Rennes

From WikiRennes
Jump to navigationJump to search
Rennes, Chantepie, Cesson-Sévigné, Saint-Grégoire, Montgermont, Vezin-le-Coquet, nord de Saint-Jacques-de-la Lande, vus de 14 km d'altitude, en approche par le sud-est
Panneau travaux.svg
Cet article est en construction. • Votre contribution y est bienvenue.
Palé d'argent et de sable, au chef d'argent, chargé de cinq mouchetures d'hermine

Rennes Wikipedia-logo-v2.svg est la capitale de la Région Bretagne et chef-lieu du département de l’Ille-et-Vilaine. Avec Nantes Wikipedia-logo-v2.svg, elle est l'une des capitales historiques du duché de Bretagne et la capitale administrative d'une région Bretagne limitée à quatre départements. Elle se situe dans l’est de la Bretagne, à la confluence de l’Ille et de la Vilaine.

En 1990, on comptait 197 494 Rennais. L’étude de l'INSEE précise néanmoins que cette hausse a été « moins importante que sur le territoire de Rennes métropole : la population hors Rennes a connu une augmentation de 3,1 % par an en moyenne chaque année. La croissance de Rennes, ville centre de la métropole est moindre que celle de son environnement : en 1968 sur les 243 257 habitants de la future métropole 180 943 étaient rennais; en 2021 sur les 468 144 habitants de la métropole, seulement 48,07% sont rennais.

Au 1er janvier 2021, la population légale municipale de Rennes est de 225 081 habitants (215 366 en 2015, soit une évolution moyenne de 0,7 % par an un accroissement de 9 715 H en 6 ans.) . Avec la population comptée à part (4169 h.), le total s'élève 230 000. Rennes est la ville centre de Rennes Métropole qui comprenait 43 communes et 468 144 habitants au 1er janvier 2021, tandis que l'aire urbaine de Rennes s'étend sur 190 communes avec 745 000 habitants. Rennes est aussi la 10e aire métropolitaine de France. Il s'agit de la ville de France qui compte le plus haut pourcentage de nouveaux arrivants (7,6 %) avant Nancy, Montpellier, Paris et Toulouse, et parmi les nouveaux arrivants celle qui compte le plus haut pourcentage de jeunes de 18 à 24 ans (39 %)[1].

Voir Rennes en chiffres.

Situation

Excentrée au niveau national et européen, Rennes l'est aussi au niveau régional. Située à moins de 50 km de la limite orientale de la Bretagne à La Gravelle, Rennes se situe à plus de 250 km de l'île d’Ouessant. En distance orthodromique, elle est ainsi plus proche de Tours (194 km) que de Brest (210 km) et plus proche de Caen (154 km) que de Quimper (180 km). Éloignée de toute frontière terrestre, la ville n'est cependant qu'à 120 km de l'île anglo-normande de Jersey. Rennes est la seule ville bretonne de plus de 25 000 habitants qui ne soit pas située en bord de mer ou d'estuaire. Elle est plus proche des côtes de la Manche (64 km) que de celles de l’océan Atlantique (90 km).

Régulièrement classée en haut

Sans accorder une valeur absolue aux divers classements des villes et métropoles organisés par des organismes ou des revues et magazines, il est préférable et significatif pour une ville d'y figurer aux premières places plutôt qu'aux dernières. Rennes apparaît régulièrement dans les premières des classements nationaux. [2] et est fort bien classée dans certains classements internationaux.

La ville de Rennes arrive 2e des agglomérations de 200 000 à 500 000 habitants les plus favorables pour entreprendre, derrière Lyon et devant Annecy, Angers et Paris . la ville est notamment performante en numérique, cyber-sécurité, mobilités, santé, alimentation [3]. En matière d'opportunité pour les investisseurs immobiliers Rennes est 3e sur le podium, après Montpellier et Nantes, devant Tours, Toulouse et Angers, par le classement du Figaro immobilier de juin 2018 "Rennes sait faire du neuf avec du vieux". À commencer par le nouveau centre névralgique de son écosystème. Le Mabilay, cet impressionnant navire de béton de 16 000 mètres carrés de bureaux situé en centre-ville, s'est, étonnamment, mué en QG de la French Tech Rennes.

