Bannière liberation Rennes 2.jpg

A l'occasion des 80 ans de la libération de Rennes, (re)découvrez l'ensemble des
contributions autour de la Seconde Guerre mondiale et de la libération sur Wiki-Rennes.

Rue Frédéric Sacher

From WikiRennes
Jump to navigationJump to search

La rue Frédéric Sacher fut dénommée par délibération du conseil municipal de la Ville de Rennes le 24 juillet 1923 en remplacement de la ruelle Saint-Cyr où vécut Frédéric Sacher. Elle relie la rue Georges Cadoudal au nord à la rue Papu au sud.


« EN SOUVENIR DE FREDERIC SACHER - Les habitants des quartiers du faubourg de Brest et de la ruelle Saint-Cyr informent la population rennaise qu'un comité d'organisation d'une fête vient d'être constitué, à l'occasion de la modification du nom de la ruelle Saint-Cyr, en rue Frédéric Sacher, ancien conseiller municipal de Rennes, officier de l'Instruction publique, chevalier de la Légion d'honneur, bienfaiteur et créateur de diverses sociétés (Véloce Club Rennais, Régates rennaises, Anciens Combattants de 1870-1871, et aussi des fêtes des quartiers du Mail, etc...) Ce comité informe que très prochainement, le jour et la date de cette fête, dite « Républicaine » seront annoncés officiellement. »

— Le Comité, dans L'Ouest-Eclair
Origine : Numéro du 30 septembre 1924 • Recueilli par Manu35 • 2018licence

Frédéric Sacher

Bienfaiteur des humbles[1]

(21 mai 1843, Lesneven, Finistère - 17 mai 1910, Rennes)

Sa famille Sacher vient habiter Rennes en 1852. Frédéric Victor Sacher fut, a-t-on dit, "une des figures rennaises les plus connues et les plus populaires". Le "Père Sacher", comme il était appelé durant sa vieillesse, pour les Rennais était un philanthrope, cherchant à soulager matériellement et moralement tous ceux dans la misère. Ne cherchant aucun profit personnel, il était aussi paternel envers les jeunes, cherchant à les faire accepter de toutes les couches de la société. Il s'occupait également des fêtes de quartiers. Il aimait le mouvement, la vie et était à la tête de multiples organisations en ce sens.

Administrateur de l'École des Beaux-Arts, officier de l'Instruction publique, conseiller d'arrondissement du canton nord-ouest de Rennes, vice-président du Comice agricole de ce canton, conseiller municipal de la ville de Rennes depuis 1888. En 1896, il est le premier élu de la liste municipale. Nommé premier adjoint, à l'unanimité, il refuse, tenant à rester simple conseiller. C'est d'ailleurs en cette qualité qu'il prend, en 1888, l'initiative d'un superbe monument aux morts au Champ de Mars, à la mémoire des soldats d'Ille-et-Vilaine morts pour la France durant la guerre 1870 - 1871 (Monument déplacé square de la Motte, en 2007) ; il devient le Président du Comité. Le 12 avril 1896, le président Félix Faure à Rennes inaugura le monument, et ce fut Frédéric Sacher qui, dans un éloquent discours, en fit la remise à la Ville de Rennes.

En 1890, Frédéric Sacher fonde le Comité de Secours aux Indigents, auquel coopérèrent les notoriétés locales comme Jean Guy[2], patron de fonderie, Charles Oberthür[3] l'imprimeur, Adolphe Orain[4] et toute la presse. En 1891, Sacher, nommé délégué cantonal, fait partie de la Commission de la Caisse des Écoles, et organise, en ayant accepté la présidence, l'Exposition Jean Leperdit qui valut à la place de ce nom la statue de bronze que l'occupation allemande envoya à la fonte et qui revint au même endroit plus tard. En 1896, il fonde la Société des Anciens Combattants de 1870 - 1871, dont il est nommé président d'honneur.

À Frédéric Sacher l'on doit les fondations de la foire du Mail et des fêtes de quartiers. En 1897, il est appelé à la présidence du Comité Général des Fêtes.

Lui-même un érudit, archéologue et bibliophile, ce collectionneur transforme presque sa maison de la ruelle Saint-Cyr en musée. Il est également l'auteur du grand ouvrage La Bibliographie de la Bretagne, publié en 1880, ainsi que des Ephémérides Rennaises, de l'annuaire officiel d'Ille-et-Vilaine.

Aucun mouvement ne laisse Frédéric Sacher indifférent. La Société des Sports trouve en lui son fondateur. Ainsi en est-il du Cercle des Sports, en 1888, du Véloce Club Rennais, de la Société des Régates de Rennes. Il était alors doyen du conseil municipal de Rennes. C'est pourquoi les sociétés sportives de la ville décidèrent de lui offrir une médaille d'or commémorative, qui lui est remise, le 9 juin 1907 au local de la Bourse du commerce. Toutes les notabilités de la ville, préfet en tête, honoraient de leur présence la fête ménagée à "l'homme le plus sympathique de Rennes", dira dans son discours M. Malapert. L'orateur loue en lui "cet ami du riche comme du pauvre, de l'ouvrier comme du patron". Fête où l'on put constater une union totale dans l'hommage rendu par la ville de Rennes à l'un des bienfaiteurs les plus qualifiés.

Frédéric Sacher, Chevalier de la Légion d'Honneur en 1908, décède à Rennes, au 18 ruelle Saint-Cyr, le 17 mai 1910.

Démographie

Un extrait du quotidien rennais nous fait part des difficiles conditions de vie au sein d'un foyer de la rue, sans la nommer directement :

« On voit des choses singulières et bien tristes : J'ai vu hier 9 mètres carrés où, toutes les nuits, reposent sept personnes dont un bébé de quatre jours et sa maman encore alitée, naturellement. C'est dans le quartier du faubourg de Brest, presqu'à l'entrée d'une rue - si l'on peut dire - qui porte le nom d'un vieux Rennais (« bienfaiteur des humbles » dit la pancarte). »

— L'Ouest-Eclair
Origine : Numéro du 11 juin 1926 • Recueilli par Manu35 • 2018licence

Sur la carte

Chargement de la carte...

Note et références

  1. à partir de la notice rédigée par Joël DAVID, chargé d'odonymie à la Ville de Rennes, Rennes Métropole
  2. rue Jean Guy
  3. rue François-Charles Oberthür
  4. Allée Adolphe Orain