Rue Henri Delaborde

From WikiRennes
Jump to: navigation, search

La rue Henri Delaborde se situe dans le quartier 2 : Thabor – Saint-Hélier – Alphonse Guérin entre la rue Bertrand Robidou à l'ouest et la rue Nadault de Buffon à l'est. Cette voie fut dénommée par délibération du Conseil Municipal de la Ville de Rennes le 24 juillet 1923[1].

Cette voie rend hommage à Henri Delaborde, historien de l'Art (1811 - 1899)

Une biographie assez complète du peintre est éditée dans le quotidien L'Ouest-Éclair en 1923, lors de la dénomination de la rue :

« HENRI DELABORDE (1811-1899) - Artiste peintre, historien et critique d'art, une des plus grandes célébrités de notre époque.

Le comte Henri Delaborde naquit à Rennes (rue de Corbin), le 2 mai 1811, ainsi que le constatent nos registres de l'état-civil, où se trouve consignée le 3 mai 1811, la déclaration qu'en fit son père, « Henri-François de la Borde, comte de l'Empire, général de division, commandant supérieur de la 13e Division militaire, grand officier de la Légion d'honneur, » accompagné de « Claude-Hubert Viard, capitaine aide de camp, membre de la Légion d'honneur, » et de « Pierre Clerget, lieutenant aide de camp, » qui signèrent avec lui, ainsi que le maire, M. « de la Bourdonnaye[2], baron de l'Empire ». Nous mentionnons ces petits détails qui rappellent une lointaine époque et qui ne manqueront pas d'intéresser.

Un fils, Louis-Jules (1806-1889) qui devait s'illustrer dans la magistrature et les lettres, avait précédé la naissance de « Henry » qui, lui aussi, devait retenir longuement l'attention de ses contemporains.

Pour rester dans le cadre de ces petites notices nous ne pouvons que mentionner les principales étapes de la belle carrière d'Henri Delaborde.

Il s'adonna de bonne heure à la peinture ; élève du célèbre Paul Delaroche, il exposa au Salon de 1837 A 1853 et à l'Exposition universelle de 1835. Médaille d'honneur de 2e classe en 1837, de 1e classe en 1847.

En 1855 il fut nommé conservateur-adjoint du Musée des estampes de la Bibliothèque impériale, chevalier de la Légion d'honneur le 2 avril 1860, il sera commandeur de la Légion d'honneur en 1893.

Il collabora à la Gazette des Beaux-Arts, à la Revue des Deux-Mondes et à l'Histoire des Peintres.

L'œuvre de Delaborde, comme peintre, comprend une série de belles toiles [...]

Henri Delaborde est aussi l'auteur des peintures murales de la chapelle des fonts et de la chapelle des morts de la basilique Sainte-Clotilde de Paris.

Quant à l'œuvre littéraire et critique d'Henri Delaborde, nous devons renoncer à en donner la bibliographie complète. [...]

Membre de l'Académie des Beaux-Arts, en 1868, et secrétaire perpétuel de cette Académie depuis 1874, il eut l'occasion de prononcer de nombreux discours et éloges académiques qui furent publiés dans les Mémoires de l'Institut, et dont plusieurs forment des plaquettes qui sont la joie des bibliophiles.

A cette simple énumération, on peut se rendre compte de l'étendue de l'œuvre de Delaborde, de la grande place qu'il occupait dans le monde artistique, et quel deuil causa sa mort qui survint le 17 mai 1899. Nous pouvons nous en faire une idée en parcourant les discours qui furent prononcés à ses funérailles par MM. Ronjon, Léopold Delisle, Brunetière, etc...

La rue Henri Delaborde, voisinera avec celle de Moreau de Jonnès[3] dans le quartier des Bas Chemins de Notre-Dame. Le nom de notre grand artiste remplace celui de Gelly (sans doute le nom de Michel Gelly, architecte ayant œuvré sur le secteur de Rennes et sa région entre la fin du 19e et le début du 20e siècle, ndlr), porté par une des impasses qui débouchent sur la rue Alphonse Guérin. »

— Ernest Rivière, dans L'Ouest-Eclair
Origine : Numéro du 4 août 1923 • Recueilli par Manu35 • 2018licence


« Soulignons que la cérémonie sera présidée par un des successeurs de l'historien (Arthur Le Moyne de la Borderie, ndlr) à son fauteuil de l'Académie, M. le Comte Delaborde, descendant de Rennais, illustres, lui aussi, puisqu'un de ses ascendants, peintre célèbre, a donné son nom à une rue de la capitale bretonne. »

— L'Ouest-Eclair
Origine : Numéro du 21 septembre 1928 • Recueilli par Manu35 • 2018licence


« M. Ernest Rivière[4] signale le don qui vient d'être fait au musée historique de Strasbourg d'une lettre inédite du général Kléber[5] au général Delaborde. On sait que Kléber exerça un commandement à Rennes, où il habitait non loin de la rue qui porte son nom ; cette lettre est datée de Rennes, le 14 Floréal de l'An II de la République une et indivisible ; elle est adressée à Saint-Malo - que l'on appelait Port-Malo - au général Henri-François Delaborde, qui s'était signalé au siège de Toulon, en 1793, par la prise des Gorges d'Ollioules, et qui devait aussi exercer un commandement à Rennes ; il est le père d'Henri Delaborde (1811-1882*), le grand historien d'art, né à Rennes, et dont une rue de notre ville porte le nom. »

— L'Ouest-Eclair
Origine : Numéro du 11 octobre 1933 • Recueilli par Manu35 • 2018licence

  • NB : Henri Delaborde est en fait décédé en 1899

Sur la carte

Chargement de la carte...

Note et références