Rue du Chasseur 8

From WikiRennes
Jump to navigationJump to search

La rue du Chasseur 8 se situe dans le quartier 12 : Bréquigny entre la rue Général Nicolet et la rue Général Audibert. Cette voie fut dénommée par délibération du Conseil Municipal de la Ville de Rennes le 8 mars 1962[1].

Cette voie fait référence à une frégate de la France Libre "RENNES".

La courte histoire du navire de guerre

Construction

Le Chasseur 8 (CH8) est un chasseur de sous-marins français[2] ayant été mis sur cale aux Forges et Chantiers de la Méditerranée de Graville, un quartier du Havre, le 10 avril 1939.

Ses caractéristiques font état d'une longueur de 37,10 m, d'une largeur de 5,66 m, d'un poids en pleine charge de 137 tonnes et d'une puissance de 1 130 cv. Il peut accueillir entre 23 à 27 officiers et matelots.

Il fait partie d'un groupe de 17 navires français (numérotés de 5 à 21) de lutte anti-sous-marine appelé Classe Chasseur 5 Wikipedia-logo-v2.svg. Cette série de chasseurs d'une nouvelle version à coque acier a été lancée dans le cadre d'un programme de 1937, juste avant le début de la seconde guerre mondiale, pour prendre la suite des quatre bâtiments de la classe Chasseur 1 à coque bois construits au début des années 30.

Activité durant la seconde guerre mondiale

Le lancement du Chasseur 8 a été effectué le 27 janvier 1940, mais il n'a été mis en service que le 24 mai 1940 sous le commandement de Paul Vibert.

Le 4 juin 1940, le navire quitte Le Havre, en remorque, à destination de Cherbourg où il reste jusqu'au 15 juin, pour rejoindre ensuite Lorient le 16.

Le navire est intégré au groupement des Forces Navales Françaises Libres (FNFL Wikipedia-logo-v2.svg) le 18 juin 1940, date à laquelle il appareille de Lorient en remorque du cargo SAINT ÉNOGAT, à destination de Plymouth en Angleterre. Il est saisi par la Royal Navy le 3 juillet 1940.

Le Chasseur 8 "RENNES"

Le chasseur entre officiellement en possession des FNFL le 21 avril 1941 et est par la même occasion baptisé "RENNES", nom choisi par son nouveau commandant François Bissey.

Son port d'attache est établi au port de Cowes situé sur l'île de Wight, près de Portsmouth et de Southampton. Durant l'année 1941, il participe à différentes activités d'exercices, de patrouilles, de recueil de rescapés, d'escortes ou d'entraînements[3] et change à plusieurs reprises de commandement. Il est également déclaré échoué par deux fois.

1942, envoyé par le fond

A la suite d'une collision avec un bateau-pompe, navire utilisé pour la lutte contre l'incendie, le 28 janvier 1941, il est envoyé en réparation et par la même occasion équipé du système de détection Sonar ASDIC Wikipedia-logo-v2.svg, entre février et mi-mai 1942. Ce système est la première application militaire du sonar actif, dont le principe est d'émettre une impulsion sonore et d'écouter son écho sur les obstacles qu'elle rencontre. Son destin tragique n'arrivera cependant pas depuis les fonds marins, mais par les airs...

Le 13 juillet 1942, alors qu'il n'a pas été engagé avec l'ennemi depuis mai 1941, le chasseur a rendez-vous avec le sous-marin mouilleur de mines RUBIS, plus long palmarès des FNFL en terme de navires coulés avec 22 unités, pour l'escorter à Plymouth, sous le commandement de Guy Perrault. Il n'a pas le temps de l'honorer, et est coulé par deux bombes allemandes aux abords des côtes anglaises, près du Cap Lizard. 26 hommes sont morts ou déclarés disparus, le seul survivant est un officier de liaison britannique.

Sur la carte

Chargement de la carte...

Note et références

  1. Délibérations municipales, Archives de Rennes
  2. http://www.alamer.fr/index.php?NIUpage=%2035&Param1=272
  3. Selon le Service Historique de la Marine, et un résumé d'activité détaillé ici : https://wrecksite.eu/docBrowser.aspx?7023?7?1