Parc de Maurepas

De WikiRennes

Panneau travaux.svg
Cet article est en construction. • Votre contribution y est bienvenue.

Le parc de Maurepas est un jardin municipal créé en 1936 et situé dans le quartier Maurepas, entre le boulevard Paul Painlevé, le boulevard Raymond Poincaré et la rue Courteline. Il a été dessiné en 1936 par l’entreprise Moser de Versailles. L'ouverture est prévue pour 1938, il sera réellement ouvert au public le dimanche matin 23 juillet 1939, après que la nature ait eu le temps de s'enraciner. On y accède par cinq entrées. La pièce d'eau près de la pergola, qui permettait aux enfants de barboter, a été supprimée dans les années quatre-vingt du 20e siècle.

La pataugeoire. Ouest-Eclair 25 juillet 1941
Pergola du Parc de Maurepas
Le Parc de Maurepas vu du sud-est, à gauche boulevard Paul Painlevé, à droite boulevard Raymond Poincaré

La superficie initiale du parc était de 7,5 hectares (ramenés plus tard à 5,5 hectares, sa taille actuelle). Parmi les aménagements du parc, on trouve notamment des portiques et une pergola en béton, ainsi qu'une piste cyclable de 300 m entoure l'aire de jeux.


Historique

Projet d'une école de Plein-air

Le 29 septembre 1921, l'inspecteur primaire de Rennes informe par lettre le maire de Rennes de l'existence d'un comité franco-américain qui « s'est proposé pour objet (sic) d'aider par tous les moyens dont il peut et pourra disposer à la création d'écoles de plein-air dans les agglomérations importantes [...] seul moyen efficace que nous ayons pour préserver de la maladie de la jeunesse des villes anémiée ou malingre »[1].

Le parc en cours d'aménagement, en limite de la ville.(Ouest-Eclair, 7 septembre 1937)

L'Acquisition des terrains

Quelques mois plus tard, le 27 février 1922 le maire Jean Janvier propose en conseil municipal d'offrir le terrain que possède la ville Boulevard de l'Ouest, devenu depuis Boulevard de Verdun, pour la création d'une école de plein-air[2].

Au final, les terrains bientôt occupés par le parc sont composés d'un terrain appartenant déjà à la ville ainsi que de trois parcelles achetées en 1933 à des propriétaires privés (dont celui de la société Bernheim Frères et Fils, situé au lieu-dit Ferme de l'Épine), ou cédée gracieusement dans le cas de la parcelle de Monsieur de Kernier[3]. L'ensemble de ces parcelles représente une superficie de 7,5 hectares.

Vue aérienne du parc de Maurepas en 1937. À gauche de la pergola, la surface cimentée était un plan d'eau-pataugeoire[4]
Il fait chaud (des mouchoirs sur des têtes) mais la pataugeoire, quel plaisir rafraîchissant pour les enfants ! (Archives de Rennes 100FI297

La construction du Parc

La Ville de Rennes, par décret du 6 janvier 1928, avait prévu dans le quartier de Maurepas, sur le plateau de Maurepas, la création d'un square qui abriterait une école de plein-air, « dans laquelle pourraient être reçus environ 120 jeunes enfants, garçons ou filles, qui, de mauvaise santé, auraient besoin, tout en continuant l'école, de soins particuliers et attentifs[5].

Le parc de Maurepas, secteur des jeux pour enfants, en 1939

La construction du parc et de l'école sont actés le 31 juillet 1936 : parmi les neufs projets proposés, celui de la Société Georges Moser et Cie est retenu, « au prix forfaitaire de 789.313 francs 70 ». Le projet comprend l'aménagement d'un terrain réservé aux enfants, d'une piste circulaire de 300 mètres pour trottinettes et véhicules d'enfants, d'un espace ensablé pour attractions diverses, ainsi qu'un bassin pour enfants[6] L'entreprise s'engage à ouvrir le parc au public en été 1938. Le parc sera en fait ouvert un an plus tard, Monsieur Moser ayant demandé ce laps de temps pour permettre aux plantations de s'enraciner.

