Rue Théophile Briant

From WikiRennes
Jump to navigationJump to search

La rue Théophile Briant se situe dans le quartier 1 : Centre entre la rue Capitaine Maignan et la rue du 10ème d'Artillerie. Cette voie fut dénommée par délibération du conseil municipal de la Ville de Rennes le 14 février 1978[1].

Théophile Briant

Cette voie rend hommage à

Théophile Briant

Le 1er numéro de la revue Le Goéland, 22 juin 1936

poète et écrivain

(2 août 1891, à Douai - 5 août 1956, Paramé, Saint-Malo)

En 1934, comme Saint-Pol-Roux, Théophile Briant quitte Paris et s'installe à la « Tour du vent », un ancien moulin à vent situé à Paramé, aujourd'hui Saint-Malo. Il se lance dans une campagne poétique, au service des poètes inconnus. Il défend ainsi Max Jacob[2], fait connaître Milosz, publie des inédits de poètes connus, tels Tristan Corbière[3] et Gérard de Nerval.

En 1936, il lance Le Goéland, périodique qui tient du journal et de la revue de poésie, dont il est l'éditorialiste. Malgré des interruptions, 120 numéros seront publiés. [4]. Il crée un concours de poésie, le "prix du Goéland", dont le lieu de délibération et de remise se fait dans un premier temps à Rennes, notamment en 1937 dans les salons du restaurant Lecoq-Gadby[5]. Ami de Louis-Ferdinand Céline[6], il rédige les biographies de Saint-Pol-Roux[7] et de Jehan Rictus. Il est l'auteur d'un essai, Les Pierres m'ont dit, et d'un roman, Les Amazones de la Chouannerie, illustré par Xavier de Langlais[8]. Il meurt des suites d'un accident d'auto.

Note et références

Sur la carte

Chargement de la carte...