Métairie de Sainte-Foy

De WikiRennes

Révision de 24 novembre 2017 à 19:55 par TigH (discussion | contributions) (Page créée avec « La '''métairie de Sainte-Foy''' était une métairie de Rennes, bordant la rivière dans le secteur de la Prévallays. ==La saisie de 1702== Contrat judiciel de la... »)

(diff) ← Version précédente | Voir la version courante (diff) | Version suivante → (diff)

La métairie de Sainte-Foy était une métairie de Rennes, bordant la rivière dans le secteur de la Prévallays.

La saisie de 1702

Contrat judiciel de la terre [métairie] de Sainte Foy, saisie sur Jean Riviere, mari de Michelle Corbel, marchand - octobre 1702, et une "boutique pres la Cour de Rennes" adjugées à Jean Delagrée, dette envers Michel Bachelier, marchand à Paris et huit autres créanciers, non compris les religieuses de Saint Cyr. La dette envers Michel Bachelier est de 1666 livres, selon les sentences de la provosté de Rennes du 4 février 1692 et 29 novembre 1694 !

Ci-dessous, la transcription de la description des biens[1].


  • Le lieu et mettairie de Sainte Foy, scittuée en la psse. de Toussaints dudit Rennes, consistant en une rangée de maisons de cinq aistres, advisagées à midy : celluy vers occident sert de retenue, basty de murailles, bois et terrasse couverte d'ardoises ; l'embas avec cheminée, chambre au dessus tuillée aussi aveq cheminée retranchée en un coin d'un cabinet de carreaux dans lequel il y a un siege de lattrinnes ; un grenier sur lad. chambre laquelle chambre et galletail se servent par une montée à pied droit qui sera cy apres declarée ; l'autre logis y joignant à l'oriant sert de demeure au fermier, aussi aveq cheminée retranchée de la petitte montée qui sert audit logis cy devant ; un petit cellier au derriere divisé en deux, le tout doublé de plancher et sans separation d'iceux ; sur le plancher dudit cellier, il y a une petitte cheminée et le plancher de l'embas dudit fermier doublé de carreaux ; un autre plancher de terrasse au dessus du precedent qui se sert par la montée du logis cy devant mentionné ; un autre logis au joignant et à l'oriant du precedent, basty de bois et terrasse, couvert d'ardoise demie croix sur le devant aveq cheminée dans l'embas et montée de bois en viz ; chambre au dessus tuillée aveq cheminée et grenier sur laditte chambre retranchée de lanclos? de montée ; deux autres logis joignant le bout oriental de la rangée et joignant le dernier logis, de plus basse ellevation, faitte de bois et terrasse, couverte d'ardoise ; l'un desquels sert de grange en lequel il y a un pressouer aveq ses ustancilles ; l'autre sert d'estables, doublé de plancher ;
  • une estable à porcs au devant de partye de laditte etable cy devant, aussi couverte d'ardoise en bas costé ;
  • le four et fournil en la court cy apres ;
  • la court au devant de tous lesd. logis, close de murs de terre et pierres couvertes d'ardoise aveq le portal et entrée dudit lieu aussi couvert d'ardoise, en laquelle court est ledict four et fournil et le puit proche ledict portal, contenant icelle court d'orient à occident quatre vingt quatre pieds et cinqt. un de laise ;
  • le jardin de retenue nommé le courtil Masson, en partie clos de muraille à l'occident desd. logis, contenant dix cordes ;
  • autre jardin à l'occidant, et au joignant du precedant, servant audit mettayer aussi nommé le courtil Masson, planté d'arbres, contenant trante six cordes ;
  • le jardin derriere desd. logis, contenant soixante six cordes, à présent en laboeur ;
  • la piece devant estant au midy et à tresault dudit lieu le chemin entre deux, contenant soixante une cordes ;
  • la piece nommée le champ Bouecel à tressault vers orient dudit clos devant, une piece entre deux, apartenante à Thomasse Menard, contenant un journal quarante une cordes ;
  • la piece de la Barette, faite en forme de hache, joignant du bout du midy au chemin qui conduist à la Taupinnays, d'autre bout à la rabinne du Sr. Malitourne, le chemin de la Prevallais entre deux, contenant un journal quatorze cordes ;
  • le jardin du Belleosier? en labeur, joignant au jardin dudit Sr. Malitourne, d'autre costé à lad. piece de la Barette, contenant vingt huit cordes, quantité au costé vers occident du pré derriere joint vers midy ledit jardin derriere et vers septantrion la riviere, contenant trantehuit cordes ;
  • quantité vers midy du courtil du verger, autrement du Chasteignier, joignant le jardin derriere, contenant quatorze cordes, aveq ses hayes vers oriant ;
  • quantité dans la prée des Grands Prés, joignant vers oriant à autre quantité de la metairie de Sainte Foy, vers occident à autre quantité de Pierre Martin, du bout du nord à la riviere, contenant un journal trois cordes ;
  • la pièce de la Quesnée, plantée d'une rangée de poiriers, joint du bout d'oriant à un chemin et de l'autre bout celluy de la Prevallays, contenant soixante cordes ;
  • la pièce des Grands Clos, en pasture et plantée d'autres [sic], joignant du bout du midy ledict chemin de la Prevallais et d'autre bout celle cy apres, contenant deux journaux quarante six cordes ;
  • autre piece nommée les Closeaux, xxx xxx frische, plantée d'autres [sic], joint vers midy la precedante et vers le nort la riviere, un petit pré entre deux, contenant un journal quarante quatre cordes ;
  • la piece des Fontainnes, faite en hache et à deux reages, joint vers septantrion un chemin, par autres endroits à terre de la Prevallaye, contenante compris la quantité en queue proche ledit chemin de la Prevallais, trois journaux soixante et quatorze cordes ;
  • deux quantités de prées dans les prés des Bougrieres nommée les Preaux, et presque en la queue d'icelle, l'une contenante trante deux cordes et l'autre vers oriant vingt et deux separée d'une petite quantité et tout autour de la terre des Bougrieres fors vers midy, un petit chemin ou ruette et sans separation d'icelle quantité ;
  • et de plus la boutique d'un logis située en la grande cour de Rennes, psse. St. Aubin, aussi appartennantes auxd. Sr et Dlle. Riviere, contenant de face dix sept pieds et demy, compris le port de pierre de grain vers occident et au joignant, et de profondeur par le bout oriantal, sept pieds et demy et par l'autre bout neuf pieds et demy, dans laquelle cy devant demeurait le Sieur Vaudricourt, marchant, joignant par derriere les murs de la ville, d'un costé ledit port de pierre cy devant, et d'autre costé à maison apartenante cy devant aux heritiers du feu Sieur Delaunay Jouet, marchand, icelle boutique autrefois devisée en deux, planchée de carreaux sur une cave au dessoubs, y ayant cheminée, et lad. boutique garnie de menuizerie et une armoire d'attache ...


Notes et références

  1. Archives départementales d'Ille-et-Vilaine : cote 2B 433.