Rennes avait été élue capitale de la biodiversité 2016 parmi 72 collectivités candidates. Elle a été classée 2e des villes de France les plus économes en électricité (derrière St-Étienne et devant Mulhouse).[4]

Au classement 2024 de l’Association Villes et Villages où il fait bon vivre, Rennes est classée 7e sur 34 808 communes et 3e des villes de plus de 100 000 h.e[5] selon 187critères répartis en 11 catégories : qualité de vie, sécurité, finances et impôts locaux , santé, transports, commerces et services, protection de l’environnement , éduction, solidarité, sports et loisirs, attractivité immobilière. Rennes est classée derrière Angers (49), 2 Bayonne 3 Biarritz 4 Anglet (64), 5 Annecy (74), 6 Lorient (56).


Selon Le classement 2018 de l'Express des villes où il fait bon vivre, Rennes [6] était la 1re ville de France où il fait bon vivre (7e en 2017) et la 2e où l'on travaille le mieux après Nantes. Les raisons : une vie culturelle riche, des établissements médicaux de haut niveau, de bonnes universités, un cœur ancien animé, un logement abordable, une délinquance contrôlée[7]. Ce journal classait Rennes 5e des villes où il fait bon entreprendre, derrière Lyon, Bordeaux, Nantes et Lille et observe que Rennes est la seule en France à figurer dans tous les 5 premiers des classements[8] et, en 2018 classe Rennes 5e ville la plus attractive derrière Angers, Poitiers, Brest et Limoges. [9]

Sur la qualité de vie dans 83 villes d'Europe Rennes est classée 7e, ex-equo avec Hambourg, derrière Copenhague, Oslo, Stockholm, Gdansk, Zurich, Braga (Portugal). 96,9% des 700 Rennaises et Rennais interrogés par l'institut de sondage IPSOS ont plébiscité leur ville[10]. En France seules Rennes, Paris, Lille, Marseille, Bordeaux ont été notées. En 2018, Rennes était la ville française la mieux placée par ses habitants mais était classée  28e sur 80 au niveau européen. [11]

Rennes a été classée en 2024 2e ville la plus "féministe" de France, selon 21 indicateurs, derrière Strasbourg et devant Bordeaux et Lyon, notamment au regard des critères santé, sécurité et cadre de vie.[12] [13]

Dans la catégorie des villes de plus de 200 000 habitants, Rennes arrive en tête du classement des villes les plus "marchables" de France, devant Strasbourg et Nantes, selon le collectif d’associations Place aux piétons et la fédération française de randonnée, regroupant plus de 70 000 réponses en 2023. Elle est 3e "les plus cyclabes" derrière Grenoble et Strasbourg [14] Le journal Le Parisien classe Rennes 7e du classement concernant les villes où il fait bon vivre sans voiture.[15]

Rennes est classée 2e des villes les plus vertes de France (sur 50) derrière Angers et devant Strasbourg, Lyon et Metz, au vu des critères : protection de la biodiversité, méthodes d'entretien de la ville et des espaces verts, actions pédagogiques autour du végétal, valorisation du patrimoine vert de la ville… [16]. Rennes figure parmi les villes de France, de plus de 100 000 habitants, où l’on consomme le moins d’électricité par habitant. La ville et la métropole ont été en octobre 2022 lauréates du label Gold du programme European Energy Award, le niveau le + élevé de labellisation, se classant 6e sur 300 territoires candidats En 2023 Rennes est la 2e ville écologique de France derrière Bordeaux et devant Grenoble d'après 22 critères selon le journal Le Parisien. [17]

Elle est la 2e ville la plus économe en électricité des villes de 100 000 h derrière Saint-Étienne, une des raisons étant que 43,5% des logements y ont été construits après 1991. Ainsi, elle est 102e sur 116 villes en consommation d'énergie par habitant :1,38 MWh. [18]

Rennes est la 6e ville d’Europe pour la satisfaction au travail selon une enquête réalisée par l’office de statistiques de l’Union européenne Eurostat, en 2015, sur la perception que les Européens ont de leur situation professionnelle. Rennes est la 6e ville d’Europe où on peut trouver le plus d’habitants ravis d’aller travailler chaque semaine (78 %), derrière Graz en Autriche, Zurich en Suisse, Reykjavík en Islande, Vienne en Autriche et Copenhague au Danemark. Pour la France, Paris est 8e, Bordeaux 12e et Strasbourg 14e.

