière d’une chandelle. Ils frappent encore une fois en vain. Examinant de près la serrure, ils observent que la clé était sur la porte, à l’intérieur. L’amiral s’est donc enfermé et, peut-être, a-t-il été pris de malaise, ce qui explique sans doute son silence. Néanmoins ils n’osent enfoncer la porte et alertent la police qui dépêche deux commissaires, Alexandre Bacon et Noël-Vincent Bert, qui arrivent accompagnés d’un serrurier. Faute d'obtenir de réponse, les policiers font forcer la serrure.
 +
 
 +
La chambre est vide, le lit n’a pas été défait. Sur la table, des papiers, ainsi que deux portefeuilles de maroquin rouge disposés en évidence.
 +
L’un des commissaires pousse alors la porte du cabinet de toilette: Villeneuve gît sur le dos, les bras sur le carrelage. Il porte un pantalon de drap bleu et des bottes, son torse est dégagé jusqu’à la ceinture, dans un gilet de flanelle sans manches, largement échancré sur le devant. La poitrine est inondée de sang : un manche noir est planté sous le sein gauche car toute la lame d'un couteau de table a pénétré<ref>''Ce jour là 22 avril 1806 : la mort de l’amiral Pierre-Charles de Villeneuve, suicide ou assassinat ?'' Napoléon. Histoire du Consulat et de l'Empire Robert Ouvrard – Cori Hauer -mai 2018</ref>. Auprès de la lettre on avait trouvé plusieurs paquets contenant de l’argent destiné aux domestiques.
  
=== Suicide ou assassinat ? ===
+
=== Suicide ...===
  
Sur la place aux Arbres, de jeunes Rennais se détournaient vers ces deux étrangers, un homme à la mine distinguée et tristre et un noir, qui se promenaient en silence.
+
Ce serait donc un suicide, car Villeneuve a rédigé une lettre à son épouse :
Le 21 avril dans la soirée, son valet noir, Jean-Baptiste Bacquè, lui remit une lettre épaisse scellée de cire rouge, lettre dont la lecture le troubla puis il demanda du papier et écrivit une lettre à sa femme. "Au moment où tu recevras cette lettre, ton mari ne vivra plus" lira-t-elle. Le 22 avril, vers dix-sept heures, en rentrant à l’hôtel, le domestique au retour d'une sortie en ville frappe à la porte de la chambre; pas de réponse. Peut-être l’amiral est-il sorti ? Bacqué revient un peu plus tard, frappe de nouveau; toujours pas de réponse.
 
La nuit venue, le domestique s’inquiète de ce silence car personne n’a vu sortir l’amiral. Il décide de prévenir l’hôtelier et tous deux montent à l’étage, à la lumière d’une chandelle. Ils frappent encore une fois en vain. Examinant de près la serrure, ils observent  que la clé était sur la porte, à l’intérieur. L’amiral s’est donc enfermé et, peut- être, a-t-il été pris de malaise, ce qui explique sans doute son silence. Néanmoins ils n’osent enfoncer la porte et alertent la police qui dépêche deux commissaires, Alexandre Bacon et Noël-Vincent Bart, qui arrivent b accompagnés d’un serrurier. Faute d'obtenir de réponse,  les policiers font forcer la serrure.
 
  
La chambre est vide, le lit n’a pas été défait. Sur la table, des papiers, ainsi que deux portefeuilles de maroquin rouge disposés en évidence.
+
''Ma tendre amie,
L’un des commissaires pousse alors la porte du cabinet de toilette: Villeneuve gît sur le dos, les bras sur le carrelage. Il porte un pantalon de drap bleu et des bottes, son torse est dégagé jusqu’à la ceinture, dans un gilet de flanelle sans manches, largement échancré sur le devant. La poitrine est inondée de sang :  un manche noir  est planté sous le sein gauche car toute la  lame d'un couteau de table a pénétré. <ref> ''Ce jour là 22 avril 1806 : la mort de l’amiral Pierre-Charles de Villeneuve, suicide ou assassinat ?'' Napoléon. Histoire du Consulat et de l'Empire Robert Ouvrard – Cori Hauer -mai 2018</ref>
+
 
