Réseau Express Vélo Rennes - Betton via Saint-Grégoire

From WikiRennes
Jump to navigationJump to search
Carte du Réseau Express Vélo sur l'ensemble de la métropole de Rennes
De l'hypercentre de Rennes : un chemin bitumé qui s'arrête aux portes de la ville
Un accès au canal via le chemin de halage fragilisé en période de pluie
Un chemin d'accès fragile en période hivernale et automnale à cause de la boue

Le Réseau Express Vélo Rennes <> Betton via Saint-Grégoire permet de partir à la découverte d'itinéraires cyclables dans la métropole rennaise, en utilisant principalement le chemin de halage situé le long du canal traversant Rennes, Saint-Grégoire et Betton[1].

Un axe bucolique et fluvial allant jusqu'à Betton

Laisse tomber le béton, va à Betton ! Grâce au réseau express on se retrouve vite sur la voie verte V42 qui va de Arzal à Saint-Malo. Un des plus beaux itinéraires cyclistes en Bretagne. Si vous êtes pressé d’aller au très renommé marché de Betton, qui se tient chaque dimanche matin sur la cale le long du canal d’Ille-et-Rance, le REV sera votre meilleur allié. Et sur le chemin du retour, pourquoi ne pas prendre le temps de pique-niquer au bord du canal ? Depuis Betton, les plus sportifs opteront pour la boucle « Entre Ille et Forêt » qui file vers la Forêt de Rennes et revient par Saint-Sulpice-la-Forêt et Chevaigné.

Alternatives

  • Boucle entre Ille et Forêt – 31km[2]
  • V42 voie verte de Saint-Malo à Arzal[3]

Des lacunes dans l'entretien de la voirie

Les associations de cyclistes dénoncent les lacunes du projet « Réseau Express Vélo » le long du canal entre Rennes et Saint-Grégoire.

Une problématique qui toucherait, selon elles, la plupart des grands axes récemment réaménagés entre Rennes et Saint-Grégoire[4].

Le manque d’entretien du chemin de halage complique son passage souvent impraticable en période automnale et hivernale à cause de la boue qui entrave l’accès pour les promeneurs et les cyclistes.

Les pistes d'amélioration et d'inspiration

L'idée de permettre une meilleure mobilité augmentée des citoyens dans leurs déplacements est cruciale pour fluidifier les axes engorgés entre Rennes et le nord de la métropole (Saint-Grégoire, Betton...).

La pratique cycliste peut dès lors faciliter des déplacements doux. Plusieurs métropoles et territoires travaillent sur ces enjeux pour apporter une vision globale.

Le réseau RAVeL, le réseau autonome des voies lentes en Wallonie

Confortable et sécurisé, le Réseau Autonome des Voies Lentes (RAVeL) est composé de voies vertes essentiellement aménagées sur les chemins de halage et les anciennes lignes de chemin de fer.

Ces voies vertes sont progressivement reliées entre elles pour former 10 itinéraires régionaux et 4 itinéraires internationaux qui couvrent l’ensemble du territoire wallon et sont destinés au tourisme à vélo. Le RAVeL, les voies vertes et les véloroutes permettent ainsi de parcourir la Wallonie en toute tranquillité sur plus de 2.000 km et de découvrir grandes villes, terroirs ruraux et espaces naturels préservés[5].

Les différentes voiries empruntées

En Wallonie, les itinéraires internationaux, régionaux et locaux, appelés communément "véloroutes" par les cyclistes, empruntent plusieurs types de voiries. Ces voiries correspondent à des pratiques différentes. Il est donc important pour les usagers de connaître ces différences.

Le RAVeL, idéal pour les familles

Le RAVeL, le Réseau Autonome des Voies Lentes, est constitué des voiries destinées exclusivement aux usagers non motorisés tels que les piétons, y compris les personnes à mobilité réduite, les cyclistes, les cavaliers, les rollers. Essentiellement aménagé sur les chemins de halage et les anciennes lignes de chemin de fer à l’abri du trafic automobile, le RAVeL garantit aux usagers de toute capacité des conditions sécurisées, confortables et peu pentues.

Les signaux ci-contre marquent respectivement le début et la fin d'une voirie composant le RAVeL sur laquelle s'applique l'article 22quinquies du Code de la Route (chemins réservés aux usagers non motorisés).

Le modèle européen des "greenways"

On parle le plus souvent de voies vertes ("greenways" en anglais) pour désigner les voies de communication autonomes réservées aux déplacements non motorisés.

Les 1.500 kilomètres de voies qui composent le RAVeL sont gérées par l’Administration de la Région wallonne (Service Public de Wallonie). En complément du RAVeL, il existe également en Wallonie de nombreuses autres voies vertes qui sont gérées par les communes.