La France possède 14 villes dans le classement d’Uniplaces et parmi celles-ci Rennes est classée 3e. En effet au classement mondial Paris pointe à la 36e place, suivie de Strasbourg (53e), Rennes (73e), Toulouse (75e), Lyon (89e), Lille (92e), Montpellier (103e), Bordeaux (155e), Nice (177e), Nantes (178e).

Le palmarès des villes étudiantes de la Revue L'Etudiant, qui avait classé Rennes en 2e position en 2022/23, la classe 3e en 2023 derrière Montpellier et Strasbourg selon les critères formation, vie étudiante, emploi, attractivité, cadre de vie . L'enquête souligne une université prestigieuse dans toutes les filières, plus de 75 000 étudiants essaimés dans toute l’agglomération, et note que Rennes est la capitale universitaire du grand Ouest. En 2022 Diplomeo classe Rennes comme 2e métropole préférée des étudiants sur 22, derrière Strasbourg et devant Toulouse, Tours, Bordeaux, Montpellier. Elle est la 7e ville universitaire de France (hors Île-de-France).

Une étude menée auprès des actifs de treize métropoles par Régions Job, ParisJob et le cabinet Hays classe Rennes en 4e place derrière Lyon, Nantes et Toulouse, devant Strasbourg. [19] Rennes est la 2e ville attractive de France derrière Lyon [20] En 2018 Rennes était déjà classée 2e des villes de France les plus attractives pour les affaires (après Nantes) par la revue Challenges. Elle se classe 2e des sous-catégories bilan économique, résilience et dynamique économique et 3e en dynamisme démographique et présence de talents, potentiel d'innovation et infrastructures nationales de transport[21]

Au baromètre Arthur Loyd 2023, Rennes est 1ère des grandes métropoles les plus attractives et résilientes pour les salariés et les entreprises. notamment elle est 1ère sur la performance du marché de l’immobilier professionnel, santé et sécurité, mobilités douces, 2e pour l'enseignement supérieur, la connectivité. Rennes avait été classée 6e en attractivité en 2019, après Strasbourg, Bordeaux, Nantes, Lyon, Toulouse? (selon les critères : dynamisme économique, 4G, transports, qualité de vie)[22]. Koregraf, plateforme de financement participatif, classe Rennes 4e ville la plus attractives en 2021 derrière Lille, Strasbourg et Nantes. Sur les 12 métropoles les plus attractives du point de vue des chefs d’entreprises en 2023, Rennes est classée 5e par 68% d'entre eux, derrière Bordeaux, Lyon, Lille et Strasbourg [23]

Le site MeilleursAgents.com classait en 2018 les dix plus grandes villes où il est intéressant d'acheter : Rennes est classée 1re devant Nantes, Lyon, Paris, Toulouse, Lille, Strasbourg...

Histoire

Préhistoire et Antiquité

Vestige des fortifications et architecture contemporaine de Rennes.

Occupé dès les IIe-Ier siècles avant notre ère, le territoire actuel de Rennes est habité par les Riedones Wikipedia-logo-v2.svg, qui signifiait « conducteurs de chars ». Le peuple gaulois qui laisse son nom à la ville : Kendaith, Condate, ce qui signifie « confluent » en gaulois. Si leur capitale évoque le confluent de l’Ille et de la Vilaine, aucune trace formelle n’atteste l’existence d’une ville gauloise constituée (oppidum) sur laquelle aurait été fondée la ville romaine. Le chef-lieu de la Cité des Riedones est fondé à la fin du siècle av. J.C., au nord de la Vilaine et à l’est de l’Ille, sur une emprise d’environ 90 hectares, sur la butte au-dessus du confluent (actuel emplacement de la Cathédrale Saint-Pierre)[24]. Les premiers travaux d’aménagement, certainement réalisés par les militaires, permettent la mise en place des composantes urbaines : la voirie et les différents bâtiments à usage public (notamment religieux) et privés (habitat), avec un développement indispensable des activités artisanales.

Durant la pax romana, la ville, chef-lieu des Riedones Wikipedia-logo-v2.svg et garnison militaire, devient Rednes et se développe jusqu'à occuper un territoire de 80 à 100 hectares[25]. Sous la menace des attaques barbares, fréquentes à cette époque, une nouvelle période de crise à la fin du IIIe siècle génère une reconfiguration de la ville : certains espaces publics et voies de circulation sont abandonnés, des quartiers sont démantelés pour laisser place à un castrum, qui outre un rôle défensif, contribue à marquer l’identité et le prestige de la ville qui se réduit à environ 9 hectares. Vers le IIIe siècle, des remparts sont érigés. La ville évangélisée dès la fin du Ier siècle reçoit son premier évêque vers 358.