 +
''Comment recevras-tu ce coup ? Hélas je pleure plus sur toi que sur moi. C’en est fait, j’en suis arrivé au terme où la vie est un opprobre et la mort un devoir.
 +
''
 +
''Seul ici, frappé d’anathème par l’Empereur, repoussé par son ministre qui fut mon ami, chargé d’une responsabilité immense dans un désastre qui m’est attribué et auquel la fatalité m’a entraîné, je dois mourir.''
 +
 
 +
''Je sais que tu ne peux goûter aucune apologie de mon action. Je t’en demande pardon, mille fois pardon, mais elle est nécessaire et je suis entraîné par le plus violent désespoir. Vis tranquille, emprunte les consolations des doux sentiments de religion qui t’animent, mon espérance est que tu y trouveras un repos qui m’est refusé.
 +
''
 +
''Adieu, adieu : sèche les larmes de ma famille et de tous ceux auxquels je puis être cher. Je voulais finir, je ne puis.''
 +
 
 +
''Quel bonheur que je n’aie aucun enfant pour recueillir mon horrible héritage et qui soit chargé du poids de mon nom. Ah ! je n’étais pas né pour un pareil sort; je ne l’ai pas cherché, j’y ai été entraîné malgré moi.
 +
''
 +
''Adieu, adieu.
 +
''
 +
''Villeneuve''
 +
 
 +
Le vice-amiral aurait lu le soir même un ouvrage anglais, intitulé ''The Heart'' (''Le cœur'') donnant toutes indications sur la façon d'atteindre l'organe<ref>''La mort de l'amiral de Villeneuve''. A. V. La revue française. Vol. 4 - Hoskin & Snowden. New-York - 1835</ref>. Divers écrits, contradictoires, voire de fabulation, font pencher vers le suicide ou l'assassinat  <ref>[http://www.histoire-empire.org/marine/la_mort_de_villeneuve.htm La mort de Villeneuve], sur le site Histoire Empire</ref>. L'enquête menée par la police de Fouché conclue à un suicide, confirmé par le docteur O'Meara, médecin à Sainte-Hélène de Napoléon qui lui confiera :" J'ai donné l'ordre à Villeneuve de rester à Rennes, il s'y est renseigné sur l'anatomie et s'est piqué d'une stylet vers le cœur". On peut toutefois s'étonner de propos que l'Empereur aurait tenus rapportés par Barry O'Meara faisant état d'une épingle : ''« Villeneuve, lorsqu’il fut fait prisonnier par les Britanniques, fut tellement affligé de sa défaite qu’il étudia l’anatomie pour se détruire lui-même. À cet effet, il acheta plusieurs gravures anatomiques du cœur, et les compara avec son propre corps, pour s’assurer exactement de la position de cet organe. Lors de son arrivée en France, je lui ordonnai de rester à Rennes et de ne pas venir à Paris. Villeneuve craignant d’être jugé par un conseil de guerre, pour avoir désobéi à mes ordres, et conséquemment avoir perdu la flotte (car je lui avais ordonné de ne pas mettre à la voile et de ne pas s’engager avec les Britanniques), résolut de se détruire. En conséquence, il prit ses gravures du cœur, les compara de nouveau avec sa poitrine, fit exactement au centre de la gravure une longue piqûre avec une longue épingle, fixa ensuite cette épingle, autant que possible, à la même place, contre sa poitrine, l’enfonça jusqu’à la tête qui pénétra le cœur et il expira. Lorsque l'on ouvrit sa chambre, on le trouva mort ; l’épingle était dans sa poitrine, et la marque faite dans la gravure correspondait à la blessure de son sein. Il n’aurait pas dû agir ainsi, c’était un brave, bien qu’il n’eût aucun talent. »'' <ref>"''Napoleon in exile; or, A voice from St. Helena. The opinions and reflections of Napoleon on the most important events of his life and government in his own words'' " O'Meara Ed. Simpkin & Marshall London - 1822)</ref>
 +
 
 +
De Saint-Cloud, le 26 avril 1806, Napoléon écrit au vice-amiral Decrès et, étrangement, ne veut pas qu'on fasse état de la lettre de Villeneuve à son épouse, comme si cette pièce était écartée comme gênante :
 +
 
