Bannière liberation Rennes 2.jpg

A l'occasion des 80 ans de la libération de Rennes, (re)découvrez l'ensemble des
contributions autour de la Seconde Guerre mondiale et de la libération sur Wiki-Rennes.

Place Jean Prost

From WikiRennes
Jump to navigationJump to search


La place Jean Prost se situe dans le quartier 3 : Bourg l'Evesque – La Touche – Moulin du Comte entre la rue Liothaud et le mail François Mitterrand. Cette voie fut dénommée par délibération du conseil municipal de la Ville de Rennes le 21 février 2011[1].

Cette voie rend hommage à :

Jean Prost

(18 septembre 1902, Rennes - 22 août 1985, Saint-Malo)


« Les Prost ne sont pas rennais comme pourrait le faire croire un siège social planté dans la capitale de la Bretagne. Sous le Second Empire, un aïeul jurassien effectua son service militaire à Rennes et y fit souche. Peut-être faut-il lui attribuer le côté méthodique et rigoureux qui caractérise l'entreprise. »

Le Monde
Origine : Publié le 15 juin 1990 • Recueilli par Manu35 • 2023licence

Jean Prost

Jean Eugène Emile Alfred Prost, d'abord concessionnaire automobile, propose en 1931 à l'un de ses clients, une très importante société d'alimentation, d'effectuer ses transports, jusque-là assurés par le rail, entre son dépôt rennais et ses multiples magasins répartis dans tout l'ouest de la France. Cette collaboration s'avère fructueuse[2]. C'est à cette époque que les grands constructeurs automobiles s'aperçoivent rapidement que la multiplication des lignes subventionnées par les collectivités locales peut leur permettre d'écouler leur production. C'est le cas par exemple d'André Citroën qui lance, en juin 1932, avec quelques années de retard sur ses concurrents, sa société de transport[3]. Prost leur emboîte le pas et fonde en 1934 une importante entreprise de transport, l'une des plus importantes en Bretagne, qui était basée Rue Claude Bernard à Rennes, les Transports Jean Prost, dont les camions sillonnaient toute la France et l'Europe. La société de transport était à cette époque spécialisée dans la location de camions avec chauffeur, mais les bénéfices, point trop abondants, dépendaient presque entièrement d'un seul gros client. Les hangars de l'entreprise ont été créés en 1950 au niveau de l'ancien Manoir du Gravot[4], au 24 rue Claude Bernard. En 1954, les deux héritiers, un autre Jean et Michel, se persuadèrent que la messagerie (le transport de colis) était plus rémunératrice, même si la Bretagne exporte surtout des produits agroalimentaires. Dans les années 60, le chiffre d'affaires de la société, toujours à la pointe dans l'innovation technique de sa flotte, notamment composée de très reconnaissables camions de marque Ford Transcontinental Wikipedia-logo-v2.svg - marque dont il a été fidèle depuis ses débuts - de couleur orange, bondissait de 30 % à 35 % par an. Une agence de la société, agréée Air-France et Air-Inter et principales compagnies aériennes et maritimes, existait au 1 place Saint-Germain en 1967[5], preuve de l'évolution de l'entreprise. Elle comptait près de 600 employés en 1972[6], et 1 920 salariés ainsi que 1 100 camions en 1990[7].

UPS (United Parcel Service), le géant américain du transport de colis et de documents (19 milliards de dollars de chiffre d'affaires en 1994 et des profits record de 900 millions de dollars), racheta la société en juillet 1991, quelques années après le décès de l'entrepreneur rennais, et lui apporta un réseau de 54 agences couvrant toute la France. Le siège administratif et une partie du personnel (ressources humaines, ventes, marketing) furent malheureusement transférés de Rennes à Orly-Ville[8]. Jean Prost fut vice-président de la chambre de commerce de Rennes.

