Passage des Carmélites

From WikiRennes
Jump to navigationJump to search
Le passage des Carmélites vers 1835, "côté cour" avant d'accéder rue d'Antrain. Dessin de H. Lorette [1]

Le passage des Carmélites est une rue piétonne du Centre-Nord d'une centaine de mètres de longueur. Il va de l'angle nord-ouest de la place Hoche (se prolongeant par la rue de Robien) à l'intersection de la rue d'Antrain et de la rue Saint-Melaine, carrefour où il revoit la lumière après quelques mètres d'une partie couverte par des logements. Dans cette zone, le passage est barré de quelques marches dans toute sa largeur hors la rampe d'accès aménagée au milieu ; passé cette dénivellation, il se poursuit avec une insensible pente jusqu'à la placette qui jouxte le haut de la Place Hoche, elle-même s'inclinant vers le sud.

Origine du nom

Le passage qui s'est appelé Impasse des Carmélites doit son nom au couvent des Carmélites Wikipedia-logo-v2.svg qui se trouvait dans la rue.

Déplacements piétons

Le passage des Carmélites a sensiblement la même orientation vers le nord-est que la rue de La Borderie qui est l'échappée de la place Hoche dans cette direction ; orientation elle-même confirmée par celle de la longue rue de Fougères (puis route de Fougères) qui prend le relais sous le nom de rue Jean Guéhenno de la rue de la Borderie. De ce point de vue, le passage est l'amorce d'un cheminement piétonnier intéressant en termes de distance pour ceux qui souhaitent se rendre dans le secteur nord-est de Rennes (ou qui en viennent) : cet axe à peine brisé au niveau de la place Hoche et au carrefour suivant permet d'éviter le quadrillage des rues d'orientations nord-sud ou est-ouest. Dans ce secteur, cet axe partage seulement cette disposition avec la rue d'Antrain où s'amorce également le passage des Carmélites, mais celle-ci, moins oblique comme l'avenue Général George S. Patton qui la prolonge sur une grande distance, va plus résolument vers le nord.

Histoire et événements

Antiquité

Les fouilles de la place Hoche en 1994 ont révélé, en particulier, une domus à l'angle nord-ouest de la place, le quartier lui-même étant né dans la première moitié du Ier siècle Wikipedia-logo-v2.svg [2]

Recensement de 1831

Sous un unique numéro 16 de ce qui s'appelait alors l'Impasse des Carmélites, le registre du recensement des chefs de famille de 1831 indique qu'habitaient des représentants des métiers et états suivants :

Avant l'effondrement de 1972
  • un marchand chasublier
  • un commis
  • un économe
  • un entrepreneur de diligences
  • un jardinier
  • un marchand de charbon
  • un médecin
  • un menuisier
  • un marchand de merceries
  • cinq professeurs
  • un quincailler
  • un sous-directeur
  • le supérieur du séminaire
La porte du passage après son effondrement
La nouvelle porte

XXe siècle

  • À la fin des années 1960, la municipalité est amenée à se soucier de l'état de certains immeubles du passage. Provenant du cabinet du maire, les Archives de Rennes conservent sous la cote 1435 W 16 quelques documents témoignant de cet effort.Le 2 passage des Carmélites est recensé par le ministère de la Culture comme étant un monument historique. Ne le cherchez pas il n'en reste rien ! Le portail monumental datant de 1666 efut inscrit au titre des monuments historiques par arrêté du 30 avril 1969. En 1972, le portail s'effondre alors qu'il est en en cours de restauration, tuant deux ouvriers. Raymond Cornon, architecte en chef des monuments historiques, décide alors de faire démolir le portail.

Aucun élément d'origine n'a été repris dans l'immeuble actuel .


  • La limite nord du secteur sauvegardé de Rennes passe par cette voie, c'est-à-dire que le côté nord de la rue n'en fait pas partie.
L'ancienne porte du passage des Carmélites, avant son effondrement en 1972


L'atelier d'orfèvrerie Evellin Wikipedia-logo-v2.svg est situé au 12 depuis 1924. Il est le dernier témoignage vivant de l'activité d'orfèvrerie de la vill

Sièges sociaux (associations, etc.)

  • L'association Aide à toute détresse Quart-Monde anime la vitrine de l'ancienne boutique qu'elle occupe au nord de la placette jouxtant la Place Hoche et où elle reçoit public et bénévoles.

Enseignes

  • Au 4, Black Temple Records, disques vinyles en vente par correspondance & Black Temple Food, le restaurant qui va avec.
  • Au 11, Minh-Thu Piercing, piercing, tatouage et formations.
  • Au 12, Evellin Orfèvre, restauration et vente d'orfèvrerie.
  • Au 17, Aux Libellules, café des familles ; ateliers et soirées pour toutes les générations.


Connaissez-vous ?

  • Une autre rue piétonne et d'une certaine façon en partie couverte comme le passage des Carmélites ?
    • Premier indice : si vous cherchez trop longtemps, vous pourriez trouver sa porte fermée.
    • Deuxième indice : le samedi matin, vous pouvez l'emprunter pour accéder discrètement au célèbre marché rennais, en marchant bien entendu.
  • L'autre petite rue dont le nom provient de la présence des Carmélites dans la ville ?
  • Un passage entièrement couvert qui en dépit de sa relative largeur ne peut être emprunté de part en part que par des piétons ? En effet, à son extrémité sud, il se jette dans le vide (même si toute chute ne serait probablement pas mortelle) ...
    • Premier indice : ce passage est postérieur à l'incendie de 1720 et est en bonne partie masqué par un équipement municipal qui ne manque pas d'airs.
    • Deuxième indice : des centaines d'artistes de diverses nationalités l'ont déjà emprunté avant de ravir leur public.

Sur la carte

Chargement de la carte...

Notes et références

  1. Album breton, Souvenirs de Rennes, lith. Landais à Rennes
  2. Le Rennais, avril 2000.


galerie cartes postales


Pour déambuler dans les rues de Rennes, son histoire et la Collection YRG, cliquer ici 729 ou ici 145

.