 +
''Monsieur Decrès, je pense qu’il faut que vous fassiez faire une relation par le médecin de l’amiral Villeneuve pour être mise dans les journaux de lundi, et, s’il est possible, même demain, afin d’empêcher que de fausses directions s’emparent de cette affaire. Vous ferez imprimer les deux lettres que vous lui avez écrites et celles qu’il vous a répondues, la relation du médecin et le rapport du maréchal Moncey qui dit comment on l’a trouvé mort. Il est inutile de parler de la lettre à sa femme.''
 +
 
 +
===ou assassinat ?===
 +
 
 +
La rumeur publique, alimentée par les ennemis de "l'Usurpateur", se fixe sur l'assassinat. Il est vrai que l'{{w| Affaire du duc d'Enghien}} exécuté deux ans avant dans les fossés de Vincennes, est un précédent sanglant, fâcheux pour la thèse du suicide, incitant à pencher pour celle de l'assassinat.
 +
D'ailleurs  le rapport de police fait état de six coups de couteau. Deux policiers rennais les ont constatés. Il est difficile d'admettre qu'une personne voulant se suicider se donne six coups de couteau dans la poitrine, sauf à admettre que le couteau étant un couteau de table, la lame pénétrait difficilement en profondeur et l'amiral, ayant fort mal repéré l'emplacement du cœur malgré son livre, se serait obstiné. L’un des enquêteurs, François Martin, magistrat de sûreté pour l’arrondissement de Rennes, prescrivit logiquement l’ouverture d’une enquête : ''ayant été instruit que cette mort est le résultat de plusieurs coups de couteau : que, dans pareille circonstance, il est nécessaire d’épuiser toutes les preuves pour connaître parfaitement les causes ou les auteurs d’un pareil événement, nous avons rendu plainte d’office contre tous auteurs, fauteurs ou complices de ce meurtre''. Martin n'est pas Fouché et la thèse du suicide prévaudra.
  
Ce serait donc un suicide, sauf que le rapport de police fait état de six coups de couteau mais le vice-amiral aurait lu le soir même un ouvrage anglais, intitulé ''The Heart'' (''Le cœur'') donnant toutes indications sur la façon d'atteindre l'organe<ref>''La mort de l'amiral de Villeneuve''. A. V. La revue française. Vol. 4 - Hoskin & Snowden. New-York - 1835</ref>. Divers écrits, contradictoires, voire de fabulation, font pencher vers le suicide ou l'assassinat car il est difficile d'admettre qu'une personne voulant se suicider se donne six coups de couteau dans la poitrine<ref>[http://www.histoire-empire.org/marine/la_mort_de_villeneuve.htm La mort de Villeneuve], sur le site Histoire Empire</ref>.  L'enquête menée par la police de Fouché conclue à un suicide, confirmé par le docteur O'Meara, médecin de Napoléon, à qui il confiera, à Sainte-Hélène, cette thèse :" J'ai donné l'ordre à Villeneuve de rester à Rennes, il s'y est renseigné sur l'anatomie et s'est piqué d'une stylet vers le coeur". On peut toutefois s'étonner de propos que l'Empereur aurait tenus rapportés par O'Meara faisant état d'une épingle : ''Villeneuve, lorsqu’il fut fait prisonnier par les Britanniques, fut tellement affligé de sa défaite qu’il étudia l’anatomie pour se détruire lui-même. À cet effet, il acheta plusieurs gravures anatomiques du cœur, et les compara avec son propre corps, pour s’assurer exactement de la position de cet organe. Lors de son arrivée en France, je lui ordonnai de rester à Rennes et de ne pas venir à Paris. Villeneuve craignant d’être jugé par un conseil de guerre, pour avoir désobéi à mes ordres, et conséquemment avoir perdu la flotte (car je lui avais ordonné de ne pas mettre à la voile et de ne pas s’engager avec les Britanniques), résolut de se détruire. En conséquence, il prit ses gravures du cœur, les compara de nouveau avec sa poitrine, fit exactement au centre de la gravure une longue piqûre avec une longue épingle, fixa ensuite cette épingle, autant que possible, à la même place, contre sa poitrine, l’enfonça jusqu’à la tête qui pénétra le cœur et il expira. Lorsqu’on ouvrit sa chambre, on le trouva mort ; l’épingle était dans sa poitrine, et la marque faite dans la gravure correspondait à la blessure de son sein. Il n’aurait pas dû agir ainsi, c’était un brave, bien qu’il n’eût aucun talent. »'' <ref>"''Napoleon in exile; or, A voice from St. Helena. The opinions and reflections of Napoleon on the most important events of his life and government in his own words'' " O'Meara Ed. Simpkin & Marshall London - 1822)</ref>
+
Les obsèques de première classe eurent lieu à l'[[église Saint-Germain]] et la ville de Rennes lui fit des funérailles pompeuses : un somptueux catafalque reçut le cercueil escorté par la troupe en armes et par les corps constitués au son d'une musique funèbre et suivi d'une grande foule. On peut donc s'étonner qu'on n'ait jamais su où il fut inhumé : au [[cimetière du nord]] ou dans un des petits cimetières paroissiaux qui existaient encore ? Marteville écrit que "le corps fut inhumé dans le cimetière commun". <ref> ''Rennes Moderne'' t.III, p. 313 A. Marteville. Deniel et Verdier, libraires,Rennes  </ref> Fait étonnant étant donné la défaite de Trafalgar, le nom ''Villeneuve'' est gravé sur la 13e colonne du pilier est de l'{{w|Arc de triomphe de l'Étoile|Arc de Triomphe}}.
  