Abandon de la construction de l'école de plein-air

Le maire invite ses collègues à « compléter le projet envisagé en 1933 par la construction d'une école de plein-air, dont les jardins continueront ceux du parc » [7]. Le projet d'école de plein-air sur le boulevard Paul Painlevé est finalement approuvé en séance du conseil municipal le 3 avril 1939, il comprend notamment :

  • deux sections, garçons et filles,
  • des services communs (un réfectoire, deux classes, une cuisine, un bureau de médecin, une salle d'attente avec déshabilloirs...),
  • un solarium.

Bien que validée, la construction de l'école de plein-air sera abandonnée après la guerre au moment où la reconstruction sera la priorité.

Végétation et monuments

Un belvédère, dont les portiques en béton sont conformes aux formes géométriques des années 1930, sert de support aux rosiers grimpants.

Ce jardin, qui conserve les deux seuls exemplaires de sapins parasols rennais, est agrémenté, depuis 2002, d'un taureau en bronze sculpté par l'artiste Louis Derbré Wikipedia-logo-v2.svg [8].


Le parc et son environnement urbain vers 1950, vu de la rue de Fougères et par la rue Courteline en direction du boulevard Raymond Poincaré. (Archives de Rennes 100FI305)
La même vue du parc, quelque 65 ans plus tard. L'environnement urbain s'est étoffé.



Anecdotes

Dès son ouverture, le Parc de Maurepas connaît un succès populaire, et quelques petites déconvenues. Le Nouvelliste titre le 26 juillet 1939 : Le Parc de Maurepas connaît les faveurs des Rennais, puis en chapeau : « Néanmoins, la liberté qui y était laissée a entraîné des abus et un règlement strict a dû être établi ».

Des « grands jeunes gens de 18 à 20 ans » avaient « pénétré la nuit dans le parc, [...] utilisé les toboggans, balancelles, etc. faits pour supporter de jeunes enfants, et ces jeux ont été abîmés », [...] « sur la piste cimentée du terrain de jeux, des garçons de 16 à 17 ans ont cru bon de rouler à toute allure à bicyclette », etc.[9]. Où l'on se rend compte que les adolescents ont toujours été adolescents, hier comme aujourd'hui.

Comme suite à ces faits, François Château, le maire prit un arrêté réglementant l'accès et l'usage du parc et réservant l'usage des jeux, de la piste, du bassin et de la pièce d'eau aux enfants de moins de 14 ans.


Souvenirs du Parc de Maurepas

«  Moi je me souviens je partais avec mes patins à roulettes sur le dos à Maurepas, j'y allais toute seule et je revenais toute seule. Il y avait quelque chose d'exceptionnel : le fameux parcours où on allait faire du patin à roulettes se transformait en parc de glace au moment de Noël. Je me souviens surtout du moment où ce parcours a été équipé avec des feux miniatures pour les enfants. On a appris à faire du vélo là-bas; il y avait aussi des voitures à pédales. Ce parcours existe toujours. »

— Dominique • Recueilli par Julie • 27 Juin 2013licence

Lien interne

Notes et références

  1. Lettre de l'inspecteur primaire datée du 29 septembre 1921, conservée aux Archives municipales.
  2. Délibération du conseil municipal, lundi 27 février 1922, conservé aux Archives municipales
  3. Plan d'espace verts à l'échelle 1/2000, Parc de Maurepas, cote 5FI123, conservé aux Archives municipales.
  4. plaquette éditée en 1937 par la Municipalité de Rennes. Imp. Oberthur - 1937
  5. Rapport de Monsieur le Maire J. Lemaistre, le 21 juillet 1933, en conseil municipal
  6. Rapport de Monsieur le Maire, François Château, 31 juillet 1936
  7. Rapport de Monsieur Le Maire, François Château, 31 juillet 1936
  8. [1]
  9. Le Nouvelliste, Le parc de Maurepas : le paradis des enfants, Ouest-Éclair du 26 juillet 1939, p. 8, lire en ligne.

Sur la carte

Chargement de la carte...

OpenStreetMap : [2]