Bannière liberation Rennes 2.jpg

A l'occasion des 80 ans de la libération de Rennes, (re)découvrez l'ensemble des
contributions autour de la Seconde Guerre mondiale et de la libération sur Wiki-Rennes.

Rue de La Bletterie

From WikiRennes
Jump to navigationJump to search
La rue de la Bletterie, rue en angle droit

La rue de La Bletterie est située dans se situe dans le quartier 3 : Bourg l'Evesque – La Touche – Moulin du Comte. Voie étroite, elle est en sens unique, commençant par une section ouest-est prenant rue Kerviler , dans laquelle aboutit, à sa droite, la rue Levot, et une section nord-sud à angle droit conduisant rue de Lorient. Elle est dénommée vers 1886 et apparaît dans la nomenclature des voies de Rennes de 1923.

Sa dénomination rappelle :

Un ouvrage de l'abbé de La Bletterie, édition de 1776

Jean-Philippe-René de La Bletterie

(25 février 1696, Rennes - 1er juin 1772, Paris)

Historien et traducteur français.

La Bletterie (ou la Bléterie, parfois la Blétrie), le jeune Rennais entre à 15 ans à la congrégation de l'Oratoire de Paris et y devient professeur de rhétorique. Il compose d’abord de la poésie. Au séminaire Saint-Magloire, entre 1726 et 1730, il donne un cours d’histoire ecclésiastique et s'adonne à l’étude de l’hébreu.

À l’Oratoire Saint-Honoré, il écrit la Vie de l’empereur Julien, publié en 1735, ouvrage critiqué par Voltaire et Condorcet, mais qui fit sa renommée littéraire , suivi de l’Histoire de l'empereur Jovien. Un règlement contre les perruques entraîna sa sortie de l’Oratoire ; il trouva asile chez un magistrat et s’occupa de l’éducation de son fils. Il obtint ensuite une chaire d’éloquence au Collège royal et, en 1742, une place à l’Académie des belles-lettres. Candidat à l’Académie française, il a Racine fils pour concurrent mais la cour les exclut tous les deux pour jansénisme.

Il publie en 1755 les Mœurs des Germains et Vie d’Agrícola, précédés d’une Vie de Tacite, où le peintre de Tibère et de Néron. Passionné de Tacite Wikipedia-logo-v2.svg, l'historien et sénateur romain, il passe dix ans à traduire les Annales qui parurent en 1768, ouvrage jugé bourgeois et maniéré. Voltaire écrivit : « Hier on m’accorda, pour combler mon ennui, Le Tacite de Bletterie ». Religieux irréprochable, il était vu comme bon citoyen et écrivain estimable.




Sur la carte

Chargement de la carte...

Références

Jean-Philippe-René de La Bléterie Wikipedia-logo-v2.svg