Les obsèques de première classe eurent lieu à l'[[église Saint-Germain]] et la ville de Rennes lui fit des funérailles pompeuses : un somptueux catafalque reçut le cercueil escorté par la troupe en armes et par les corps constitués au son d'une musique funèbre et suivi d'une grande foule. On peut donc s'étonner qu'on n'ait jamais su où il fut inhumé : au cimetière du nord ou dans un des petits cimetières paroissiaux qui existaient encore ? Le nom ''Villeneuve'' est gravé sur la 13e colonne du pilier est de l'Arc de Triomphe.
+
== Références ==
 +
<references/>
  
 
[[Catégorie:Faits divers|Mort]]
 
[[Catégorie:Faits divers|Mort]]

Version actuelle datée du 19 février 2019 à 12:50

C'est dans la rue aux Foulons, actuelle rue Le Bastard, presque en face de l'hôtel de Robien, marqué par sa tourelle en encorbellement coiffée d'un joli lanternon, qu'existait, au numéro 6 au début du 19e siècle, une hôtellerie, "l'hôtel de la Patrie"[1]. Au n° 24, un petit immeuble en retrait avec piliers en façade et une frise en bois au-dessus de chaque étage donne l'alignement ancien des bâtiments avant l'incendie de 1720. Au n°14 on trouve un bâtiment en L, l'hôtel Le Gonidec de Traissan, construit pour cette famille en 1786, marqué en façade principale, au fond de la cour, par quatre pilastres à chapiteaux de style ionique.

Le vice-amiral de Villeneuve vient à Rennes

Vice-Amiral Pierre Charles de Villeneuve (de Wikimedia Commons. Roneuve)

Le 17 avril 1806, le vice-amiral Pierre Charles Silvestre de Villeneuve Wikipedia-logo-v2.svg, 43 ans, venant de Morlaix, fait halte à Rennes. Il est descendu à l'hôtel de la Patrie[2] géré par M. Ledéan, dont il ne sort guère, plongé dans une profonde mélancolie due à sa situation. Il a écrit le 9 avril au duc Decrès, ministre de la marine, pour se soumettre à la justice de l'empereur, connaître les dispositions du chef de l'État à son égard et l'informer, qu'avant de poursuivre sa route, il attendait une réponse. Il aurait lu dans le Moniteur qu'il encourait le ressentiment de l'empereur. Sur la place aux Arbres,[3] de jeunes Rennais se détournaient vers ces deux étrangers, un homme à la mine distinguée et triste et un noir, un domestique probablement, qui se promenaient en silence.