Moyen Âge

Rennes devient au IXe siècle une ville d'importance dans le nouveau royaume de Bretagne.

Erispoë Wikipedia-logo-v2.svg, fils de Nominoë Wikipedia-logo-v2.svg, inflige en août 851 une défaite cuisante à Charles le Chauve Wikipedia-logo-v2.svg lors de la bataille de Jengland Wikipedia-logo-v2.svg. Ce dernier, par le traité d'Angers, reconnaît Erispoë comme roi de Bretagne, cette dernière étant dans le même temps augmentée des comtés de Rennes et de Nantes ainsi que du pays de Retz. Rennes passe ainsi du statut de ville franque mineure et excentrée à celui de l'une des principales villes du nouveau royaume de Bretagne[26].

À cette occasion, Erispoë Wikipedia-logo-v2.svg se voit reconnaître la qualité de roi des Bretons, avec en sus la donation en bénéfice des comtés de Nantes et Rennes. C'en est donc fini de l'ancienne marche de Bretagne, ou plutôt elle passe à présent sous le contrôle politique de ceux-là même qu'elle devait contenir ! En contrepartie, Erispoë devient le fidèle du roi franc et s'engage à ne plus troubler dorénavant la paix en France occidentale (cf. J.-Ch. Cassard, p. 33).

Rennes fut le refuge d'Anne de Bretagne au XVe siècle.

La ville, comprise dans le comté franc de Marche de Bretagne Wikipedia-logo-v2.svg, est progressivement intégrée au duché de Bretagne et devient rapidement une ville ducale. Au XVe siècle, Rennes consolide l'enceinte primitive gallo-romaine. Dans ce même siècle, deux enceintes successives agrandiront la ville.

Toujours au XVe siècle, Rennes fut le refuge d'Anne de Bretagne, héritière du duc François II de Bretagne. Alors en très mauvaise posture, elle se réfugia à Rennes où elle fut couronnée duchesse de Bretagne dans la Cathédrale Saint-Pierre le 10 février 1489.

 
Le parlement de Bretagne à Rennes en 1553; Carte de 1719
Rennes, capitale de la province en 1789
Le centre vu d'est (du pont Pasteur) à l'ouest (pont de Bretagne)

Époque moderne

Au XVIe siècle, après le rattachement du duché de Bretagne au royaume de France en 1532 par l'édit de Vannes, la ville devient le siège du Parlement de Bretagne, et donc capitale provinciale. Les fortifications élevées contre les Français et les Anglais deviennent inutiles et sont lentement démantelées jusqu'au milieu du XIXe siècle.

Le 13 mars 1589, la Journée des barricades vit le triomphe des ligueurs.

En 1720, un incendie détruit les trois quarts de la ville. La reconstruction sera l'occasion de repenser la ville selon l'urbanisme et l'esthétisme du XVIIIe siècle.

La Journée des Bricoles (26 et 27 janvier 1789) est considérée comme étant un événement préalable à la Révolution française.

En 1806, l'Amiral de Villeneuve de retour de la bataille de Trafalgar séjourna quelques jours rue des Foulons (au 21, de nos jours rue Le Bastard). Il y trouva la mort le 22 avril. Il s'y serait suicidé mais un doute persiste sur un possible assassinat [27]

Époque contemporaine

L'avenue Janvier au début du XXe siècle, conduisant de la gare au jardin Saint-George (vu de ce dernier).

En 1857, l'arrivée du chemin de fer à Rennes, au sud de la ville, permet le développement urbain entre la ville « noble » située au nord de la Vilaine et la gare située au sud de la partie insalubre de la ville. En 1892 Adolphe Orain écrivait : "Sa population augmente sans cesse, puisqu’elle a atteint en 1891 le chiffre énorme de 68.000 âmes, et sa quatrième enceinte qui n’est peut-être pas la dernière, est aujourd’hui représentée par les boulevards extérieurs, boulevard de l’Ouest, boulevard de l’Est, boulevard du Nord. Au sud, des faubourgs nouveaux s’élèvent chaque jour derrière la gare"[28].

