Rue Maréchal Joffre

From WikiRennes
Jump to navigationJump to search
La rue Maréchal Joffre vue depuis le boulevard de la Liberté

La rue Maréchal Joffre se situe dans le quartier 1 : Centre entre le carrefour formé par le quai Emile Zola et la place de la République au nord et le boulevard de la Liberté au sud.

Il s'agit d'une grande artère en ligne droite depuis le Champs de Mars (devenu esplanade Général De Gaulle) et le boulevard de la Liberté et conduisant vers le Parlement de Bretagne qui est en perspective.

La dénomination rend hommage à Joseph Joffre, officier général français de la Première Guerre mondiale, artisan de la victoire alliée lors de la bataille de la Marne et de la stabilisation du front nord au début de la guerre. Il est nommé maréchal de France en 1916 (1852 - 1931).

Malgré sa faible largeur, elle est très fréquentée car elle permet de passer du cœur de ville (Hôtel de ville, Parlement, rue piétonnes commerciales... au nord) au quartier du Colombier et de la Gare SNCF au sud. Surtout, elle offre de multiples commerces et services (restauration, habillement, librairie, buraliste, médecins, boulangerie, pharmacie...) et même l'un des hôtels les plus luxueux de la ville.


Entre rue Maréchal Joffre (à gauche) et rue Jules Simon (à droite), pâtés de maisons avec des trous : les courettes intérieures, séparés par le tronçon ouest de la rue Vasselot.. En arrière plan central, le toit du temple protestant

Cette voie fut dénommée par délibération du conseil municipal de la Ville de Rennes le 27 octobre 1938. Cette voie a porté de nombreux noms différents: à l'origine, il s'agissait de la rue Chalais qui prit le nom de rue d'Agay[1] en 1769, de rue Neuve en 1809, de rue d'Angoulème[2] en 1827, puis de rue du Champ de Mars avant de changer de nom pour son appellation actuelle.

« C'est la voie qui, dans l'axe du Palais de Justice, forme le prolongement vers le Champ de Mars des rues de Bourbon, de Berlin et Châlais. Lorsque la duchesse d'Angoulême vint à Rennes en 1827, la rue du Champ de Mars prit le nom de rue d'Angoulême, qu'elle ne conserva que fort peu de temps. »

— Lucien Decombe
Origine : Notices sur les rues de Rennes", 1883 • Recueilli par Manu35 • 2023licence

Au n°2, on peut voir, en levant la tête, une plaque commémorative rappelant le sacrifice du résistant Jean-Claude Camors [3]

Plaque apposée au 2, rue Maréchal Joffre, à Rennes

Le Maréchal Joffre fait partie des onze maréchaux de France Wikipedia-logo-v2.svg honorés par un nom de voie à Rennes.

Sur la carte

Chargement de la carte...



Références

"La mémoire de la Guerre dans les rues rennaises", article extrait du 30ème numéro de "Place Publique" (juillet-août 2014), signé Erwan Le Gall: http://www.placepublique-rennes.com/article/La-memoire-de-la-Guerre-dans-les-rues-rennaises-1‎

  1. Du nom de François Marie Bruno d'Agay (1722-1805), qui fut nommé intendant de Bretagne à Rennes (1767-1770). Dans cette fonction, il ne cessa de rechercher des compromis avec le Parlement de Bretagne, au risque de l'encourager dans son opposition au pouvoir royal.
  2. Pendant la Restauration, la duchesse d'Angoulême Marie-Thérèse de France (1778-1851), ensuite dauphine, conjointe du dauphin Louis de France (1775-1844), parcourt le royaume. L'absence des princes pendant une vingtaine d'années exige qu'ils se fassent connaître des Français. La duchesse se trouve sur les routes presque chaque année pendant quelques semaines au moins. Tous les deux ans, elle visite l'ouest de la France, la Bretagne, la Normandie, le Midi, l'Aquitaine et la Vendée...
  3. rue Jean-Claude Camors