Les liaisons sur routes partagées et les itinéraires cyclables internationaux et régionaux de longue distance

Les anciennes lignes de chemin de fer et les chemins de halage aménagés en RAVeL ne permettent pas toujours de réaliser des itinéraires de manière continue. Pour assurer la continuité des itinéraires, des liaisons doivent être créés. Ces liaisons sont proposées dans la mesure du possible sur des routes à faible circulation automobile, à vitesse réduite ou équipées d'aménagements dédiés aux cyclistes (pistes cyclables, bandes cyclables suggérées, zones 30, chemins réservés aux vahicules agricoles, etc.). Lorsqu’il n’existe pas d’autres alternatives, ces liaisons empruntent parfois des voiries au trafic automobile soutenu, au revêtement irrégulier ou à la pente plus marquée. Elles sont alors destinées aux cyclistes expérimentés et exigent une grande vigilance. Les usagers empruntant ces liaisons doivent respecter le Code de la Route qui s'applique en fonction de la situation des lieux, comme sur toute voirie ouverte au trafic en général.

Code de bonnes conduites sur le RAVeL

Respect de l'autre, respect de la nature et du patrimoine, mais surtout, à la base, respect des règles… pour un RAVeL paisible et convivial. Un code de bonnes conduites a été élaboré.

Le Réseau cyclable de la ville de Québec : une Vision de la mobilité active

La pratique du vélo comme mode de déplacement utilitaire est en forte croissance à Québec. Pour que ce mode de transport devienne une option encore plus attrayante et efficace au quotidien, il est nécessaire que le réseau cyclable soit bien développé partout sur le territoire. C’est d’ailleurs l’une des orientations visées dans la Vision de la mobilité active dont la Ville s’est dotée en 2022[6].

Cette dernière se concentre sur les trois modes de transport suivants :

  • La marche;
  • Le vélo;
  • L’intermodalité avec le transport actif.

Vélo d'hiver

La pratique du vélo quatre saisons est de plus en plus populaire à Québec. Cet hiver, près de 121 km de voies cyclables sont déneigés ou damés, pour le plus grand bonheur des cyclistes.

Conditions routières : prévoir ses déplacements

Plusieurs facteurs comme les conditions météorologiques peuvent affecter l'état du réseau cyclable hivernal. En tout temps, la Ville de Québec invite les citoyens à adapter leur conduite et à rester vigilants dans leurs déplacements.

Pendant ou après une opération de déblaiement, la neige entassée en bordure de rue peut rendre les liens cyclables partiellement inaccessibles. Un délai de 24 à 48 h après le déclenchement d’une opération d’enlèvement est à prévoir afin qu’ils soient complètement praticables.

Du vélo même l’hiver? Pourquoi pas!

Adopter le vélo d'hiver est plus facile qu'on ne le pense[7].

VéloBus : combiner vélo et autobus

Un service de support à vélo est en fonction sur les autobus articulés des parcours Métrobus 800, 801, 802, 804 et 807 du Réseau de transport de la Capitale de Québec (RTC). Ce service est gratuit et disponible à tous les arrêts. Le cycliste a la responsabilité d’installer et de retirer son vélo. La limite est de deux vélos par autobus.

Dans le cadre d’un projet pilote pour faciliter les déplacements des cyclistes pendant la période hivernale, les supports à vélos resteront en place tout l’hiver 2023-2024. Habituellement, la saison de VéloBus est du 1er mai au 31 octobre.

Les activités ludiques et récréatives à encourager sur le Réseau Express Vélo le long du canal de Rennes à Betton

Le défi photographique #illelumiere à la cale Robinson

Le Défi créatif Ille-Lumière est une activité de mobilisation citoyenne ouverte à tous, orientée sur le patrimoine naturel et la lumière écologique et fluviale.

Ce défi est organisé à l'occasion de la Journée internationale de la lumière.

La Journée internationale de la lumière est célébrée le 16 mai de chaque année, date anniversaire de la première opération réussie du laser en 1960 par le physicien et ingénieur Theodore Maiman[8].

Étape au projet de Trianon de Rennes Métropole

Vue aérienne du hameau de la Reine doté d'une laiterie

L'Etang du Pontay a été identifié pour devenir un lieu emblématique qui deviendrait le Trianon de Rennes Métropole, inspiré de Versailles.

Le hameau de la Reine au Trianon de Versailles était doté d'une laiterie.

La tradition d'implanter une laiterie au sein d'une propriété royale est ancienne : Catherine de Médicis en avait fait installer une dans le parc du château de Fontainebleau, communément appelée la mi-voie. Plus tard, Louis XIV en fait construire une derrière la cour des cigognes de la Ménagerie royale de Versailles, pour sa petite-fille Marie-Adélaïde, duchesse de Bourgogne. Madame de Pompadour en équipe certaines de ses résidences, dont celle de Crécy-Couvé, et érige la consommation de laitages en véritable régime diététique aux vertus médicinales. Jean-Jacques Rousseau, dans La Nouvelle Héloïse, ajoute à la consommation de lait une connotation de pureté morale qui confortera la tendance.