En 1899, la révision du procès d'Alfred Dreyfus a lieu à Rennes dans l'actuel lycée Émile Zola.

Le 7 août 1932, un attentat détruit le monument, niché dans la façade de la mairie, symbolisant l’union de la Bretagne à la France. L'attentat est revendiqué par une organisation indépendantiste, Gwenn ha Du (blanc et noir, soit les couleurs du drapeau breton). Pour ce petit groupe de clandestins, la statue de Jean Boucher est considérée comme le « monument de la honte nationale » depuis son inauguration en 1911. Ils n'acceptent pas l'attitude jugée humiliante de la duchesse Anne de Bretagne agenouillée devant Charles VIII, roi de France[29]. La statue ne sera jamais reconstruite.

Rennes, vue de l'ouest vers l'est

Durant la Seconde Guerre mondiale, la ville est occupée le lendemain du bombardement du 17 juin 1940 par les Allemands. Elle subit de nombreux bombardements dont celui du 8 mars 1943, lorsque l’aviation américaine pilonne la ville d’une hauteur de 6000 mètres, tuant près de 300 personnes[30], puis le bombardement du 29 mai 1943, qui, hors cibles, sera particulièrement exploité par la propagande vichyste[31]. Le 8 juin 1944, les Martin B-26 Marauder Wikipedia-logo-v2.svg pilonnent la gare de triage utilisée par la 17e Panzerdivision Wikipedia-logo-v2.svg. Le 9 juin, la Royal Air Force Wikipedia-logo-v2.svg vise des cibles stratégiques allemandes, remplacée trois jours plus tard par les Boeing B-17 Flying Fortress. Le bilan des bombardements s’élève à 655 victimes[32]. Rennes est libérée le 4 août 1944 par les troupes du général George Patton. À partir des années 1950, la ville connaît un développement important lié notamment à l'exode rural et à une industrialisation nouvelle comme l'usine Citroën implantée au sud de la ville, qui compta jusqu'à 13000 salariés dans les années 1980.

Profitant de sa position de capitale régionale, la ville est actuellement reconnue pour être une ville jeune, dynamique, festive avec de nombreux événements sportifs et culturels ayant lieu toute l'année. Les activités de pointe dans les télécommunications, les réseaux, l'image et les transmissions, la réalité augmentée, sont également très présentes dans la ville devenue une métropole de 462 580 habitants. [33]

Un hymne à Rennes narre l'histoire de la ville.

Symboles de la ville

Logotypes

Blason de la ville de Rennes.

Modèle:Blason-ville

Drapeaux

Drapeau courant de la ville de Rennes.

La plus ancienne mention connue d'un drapeau rennais (début XVIe siècle) montre l'écu municipal (palé d'argent et de sable de six pièces, au chef d'argent chargé de trois mouchetures d'hermine de sable) sur un fond jaune bistre[34]. Plus récemment, diverses variantes ont été utilisées, tant par la municipalité que d'autres organismes rennais. Le dessin ci-contre est le plus courant. Certains pensent que Morvan Marchal Wikipedia-logo-v2.svg s'en est inspiré pour créer le Gwenn-ha-du. Un autre dessin est utilisé par le Bleuñ-Brug du Finistère et semble provenir de la marque du Cercle celtique de Rennes. Une version qui présente l'écu basculé a été reprise par le bagad de Vern-sur-Seiche.

Un drapeau blanc semé d'hermines noires avec les armoiries de la ville au centre a été utilisé sur la mairie de Rennes à l’époque contemporaine[35].

 

Devises

  • Devise moderne de la ville et de la métropole : « Vivre en intelligence ». Pierre-Yves Heurtin, historien et ancien adjoint au maire, explique cette devise par la laïcité qui est l’art de vivre ensemble en laissant la liberté à chacun, dans le respect des autres. [2] .
  • « À ma vie »
  • « Sine macvla » (Sans tache), allusive au chef d’hermine.
  • « Urbs rhedonum incensa, resurgens » (La ville de Rennes brûlée, renaissante), allusive à l’incendie de 1720 qui dévasta la ville.