De fait le 4 septembre 1805, l'empereur avait écrit de La Malmaison au vice-amiral Decrès : L’amiral Villeneuve vient de combler la mesure; il donne, à son départ de Vigo, l’ordre au capitaine Allemand d’aller à Brest, et vous écrit que son intention est d’aller à Cadix. Cela est certainement une trahison. […] Cela n’a plus de nom. Faites-moi un rapport sur toute l’expédition. Villeneuve est un misérable qu’il faut chasser ignominieusement. Sans combinaisons, sans courage, sans intérêt général, il sacrifierait tout pourvu qu’il sauve sa peau.

Responsable du désastre de Trafalgar

Lors de la bataille du cap Finisterre (ou bataille des Quinze-Vingt),au large de la Galice (Espagne), le 22 juillet 1805, la flotte franco-espagnole que Villeneuve commandait n'avait pu atteindre la Manche, la flotte britannique de l'amiral Robert Calder, pourtant inférieure en nombre et très éprouvée par la canonnade, l'en ayant empêché. Puis la flotte de Villeneuve avait été défaite à la bataille de Trafalgar Wikipedia-logo-v2.svg le 22 octobre : assailli par des ordres de Napoléon qui, voyant l'affaire manquée, avait renoncé à ses projets de débarquement en Angleterre, Villeneuve ayant appris que l'amiral Rosily était à Madrid pour venir le remplacer. Comprenant qu’il va être relevé de son commandement, Villeneuve se décide à sortir de Cadix le 19 octobre. Deux jours plus tard, la flotte combinée attaquée sur son arrière garde au cap Trafalgar, vire pour faire face aux deux colonnes anglaises de l'escadre de l'amiral Nelson, supérieurement entraînée et commandée. Mal alignée, tirant trop bas et trop loin, la flotte franco-espagnole subit le choc. Les dispositions de combat de Villeneuve furent particulièrement mauvaises : ligne de file étirée sur douze kilomètres, mélange de bâtiments français et espagnols, inorganisation du commandement. Malgré quelques belles actions et la conduite héroïque de certains, l'ampleur du désastre fut immense et les pertes, tant humaines que matérielles, élevées. Les 18 vaisseaux français et 15 vaisseaux espagnols avaient été écrasés par les 27 vaisseaux de Nelson et Villeneuve avait alors été fait prisonnier. Il était resté six mois en Angleterre, libéré sur parole mais confiné à Bishop's Waltham, dans le Hampshire, entre Winchester et Portsmouth puis à Reading. Libéré, le vice-amiral aurait à aller à Paris pour rendre compte à l'Empereur, démarche pénible car il savait bien que celui-ci en avait beaucoup après lui, la lecture du Moniteur l'en informait. Il n'avait pas exécuté ses ordres: d'abord entraîner l'escadre anglaise loin de ses bases vers les Antilles et revenir vers la France pour permettre aux troupes impériales de débarquer en Angleterre à partir de Boulogne ; puis, cet ordre n'ayant pas été exécuté, de remonter la flotte vers Rochefort et Brest alors que le vice-amiral se laissa enfermer à Cadix pendant plusieurs semaines, les équipages s'y morfondant, frappés de maladies.

Acte de décès du vice-amiral Villeneuve, dressé le 23 avril 1806. État civil de Rennes

Mort à l'hôtel de la Patrie

Le 21 avril dans la soirée, son valet noir, Jean-Baptiste Bacquè, lui remit une lettre épaisse scellée de cire rouge, lettre dont la lecture le troubla puis il demanda du papier et écrit une lettre à sa femme. Le 22 avril, vers dix-sept heures, en rentrant à l’hôtel, le domestique au retour d'une sortie en ville frappe à la porte de la chambre; pas de réponse. Peut-être l’amiral est-il sorti ? Bacqué revient un peu plus tard, frappe de nouveau; toujours pas de réponse. La nuit venue, le domestique s’inquiète de ce silence car personne n’a vu sortir l’amiral. Il décide de prévenir l’hôtelier et tous deux montent à l’étage, à la lumière d’une chandelle. Ils frappent encore une fois en vain. Examinant de près la serrure, ils observent que la clé était sur la porte, à l’intérieur. L’amiral s’est donc enfermé et, peut-être, a-t-il été pris de malaise, ce qui explique sans doute son silence. Néanmoins ils n’osent enfoncer la porte et alertent la police qui dépêche deux commissaires, Alexandre Bacon et Noël-Vincent Bert, qui arrivent accompagnés d’un serrurier. Faute d'obtenir de réponse, les policiers font forcer la serrure.

