Réfugiés espagnols à Rennes : Différence entre versions

De WikiRennes
(lien externe)
(2 révisions intermédiaires par le même utilisateur non affichées)
Ligne 2 : Ligne 2 :
  
 
[[Fichier:Milicien_espagnol_bless%C3%A9.png|300px|right|thumb|Un milicien blessé arrive en gare de Rennes (''Ouest-Eclair'' 21.04.1938)]]
 
[[Fichier:Milicien_espagnol_bless%C3%A9.png|300px|right|thumb|Un milicien blessé arrive en gare de Rennes (''Ouest-Eclair'' 21.04.1938)]]
 +
===1937===
 +
La guerre civile espagnole se traduit peu à peu par une domination des troupes franquistes au détriment des forces composites des républicains. À mesure que ceux-ci cèdent du terrain, des habitants s’estimant en danger quittent leurs villages et leurs villes, refluant vers le nord.Début juin arrivent à Rennes les premiers réfugiés qui ont débarqué du bateau à  La Rochelle, en provenance de Bilbao et de {{w|Guernica}}. Le préfet réquisitionne une propriété inhabitée au 23 [[ rue d'Inkermann ]].Le 19 juin 1937 arrivent à Rennes d'autres réfugiés qui sont logés au château de [[la Piletière]] mais un mouvement de reflux se produit : des réfugiés quittent Redon et Vitré et rejoignent ceux de Rennes pour prendre un train vers l’Espagne le 7 octobre. Fin décembre, sur les 600 réfugiés à Rennes, il n'en reste qu'une vingtaine.
  
 
===1938===
 
===1938===
La guerre civile espagnole se traduit peu à peu par une domination des troupes franquistes au détriment des forces composites des républicains. À mesure que ceux-ci cèdent du terrain, des habitants s’estimant en danger quittent leurs villages et leurs villes, refluant vers le nord. Le 19 juin 1937 arrivent à Rennes les premiers réfugiés qui sont logés au château de [[la Piletière]] mais un mouvement de reflux se produit : des réfugiés quittent Redon et Vitré et rejoignent ceux de Rennes pour prendre un train vers l’Espagne le 7 octobre.
 
  
 +
[[Fichier:R%C3%A9fugi%C3%A9s_espagnols_1937.png|left|450px|thumb|''Ouest-Eclair'' 10.06.1937]]
 
[[Fichier:Arriv%C3%A9e_de_r%C3%A9fugi%C3%A9s_espagnols.png|350px|left|thumb|Afflux de réfugiés en avril 1938]]
 
[[Fichier:Arriv%C3%A9e_de_r%C3%A9fugi%C3%A9s_espagnols.png|350px|left|thumb|Afflux de réfugiés en avril 1938]]
 
[[Fichier:Surveillance_des_espagnols.png|700px|right|thumb|''Ouest-Eclair'' 13.03.1939]]
 
[[Fichier:Surveillance_des_espagnols.png|700px|right|thumb|''Ouest-Eclair'' 13.03.1939]]
[[Fichier:Chez_les_r%C3%A9fugi%C3%A9s_espagnols.png|left|500px|thumb|Au 23 rue d'Inkermann (''Ouest-Eclair'' 15.06.1937]]
+
 
 
En avril 1938 c’est un nouvel afflux, essentiellement des femmes et des enfants descendant en gare de Rennes, qu’on loge au camp de Verdun, route de Redon : 318 le 14 avril, 267 le 16 avril – dont 64 enfants. Les membres de la famille Lopez (célèbres marchands de glaces à Rennes)<ref>[[Souvenirs du parc du Thabor]]</ref> se mirent à la disposition de l'accueil pour servir d'interprètes. Le 24 avril on en est au quatrième convoi. Le 25 avril ils y sont 816 dont une trentaine souhaitent regagner leur patrie. Emile Drouillas<ref>[[rue Emile Drouillas]]</ref> qui soutenait les "Brigadistes" français organise le "Secours rouge" pour venir en aide aux réfugiés espagnols en ajoutant à l'accueil un soutien financier recueilli lors de nombreuses fêtes. C'est aussi le cas du docteur Gaston Tannou<ref>[[Crèche et Ecole Maternelle Docteur Gaston Tannou]]</ref>.
 
En avril 1938 c’est un nouvel afflux, essentiellement des femmes et des enfants descendant en gare de Rennes, qu’on loge au camp de Verdun, route de Redon : 318 le 14 avril, 267 le 16 avril – dont 64 enfants. Les membres de la famille Lopez (célèbres marchands de glaces à Rennes)<ref>[[Souvenirs du parc du Thabor]]</ref> se mirent à la disposition de l'accueil pour servir d'interprètes. Le 24 avril on en est au quatrième convoi. Le 25 avril ils y sont 816 dont une trentaine souhaitent regagner leur patrie. Emile Drouillas<ref>[[rue Emile Drouillas]]</ref> qui soutenait les "Brigadistes" français organise le "Secours rouge" pour venir en aide aux réfugiés espagnols en ajoutant à l'accueil un soutien financier recueilli lors de nombreuses fêtes. C'est aussi le cas du docteur Gaston Tannou<ref>[[Crèche et Ecole Maternelle Docteur Gaston Tannou]]</ref>.
 
