Allée Sainte-Marie

From WikiRennes
Jump to navigationJump to search

La rue Sainte Marie, maintenant allée Sainte Marie, est un tout petit passage situé entre la rue George Sand et le boulevard de la Duchesse Anne. Cette voie fut dénommée par délibération du conseil municipal de la Ville de Rennes le 2 juin 1986.

Elle fut ouverte peu après 1860, à l'initiative d'un particulier sur un vaste terrain dont il était propriétaire, situé entre la rue de Fougères et le boulevard de Sévigné, de même que d'autres telles la rue Saint-Alphonse et l'allée Sainte-Sophie (impasse), ainsi baptisées des prénoms des enfants dudit propriétaire, sans décision municipale officielle, n'étant pas alors dans le domaine public. Elle n'a débouché qu'assez récemment sur le boulevard de la Duchesse Anne.

Ces voies privées furent donc parfois ignorées sur les plans de la ville, tel le plan-guide de Rennes édité en 1935 par l'imprimerie-librairie Bahon-Rault, mais on les trouve sur le guide itinéraire de Rennes publié par J. Larcher, à partir de ces mêmes années, et même, sous forme de tracés en pointillés, sur le plan du guide Joanne de 1884 et le plan officiel de la ville de Rennes de 1885.

Qui est Sainte Marie

Les informations sur la vie de Marie proviennent de la tradition catholique et orthodoxe.[1]

Les parents de Marie, Ste Anne et St Joachim, ne sont pas cités dans les Evangiles, ce que l'on sait d'eux provient des Evangiles apocryphes, et en particulier le "Protévangile" de Jacques. Ils auraient vécu de manière pieuse sans enfant assez longtemps. Ste Anne est particulièrement honorée en Bretagne.

L'enfance de Marie est connue de la même manière : à un an, elle est bénie par les grands prêtres. A trois ans, elle est reçue au temple de Jérusalem. A douze ans, les prêtres proposent de la confier à celui qui recevra un signe : Joseph, le charpentier, est désigné car une colombe vient se percher sur sa tête. Ils se marient et vivent à Nazareth. Peu de temps après, un ange vient leur annoncer que Marie enfanterait le fils du très-Haut et qu'il s'appellerait Jésus. A seize ans, Marie met Jésus au monde à Bethléem vers la fin du règne d'Hérode le Grand. Le massacre des enfants mâles, que celui-ci ordonna après la naissance de Jésus, contraignit Joseph et Marie à la fuite en Egypte.

Selon une tradition orientale, Marie, après la Crucifixion de son fils et la manifestation de l'Esprit-Saint lors de la Pentecôte, se serait rendue à Ephèse avec Saint Jean et y serait morte dans une maison dont les ruines sont un lieu de pèlerinage.

Le culte de Marie occupe une place importante dans le catholicisme et les Eglises d'Orient. En 431, le concile d'Ephèse la définit comme la Mère de Dieu. Pie IX proclama, en 1854, le dogme de l'immaculée Conception, Pie XII, en 1950, celui de l'Assomption. Quoiqu'elles aient admis que la Vierge était bien la mère de Dieu, les Eglises protestantes se montrent réservées sur son rôle d'intermédiaire entre les fidèles et Dieu. Outre celles qui ont déjà été mentionnées, de nombreuses fêtes célèbrent la Vierge Marie : la Purification et la Présentation de Jésus au Temple, la Nativité de Marie, Notre-Dame des Douleurs, Notre Dame de Lourdes.

Liens internes

Liens externes

Sur la carte

Chargement de la carte...

Notes et références

  1. à partir de la notice rédigée par Joël DAVID, chargé d'odonymie à la Ville de Rennes, Rennes Métropole

Projet porté par Joël David Chargé d'odonymie à la Ville de Rennes

Propos mise à jour par Elisa Triquet Médiatrice numérique