Timbre

Timbre de 1941








Géographie

Quartiers

La ville de Rennes est divisée en douze quartiers administratifs[36] :

  1. Centre
  2. Thabor - Saint Hélier - Alphonse Guérin
  3. Bourg-l’Evesque - La Touche - Moulin du Comte
  4. Saint-Martin
  5. Maurepas - Bellangerais
  6. Jeanne d’Arc - Longs-Champs - Beaulieu
  7. Francisco Ferrer - Landry - Poterie
  8. Sud-Gare
  9. Cleunay / Arsenal - Redon / La Courrouze
  10. Villejean - Beauregard
  11. Le Blosne
  12. Bréquigny

L'essor démographique n’est pas uniforme sur Rennes. Entre 1990 et 2017, notamment, le quartier du Blosne (au sud) avait eu un recul de sa population de 1,5 % en moyenne par an. Même constat à Bréquigny, où la population chute d’1%. Le centre (-0,3 %), le quartier de la gare (0 %), mais encore Maurepas-Bellangerais (-0,1 %) ne sont pas touchés par la hausse de la population sur cette période. Quelques quartiers concentrent l’essor démographique rennais : Cleunay-Arsenal-Redon gagne 3,7 % d’habitants par an en et Thabor-Saint-Hélier-Alphonse Guérin 1,7 %.

Bibliographie

  • La population des quartiers rennais d'après les RGP de 1962, 1968, 1975 et 1982 - Évolution démographique et mobilité résidentielle dans les communes du district, Agence pour l'urbanisme et le développement intercommunal de l'agglomération rennaise, Université Paris X - Nanterre, Simone Noël, septembre 1984. Usuel 304.6 REN aux Champs Libres.

[37]

[38]

  1. Source : INSEE, chiffres 2014
  2. Rennes Métropole
  3. Le classement 2021 L'Entreprise - L'Expansion et Ellisphere
  4. France Live. avril 2022
  5. https://villesetvillagesouilfaitbonvivre.com/vivre-a-Rennes-35000/35238/35
  6. L'Express 19 février 2018
  7. Magazine L'Express, 4 octobre 2017
  8. L'Express, 31 janvier 2019
  9. L'Express. 13.9.2018
  10. https://ec.europa.eu/regional_policy/en/information/maps/quality_of_life
  11. classement 2019 dressé par la commission européenne
  12. Femme actuelle,6 avril 2024
  13. Ouest-France 5 avril 2024
  14. enquête 2021 de la Fédération des usagers de la bicyclette (FUB)
  15. Le Parisien, 15 octobre 2022
  16. Observatoire des Villes Vertes Palmarès des Villes Vertes 2023
  17. UpEnergie.com a réalisé ce podium avec des données de l‘Agence ORE, d’Enedis et de l’Insee
  18. UP énergie;Avril 2023
  19. https://www.hellowork.com/enquete-attractivite-des-metropoles/
  20. classement HelloWork 2021 et 2022des métropoles les plus attractives
  21. revue Challenge 9 nov. 2018
  22. Magazine Le Point,12 juin 2019
  23. enquête Odoxa et enrichie par KMPG, pour Stan et Newton Offices. nov 2023
  24. Jean-Claude Meuret, Les origines : du confluent à Condate, in Histoire de Rennes, PUR, p. 21-22
  25. Jean-Claude Meuret, Les origines : du confluent à Condate, in Histoire de Rennes, PUR, p. 43-44
  26. André Chédeville, De la cité à la ville, in Histoire de Rennes, PUR, p. 54.,
  27. [[1]]
  28. Au Pays de Rennes, Adolphe Orain. éd. Hyacinthe Caillière - 1892
  29. http://www.jean-boucher.org/?d=monuments&p=union_bretagne
  30. Il y a 60 ans... Le bombardement de 1943
  31. Le Gall, Erwan, « Vichy et le bombardement de Rennes », En Envor, consulté le 5 août 2013.
  32. Une petite histoire de la Place Saint-Germain de Rennes
  33. Rennes et la métropole en chiffres
  34. Divi Kervella, Mikael Bodlore-Penlaez, Guide des drapeaux bretons et celtes, Fouenant, Éditions Yoran Embanner, 2008, p. 118, {{#invoke:Biblio|ISBN}}.
  35. Drapeaux de Rennes
  36. https://metropole.rennes.fr/trouver-mon-quartier
  37. Rennes pendant la guerre, chroniques de 1939 à 1945. Étienne Maignen. Éd. Ouest-France - 2013
  38. 1er-4 août 1944:l'étrange libération de Rennes. Étienne Maignen. Éd. Yellow Concept - 2017