Bannière liberation Rennes 2.jpg

A l'occasion des 80 ans de la libération de Rennes, (re)découvrez l'ensemble des
contributions autour de la Seconde Guerre mondiale et de la libération sur Wiki-Rennes.

Rue Étienne Dolet

From WikiRennes
Jump to navigationJump to search
La rue Étienne Dolet vue depuis la rue Paul Féval
Étienne Dolet

La rue Étienne Dolet est une rue située dans le quartier 8 : Sud-Gare ; elle relie la rue Paul Féval à la rue Ginguené et se termine face à l'église des Sacrés-Cœurs. Cette voie fut dénommée par délibération du conseil municipal de la ville de Rennes le 28 septembre 1909.

« On décide de baptiser des noms de André Désilles, d'Etienne Dolet et de Ginguené, les rues non dénommées situées prairies de Villeneuve. »

— L'Ouest-Eclair
Origine : Numéro du 29 septembre 1909 • Recueilli par Manu35 • 2018licence

La rue Étienne Dolet vue vers le nord depuis la rue Ginguené

Ce choix ne recueille pas immédiatement l'adhésion favorable de la population :

« Il y a des rues à baptiser ; les habitants du quartier ne veulent plus qu'on se moque d'eux dans le choix des noms ; le nom d'Etienne Dolet a été considéré comme une vulgaire insulte... celui du général Brun, rien qui vaille, et les récents désastres de la Liberté ont démontré que le choix était plus que prématuré ! Pourquoi, dans ce quartier habité, en majeure partie par des Bretons des Côtes du Nord, du Morbihan du Finistère, ne pas donner les noms des principales villes de ces régions ? Il y aurait ainsi des rues de Vannes, de Quimper, de St Brieuc, de Pontivy, de Ploërmel, Lannion, Loudéac, etc. Nantes se montre ville plus Bretonne que la capitale de Bretagne : et même si l'on veut parcourir la liste des noms de ses rues, les gloires bretonnes y sont mieux honorées qu'à Rennes qui devrait être le Panthéon Breton. »

— La Vie Rennaise
Origine : Numéro du 30 janvier 1911 • Recueilli par Manu35 • 2018licence

Étienne Dolet

Étienne Dolet (Orléans, 3 août 1509 – Paris, 3 août 1546) est un écrivain, poète, imprimeur, humaniste et philologue français.

Considéré comme un libre penseur manifestant son anticléricalisme et son athéisme, il est brûlé vif avec ses livres le 3 août 1546, place Maubert à Paris[1].

Sur la carte

Chargement de la carte...

Note et références

Liens externes