Rue Marie Dorval

From WikiRennes
Jump to navigationJump to search

La rue Marie Dorval à été nommée lors de la délibération du conseil municipal du 11 juillet 1996, elle se situe dans le quartier 10 : Villejean - Beauregard.

Biographie de Marie Dorval, comédienne [1]

MarieDorval.JPG

Marie, Thomase, Amélie Delaunay est née à Lorient, le 16 Nivôse de l'an VI, soit le 5 Janvier 1798, au hasard d'une représentation théâtrale de la troupe Bourdais, dans une famille d'artistes dramatiques, d'un père comédien et une mère, Marie Bourdais, qui n'a alors que 17 ans, chanteuse d'opéra-comique. Marie va naître dans une chambre de l'Hôtel de Bretagne à Lorient et quelques jours plus tard la troupe est déjà repartie sur les routes.

Elle a 4 ans quand elle monte sur les planches pour la première fois, elle paraît dans "Camille" et les "Deux Petits Savoyards" sans se faire remarquer. Elle a 5 ans quand son père abandonne femme et enfant. A partir de l'âge de 13 ans elle figure tour à tour dans la comédie et dans l'Opéra et parcourt la province. En 1813, sa mère meurt de la tuberculose à Tours, Marie trouve alors un engagement au Grand-Théâtre de Strasbourg, grâce à un ami de son grand-père, un comédien, Louis Allan-Dorval, plus âgé qu'elle, qui s'éprend de la jeune choriste de 15 ans qu'il va épouser. Un soir son mari lui demande de remplacer une actrice au pied-levé et dans la salle elle va être remarquée par un grand comédien de l'époque qui l'invite à tenter sa chance à Paris. Elle arrive à convaincre son mari d'aller s'installer avec ses enfants à Paris, alors que lui a un contrat pour Saint-Pétersbourg, mais il va mourir à peine arrivé en Russie. A 20 ans, Marie Dorval est veuve avec deux filles en bas âge.

Marie est engagée au Théâtre de la Porte Saint-Martin à Paris et en 1821, elle accouche d'une troisième fille qu'elle a eue avec Alexandre Piccini, un chef d'orchestre et compositeur en vue. En 1827 à Paris, elle conquiert la célébrité en interprétant "Trente ans ou la vie d'un joueur" et après une relation avec le comédien qui lui donne la réplique, elle épouse le nouveau Directeur du Théâtre de la Porte Saint-Martin, Jean-Toussaint Merle, journaliste et auteur dramatique, qu'elle va tromper avec Alexandre Dumas. En Septembre 1830, celui-ci va lui faire connaître l'écrivain Alfred de Vigny qui cinq mois plus tard devient son amant. Leur liaison est tumultueuse.

Au théâtre de la Porte Saint-Martin, celui de la Renaissance, à la Comédie Française, à l'Odéon elle déploie un merveilleux et courageux talent pour rendre les passions les plus diverses. En particulier dans "Anthony", "Clothilde", "La main droite et la main gauche", et surtout dans le rôle de Kitty Bell de "Chatterton" qui est son plus beau triomphe, écrit par de Vigny.

En 1843, Marie Dorval est grand-mère. En novembre 1845, elle fait, à la Porte Saint-Martin, de "Marie-Jeanne" un des plus grand drames jamais vu. Madame Dorval, reine du drame, se trouve ensuite rapidement déchue par Rachel et l'attrait de l'antique.

Marie Dorval oubliée, finit sa vie dans la pauvreté, meurtrie par le décès de son petit-fils en mai 1848. Elle décède à Paris un an plus tard, le 20 Mai 1849.

Liens externes

Sur la carte

Chargement de la carte...

Note et références

  1. à partir de la notice rédigée par Joël DAVID, chargé d'odonymie à la Ville de Rennes, Rennes Métropole

Projet porté par Joël David Chargé d'odonymie à la Ville de Rennes

Propos mise à jour par Elisa Triquet Médiatrice numérique