Histoire de la rue de Redon

From WikiRennes
Jump to: navigation, search
Lettre du Président du Conseil répondant au Maire de Rennes le 21 janvier 1891 - Archives Municipales de Rennes, H143
Lettre du Président du Conseil répondant au Maire de Rennes le 21 janvier 1891 - Archives Municipales de Rennes, H143

L’histoire de la rue de Redon est pendant longtemps liée à celle de l’Arsenal. À partir de 1870, l’Arsenal cherche toujours à s’agrandir et a besoin de terrains. En 1891 le Président du Conseil assure la Ville de son soutien pour des travaux qui devraient permettre au Département de la guerre « d’espérer que l’Atelier de Construction de Rennes sera tout à fait en état de concourir à la défense du pays (…) ». De nombreux courriers sont échangés entre le Directeur de l’Arsenal et M le Maire de Rennes afin d’obtenir diverses autorisations :

  • en 1874 pour la construction d’un aqueduc sous le trottoir du boulevard Sébastopol et rue de Redon afin de pomper l’eau de la Vilaine. La Compagnie des Eaux qui en a le monopole s’y oppose, elle revient ensuite sur sa décision après intervention du Ministère de la Guerre.
  • en 1875 pour la prolongation d’un mur de 80 mètres route de Redon.
  • en 1915 pour la création d’une voie de chemin de fer qui permettrait de convoyer les matériaux arrivant par le fleuve ainsi que le raccordement à l’égout Boulevard Voltaire.

Des expropriations menacent et les habitants, par voie de pétition, tentent de s’y opposer. Ainsi on retrouve une lettre datée de 1874, réponse de M le Préfet au maire de Rennes, concernant une plainte des habitants de la rue de Redon. Ceux-ci contestent le fait que « l’administration de la guerre ait acquis sans enquête préalable divers terrains dans le voisinage de l’Arsenal ». À plusieurs reprises les habitants se plaignent de ne pas être respectés et demandent l’aide du maire pour être relogés dans les mêmes conditions. Les noms et les métiers des signataires montrent que la population du quartier à cette époque était composée d’ouvriers, d’artisans et de petits employés.