La chambre est vide, le lit n’a pas été défait. Sur la table, des papiers, ainsi que deux portefeuilles de maroquin rouge disposés en évidence. L’un des commissaires pousse alors la porte du cabinet de toilette: Villeneuve gît sur le dos, les bras sur le carrelage. Il porte un pantalon de drap bleu et des bottes, son torse est dégagé jusqu’à la ceinture, dans un gilet de flanelle sans manches, largement échancré sur le devant. La poitrine est inondée de sang : un manche noir est planté sous le sein gauche car toute la lame d'un couteau de table a pénétré[4]. Auprès de la lettre on avait trouvé plusieurs paquets contenant de l’argent destiné aux domestiques.

Suicide ...

Ce serait donc un suicide, car Villeneuve a rédigé une lettre à son épouse :

Ma tendre amie,

Comment recevras-tu ce coup ? Hélas je pleure plus sur toi que sur moi. C’en est fait, j’en suis arrivé au terme où la vie est un opprobre et la mort un devoir. Seul ici, frappé d’anathème par l’Empereur, repoussé par son ministre qui fut mon ami, chargé d’une responsabilité immense dans un désastre qui m’est attribué et auquel la fatalité m’a entraîné, je dois mourir.

Je sais que tu ne peux goûter aucune apologie de mon action. Je t’en demande pardon, mille fois pardon, mais elle est nécessaire et je suis entraîné par le plus violent désespoir. Vis tranquille, emprunte les consolations des doux sentiments de religion qui t’animent, mon espérance est que tu y trouveras un repos qui m’est refusé. Adieu, adieu : sèche les larmes de ma famille et de tous ceux auxquels je puis être cher. Je voulais finir, je ne puis.

Quel bonheur que je n’aie aucun enfant pour recueillir mon horrible héritage et qui soit chargé du poids de mon nom. Ah ! je n’étais pas né pour un pareil sort; je ne l’ai pas cherché, j’y ai été entraîné malgré moi. Adieu, adieu. Villeneuve

Le vice-amiral aurait lu le soir même un ouvrage anglais, intitulé The Heart (Le cœur) donnant toutes indications sur la façon d'atteindre l'organe[5]. Divers écrits, contradictoires, voire de fabulation, font pencher vers le suicide ou l'assassinat [6]. L'enquête menée par la police de Fouché conclue à un suicide, confirmé par le docteur O'Meara, médecin à Sainte-Hélène de Napoléon qui lui confiera :" J'ai donné l'ordre à Villeneuve de rester à Rennes, il s'y est renseigné sur l'anatomie et s'est piqué d'une stylet vers le cœur". On peut toutefois s'étonner de propos que l'Empereur aurait tenus rapportés par Barry O'Meara faisant état d'une épingle : « Villeneuve, lorsqu’il fut fait prisonnier par les Britanniques, fut tellement affligé de sa défaite qu’il étudia l’anatomie pour se détruire lui-même. À cet effet, il acheta plusieurs gravures anatomiques du cœur, et les compara avec son propre corps, pour s’assurer exactement de la position de cet organe. Lors de son arrivée en France, je lui ordonnai de rester à Rennes et de ne pas venir à Paris. Villeneuve craignant d’être jugé par un conseil de guerre, pour avoir désobéi à mes ordres, et conséquemment avoir perdu la flotte (car je lui avais ordonné de ne pas mettre à la voile et de ne pas s’engager avec les Britanniques), résolut de se détruire. En conséquence, il prit ses gravures du cœur, les compara de nouveau avec sa poitrine, fit exactement au centre de la gravure une longue piqûre avec une longue épingle, fixa ensuite cette épingle, autant que possible, à la même place, contre sa poitrine, l’enfonça jusqu’à la tête qui pénétra le cœur et il expira. Lorsque l'on ouvrit sa chambre, on le trouva mort ; l’épingle était dans sa poitrine, et la marque faite dans la gravure correspondait à la blessure de son sein. Il n’aurait pas dû agir ainsi, c’était un brave, bien qu’il n’eût aucun talent. » [7]