===1939===
 
===1939===

Version du 11 février 2019 à 11:42


Un milicien blessé arrive en gare de Rennes (Ouest-Eclair 21.04.1938)

1937

La guerre civile espagnole se traduit peu à peu par une domination des troupes franquistes au détriment des forces composites des républicains. À mesure que ceux-ci cèdent du terrain, des habitants s’estimant en danger quittent leurs villages et leurs villes, refluant vers le nord.Début juin arrivent à Rennes les premiers réfugiés qui ont débarqué du bateau à La Rochelle, en provenance de Bilbao et de Guernica Wikipedia-logo-v2.svg. Le préfet réquisitionne une propriété inhabitée au 23 rue d'Inkermann .Le 19 juin 1937 arrivent à Rennes d'autres réfugiés qui sont logés au château de la Piletière mais un mouvement de reflux se produit : des réfugiés quittent Redon et Vitré et rejoignent ceux de Rennes pour prendre un train vers l’Espagne le 7 octobre. Fin décembre, sur les 600 réfugiés à Rennes, il n'en reste qu'une vingtaine.

1938

Ouest-Eclair 10.06.1937
Afflux de réfugiés en avril 1938
Ouest-Eclair 13.03.1939

En avril 1938 c’est un nouvel afflux, essentiellement des femmes et des enfants descendant en gare de Rennes, qu’on loge au camp de Verdun, route de Redon : 318 le 14 avril, 267 le 16 avril – dont 64 enfants. Les membres de la famille Lopez (célèbres marchands de glaces à Rennes)[1] se mirent à la disposition de l'accueil pour servir d'interprètes. Le 24 avril on en est au quatrième convoi. Le 25 avril ils y sont 816 dont une trentaine souhaitent regagner leur patrie. Emile Drouillas[2] qui soutenait les "Brigadistes" français organise le "Secours rouge" pour venir en aide aux réfugiés espagnols en ajoutant à l'accueil un soutien financier recueilli lors de nombreuses fêtes. C'est aussi le cas du docteur Gaston Tannou[3].

1939

L’année 1939 est encore un temps d’exode déclenché par la victoire des troupes de Franco : le 2 février arrivent 450 femmes et enfants et Rennes apparaît comme la « gare régulatrice" des divers convois qui sont montés vers l’ouest. Le 7 février 900 réfugiés continuent sur Quimper alors qu’autant sont descendus à Rennes où c’est toujours le camp de Verdun et l’ancien moulin de Saint-Cyr qui les reçoivent. Ces lieux sont surveillés par des gardiens chargés de ne laisser entrer et sortir personne qui ne soit muni d’une autorisation. Les autorités veulent empêcher toute propagande politique et éviter les tensions entre les réfugiés qui n’appartiennent pas tous à la même tendance politique. Le contrôle est aussi d’ordre sanitaire car les maladies – gale, fièvre typhoïde ou rougeole – sont fréquentes[4]. 600 ont été soignés à l’Hôtel-Dieu, la plupart dans une salle qui leur était réservée[5]. Rennes atteint le chiffre de 3000 réfugiés qui ont été aussi bien accueillis que possible par les autorités et les associations d’aide. Cependant on voit transparaître chez certains Rennais une animosité dont se fait l’écho, le journal en mars, transmettant la demande d’« une surveillance plus sérieuse ».

Mais à Rennes, en septembre 1939, la guerre déclarée, ce sont d’autres réfugiés qui arrivent, des gens du Nord craignant une attaque allemande et la radio nationale se replie sur Rennes[6] et on constate, le 24 septembre, le départ de 1400 réfugiés espagnols par train spécial à destination de Perpignan, où d’autres camps les attendent, ou de l'Espagne car Franco a ouvert la porte.

Pendant la guerre 1939-45

Pendant la guerre, des réfugiés espagnols resteront en Bretagne. Les ouvriers spécialisés espagnols sont triés sur le volet dans les camps pour servir de main d’œuvre de remplacement (plus d’une centaine à l’arsenal de Rennes comme bourreliers et cordonniers, bien payés, qui firent venir femmes et enfants ; d’autres sont placés chez des particuliers, d’autres encore construisent l'extension de l'aérodrome de Rennes Saint Jacques ou sont dans les Travaux publics. On compte aussi 170 travailleurs libres à Rennes en 1939. De plus, avec la victoire finale du franquisme en Espagne, 567 personnes (1939) refusent de partir. Et, à partir de février 1940, les Espagnols deviennent des réfugiés politiques et non plus de simples étrangers. Pour rester, il leur faut travailler et une commission française est créée pour constituer les compagnies de travailleurs (200 à Rennes en 1939) car la grande majorité des réfugiés sont des manuels, ouvriers, artisans et agriculteurs. Certains, forts d'une expérience acquise dans leur pays, s'engageront dans la résistance, parfois jusqu'à donner leur vie, tels les neuf qui se trouvèrent aux côtés en Juin 1944 : des Rennais otages, fusillés, assassinés. Les guérilleros, conduits à Rennes par leur capitaine Pedro Flores[7], sont intégrés dans des organisations françaises de résistance, les F.F.I – F.T.P. La Gestapo fit des rafles : au 91 boulevard Jacques Cartier, rue Saint-Malo, autour de la place Sainte-Anne et au café Susana. 85 Espagnols auront été déportés de Bretagne vers les sinistres camps nazis[8].


références

  1. Souvenirs du parc du Thabor
  2. rue Emile Drouillas
  3. Crèche et Ecole Maternelle Docteur Gaston Tannou
  4. Immigrés et réfugiés à Rennes : toute une histoire. Anne Morillon. Place publique #23. Mai-juin 2013
  5. L’exil espagnol en Bretagne, 1937-1940,Isabelle Le Boulanger, Coop Breizh, Spézet - 2016
  6. Mai-juin 1940, l'afflux des réfugiés à Rennes
  7. Square Pedro Florès
  8. La vie des émigrés espagnols de 1937 à 1960 en Ille-et-Vilaine. I. Guépin Observatoire des Migrations en Bretagne.ODRIS