Rue Thiers

From WikiRennes
Jump to: navigation, search

La rue Thiers est une voie axée ouest-est, partant du boulevard de la Tour d'Auvergne, inscrite dans le tracé d'un chemin qui menait à travers des jardins, de l'arsenal au manoir du Puits Mauger (actuellement rue Tronjolly). La rue percée en 1862 (plan Ange de Léon des Ormeaux) devait se prolonger jusqu'au Champ de Mars (projet 1855). Lucien Decombe indique d'ailleurs dans ses Notices sur les rues de Rennes 1883: "Son prolongement (celui de la rue de l'Arsenal NDLR) vers l'est s'est appelé pendant quelque temps rue prolongée de l'Arsenal, et porte maintenant le nom de rue Thiers". Cette voie fut dénommée par délibération du conseil municipal de la Ville de Rennes le 21 novembre 1877.

Le conseil municipal de la ville de Rennes du 5 novembre 1894 donne le nom de "ruelle du Puits-Mauger" à la petite voie permettant de joindre la rue Thiers - sensiblement depuis son milieu - à la rue du Pré Perché plus au nord. Cette voie est visible sur un plan de la ville datant de 1914, et existera jusqu'aux grands travaux de restructuration du quartier dans les années 70 qui verront un rue bien plus large prendre le nom du puits.

La loge maçonnique. Carte postale Coll. YRG

Les aménagements urbains du Colombier durant les années 1960/70 ont entraîné la restructuration complète du quartier, la rue Thiers se termine dès lors en impasse à l'est sur le square du Pré Perché. Les Établissements Gauvain, bonneterie en gros, quittèrent alors le 9 de la rue pour s'établir rue Claude Bernard. La rue a ainsi perdu la moitié de sa longueur car elle débouchait auparavant à la jonction de la rue de Nantes et de la rue Tronjolly et était prolongée par la rue de Plélo aboutissant au Champ de Mars.

En rive nord, au n° 20, se trouve l'hôtel villa attribuable à l'architecte Guidet, qui réalisa plusieurs demeures urbaines de ce type, à Rennes, caractéristique de la vocation résidentielle de cet axe. À signaler ici, associé à un édifice très caractéristique de la production de l'architecte, le soin apporté au traitement du portail.

Au n° 24, se trouve le petit immeuble de la loge maçonnique dite de la Parfaite Union, construit en 1931, décoré d'ornements de style Égypte antique: en partie haute un grand aigle bleu et or aux ailes déployées, par l'atelier d'Isidore Odorico en 1935, et un sphynx couché au-dessus de la porte.


Elle rappelle :

Adolphe Thiers

Homme politique et historien

(15 avril 1797, Bouc-Bel-Air, Bouches-du-Rhône - 3 septembre 1877, Saint-Germain-en-Laye)

Cet avocat, journaliste, historien et homme d'État symbolise l'évolution des classes dirigeantes toujours à la recherche d'un régime politique stable depuis l'effondrement de la monarchie absolue. Deux fois président du Conseil sous la monarchie de Juillet, il est un acteur majeur dans la mise en place des régimes qui ont suivi l'échec de la restauration en 1830. Partisan d'une monarchie constitutionnelle, il se rallie enfin à la République.

En 1871, après la chute du Second Empire lors de la guerre contre la Prusse, il devient le premier président de la Troisième République. En mai, son gouvernement ordonne l'écrasement de la Commune de Paris.

Mis en minorité en mai 1873 par les monarchistes, il démissionne de la présidence de la République.

Adolphe Thiers, alors Président de la République Française, nomme Pierre Martin maire de Rennes le 20 mai 1871[1], en remplacement d'Edgar Le Bastard.

Sur la carte

Chargement de la carte...

Note et références

.

Pour déambuler dans les rues de Rennes, son histoire et la Collection YRG, cliquer ici 542

.