Il tenta de faire valoir son plan AGIR: aménagements de grands itinéraires routiers (nommé dans un avant-projet "plan bi-route" ! et aussitôt abandonné après l'observation d'une secrétaire gênée. Le plan AGIR utilisait la route nationale existante mise à sens unique et doublée par une nouvelle voie en sens inverse avec écart plus ou moins grand de la première. "Mon père a été à l'origine, à la fin des années 60, d'un projet de doublement des routes nationales. Les autoroutes étaient rares et il défendait une conception de chaussées éloignées. Il a remis au général de Gaulle, en mai 1969, un document décrivant toutes les caractéristiques de son projet"[9]. Cependant, faute de possibilité de financement par l'État, le projet n'aboutira jamais. Le projet "consiste à doubler les routes nationales et à les mettre à sens unique. Une distance de 200 mètres pouvant séparer les deux voies. Selon les partisans du plan AGIR, la sécurité est ainsi meilleure et le coût de l'ouvrage plus réduit que pour une autoroute classique" (le Monde du 12 mai 1972). [10]


Jean Prost a aussi été le second président de la Fédération des Industries d'Ille-et-Vilaine créée en 1945 (aujourd'hui l'Union des Entreprises pour l'Ille-et-Vilaine - UE35) du 22 janvier 1959 au 28 juillet 1974[11].

Il est nommé chevalier de la Légion d'honneur par décret du 2 septembre 1953, en tant qu'entrepreneur de transports publics routiers à Rennes, 31 ans de pratique professionnelle"[12]. Jean Prost aurait donc démarré sa carrière professionnelle en 1922 à l'âge de 20 ans.

Dans les années 80, Jean Prost répondait avec beaucoup d'humour à un journaliste lui demandant si le nom du célèbre pilote automobile Alain Prost Wikipedia-logo-v2.svg l'avait aidé : « Je ne sais pas qui a aidé l'autre ».


Publicité parue dans le quotidien L'Ouest-Eclair du 28 février 1935, page 5
L'entrée des Transports Jean Prost, extrait du magazine Le Rennais n°9 des mois d'août et septembre 1970


Note et références

  1. Délibérations municipales, Archives de Rennes
  2. "Les transports routiers dans le Morbihan entre les deux guerres", page 97, par Pierrick Pourchasse, dans les "Annales de Bretagne et des pays de l'Ouest", 1997
  3. "La lutte entre le rail et la route dans le département du Morbihan au cours des premières décennies du XXème siècle", pages 149-150, par Pierrick Pourchasse, dans "Bulletin et mémoires de la Société polymathique du Morbihan", tome CXXIII (1997)
  4. https://patrimoine.bzh/gertrude-diffusion/dossier/ancien-manoir-du-gravot-actuellement-entreprise-de-transport/9d000688-ed33-4228-a22b-c9e0b5c96268
  5. https://www.geneanet.org/lieux/?id_marqueur=38062&latitude=48.1104285000&longitude=-1.6767355000
  6. Jean Prost, La création et les cinquante premières années de l'entreprise Jean Prost, relatés par son fondateur, 1986. Archives d'Ille-et-Vilaine (2 J 905)
  7. Le Monde du 15 juin 1990 - https://www.lemonde.fr/archives/article/1990/06/15/prost-transports-ou-les-benefices-de-la-morale_3990565_1819218.html
  8. https://www.lesechos.fr/23/02/1995/LesEchos/16843-095-ECH_l-americain-ups-a-digere-prost.htm#4ayBuQxbDjWggjUW.99
  9. Selon son fils Michel Prost, PDG de concessions automobiles et ancien PDG de Prost Transports
  10. L'application du plan AGIR Les autoroutes du pauvre. Le Monde.02 juillet 1973
  11. https://www.medef35.fr/qui-nous-sommes/presidence/historique/
  12. Journal officiel de la République française. Édition des lois et décrets. Tables mensuelles du JO de la République Française, septembre 1953, page 8106 - https://books.google.fr/books?id=8Q8LAQAAMAAJ&lpg=PA8106&dq=JEAN%20prost%20rennes%20transport&hl=fr&pg=PA8105#v=onepage&q=JEAN%20prost%20rennes%20transport&f=false

Sur la carte

Chargement de la carte...