De Saint-Cloud, le 26 avril 1806, Napoléon écrit au vice-amiral Decrès et, étrangement, ne veut pas qu'on fasse état de la lettre de Villeneuve à son épouse, comme si cette pièce était écartée comme gênante :

Monsieur Decrès, je pense qu’il faut que vous fassiez faire une relation par le médecin de l’amiral Villeneuve pour être mise dans les journaux de lundi, et, s’il est possible, même demain, afin d’empêcher que de fausses directions s’emparent de cette affaire. Vous ferez imprimer les deux lettres que vous lui avez écrites et celles qu’il vous a répondues, la relation du médecin et le rapport du maréchal Moncey qui dit comment on l’a trouvé mort. Il est inutile de parler de la lettre à sa femme.

ou assassinat ?

La rumeur publique, alimentée par les ennemis de "l'Usurpateur", se fixe sur l'assassinat. Il est vrai que l'Affaire du duc d'Enghien Wikipedia-logo-v2.svg exécuté deux ans avant dans les fossés de Vincennes, est un précédent sanglant, fâcheux pour la thèse du suicide, incitant à pencher pour celle de l'assassinat. D'ailleurs le rapport de police fait état de six coups de couteau. Deux policiers rennais les ont constatés. Il est difficile d'admettre qu'une personne voulant se suicider se donne six coups de couteau dans la poitrine, sauf à admettre que le couteau étant un couteau de table, la lame pénétrait difficilement en profondeur et l'amiral, ayant fort mal repéré l'emplacement du cœur malgré son livre, se serait obstiné. L’un des enquêteurs, François Martin, magistrat de sûreté pour l’arrondissement de Rennes, prescrivit logiquement l’ouverture d’une enquête : ayant été instruit que cette mort est le résultat de plusieurs coups de couteau : que, dans pareille circonstance, il est nécessaire d’épuiser toutes les preuves pour connaître parfaitement les causes ou les auteurs d’un pareil événement, nous avons rendu plainte d’office contre tous auteurs, fauteurs ou complices de ce meurtre. Martin n'est pas Fouché et la thèse du suicide prévaudra.

Les obsèques de première classe eurent lieu à l'église Saint-Germain et la ville de Rennes lui fit des funérailles pompeuses : un somptueux catafalque reçut le cercueil escorté par la troupe en armes et par les corps constitués au son d'une musique funèbre et suivi d'une grande foule. On peut donc s'étonner qu'on n'ait jamais su où il fut inhumé : au cimetière du nord ou dans un des petits cimetières paroissiaux qui existaient encore ? Marteville écrit que "le corps fut inhumé dans le cimetière commun". [8] Fait étonnant étant donné la défaite de Trafalgar, le nom Villeneuve est gravé sur la 13e colonne du pilier est de l'Arc de Triomphe Wikipedia-logo-v2.svg.

Références

  1. Les Rues de Rennes par Lucien Decombe, Alphonse Le Roy, éditeur -1892
  2. L'Ouest-Eclair du 24 octobre 1905, page 1
  3. Place de la Mairie
  4. Ce jour là 22 avril 1806 : la mort de l’amiral Pierre-Charles de Villeneuve, suicide ou assassinat ? Napoléon. Histoire du Consulat et de l'Empire Robert Ouvrard – Cori Hauer -mai 2018
  5. La mort de l'amiral de Villeneuve. A. V. La revue française. Vol. 4 - Hoskin & Snowden. New-York - 1835
  6. La mort de Villeneuve, sur le site Histoire Empire
  7. "Napoleon in exile; or, A voice from St. Helena. The opinions and reflections of Napoleon on the most important events of his life and government in his own words " O'Meara Ed. Simpkin & Marshall London - 1822)
  8. Rennes Moderne t.III, p. 313 A. Marteville. Deniel et Verdier, libraires,Rennes