Isidore Odorico

De WikiRennes
Isidore Odorico fils en 1925

Isidore Odorico fils (31 octobre 1893, Rennes - 27 février 1945, Rennes) est un mosaïste issu d'une dynastie d'artisans italiens installés à Rennes. Reprenant la succession de son père, il réalise un très grand nombre de décorations de mosaïque essentiellement dans l'Ouest de la France.

En février 2014 on inaugure la Passerelle Odorico reliant le quartier Saint-Hélier à la Californie.

D'une dynastie de mosaïstes

Reconstitution de l'atelier Odorico. Musée de Bretagne

Les frères Odorico, Isidore (père) et Vincent, viennent de Sequals, dans la province italienne du Frioul. Ils participent au chantier de l'Opéra Garnier à Paris sous la direction du mosaïste italien réputé Giandomenico Facchina puis, après un passage à Tours, en 1882 les frères s'associent et fondent leur entreprise à Rennes. A notre région sans tradition de mosaïque, ils apportent une technique de leur province d'origine : la pose par inversion, d'abord utilisée à l'Opéra Garnier, inspirée par les procédés de restauration des mosaïques antiques, et l'invention des « émaux dimensionnés » qui permettent un gain de temps sur les coupes de tesselles. Très bons artisans, ils répondent à des commandes passées par des architectes pour les églises d'Ille-et-Vilaine et des Côtes d'Armor, dans la lignée des décors des basiliques mariales de la fin du 19e siècle, telles Notre-Dame de la Garde à Marseille, Fourvière à Lyon. Leur travail quotidien est le décor au sol, principalement en marbre, pour des entrées d'immeubles ou des boutiques, voire un grand immeuble comme celui du magasin Valton, 9 rue d'Antrain à Rennes (1897).

Immeuble décoré par Isidore Odorico, en 1931, au n° 7, avenue Janvier à Rennes (Photo Jacques Le Letty, de Wikimedia Commons)
Hall de l'ancienne cité des étudiantes, avenue Jules Ferry

L'art déco d'Isidore fils à Rennes et dans l'ouest

Isidore Odorico fils, après avoir suivi durant cinq ans les cours de l'école des beaux-arts de Rennes, reprend l'entreprise familiale après la première guerre mondiale et la développe. Il sera sur de nombreux chantiers avec son beau-père, Pietro Favret. Grâce à sa formation artistique, il crée de manière tout à fait personnelle des motifs inspirés par l'Art Déco, alors en grande vogue. Il collabore avec différents architectes travaillant en Bretagne : Jean de La Morinerie pour « Le Petit Carhuel » à Étables-sur-Mer, Emmanuel Le Ray pour des crèches à Rennes, Pierre Laloy pour les postes de Saint-Lunaire, Tréguier, Rennes-République, Hyacinthe Perrin[1] pour l'église Sainte-Thérèse à Rennes, Roger Jusserand pour la « Maison bleue » à Angers.

L'atelier Odorico détruit. (Ouest-Eclair du 11 janvier 1929)

Rennes devient un des grands centres de production de mosaïque de France et on trouve des œuvres de l'atelier Odorico dans 122 villes du grand Ouest. Un incendie survenu dans les entrepôts de la rue de Léon à Rennes en janvier 1929 amène M. Odorico à en évaluer les conséquences immédiates qui traduisent bien l'importance acquise par l'entreprise : " Cet atelier était le plus précieux, celui où nos plans, nos maquettes et nos matériaux les plus importants étaient déposés, du papier (près de 500 kg) et des mosaïques: les carrés de mosaïques éclataient et crépitaient dans les flammes[...]. De l'entrepôt détruit dépendait, pour beaucoup, la marche de nos affaires. Aussi allons-nous être obligés de rappeler à Rennes les ouvriers qui travaillent sur nos chantiers extérieurs, dans toute la Bretagne, de Malestroit à Laval et de Saint-Brieuc à Saint-Nazaire, car nous ne pourrons plus leur fournir les matériaux dont ils ont besoin pour terminer leurs tâches" [2]. L’entreprise périclita après la Seconde Guerre mondiale et dut fermer ses portes en 1978.

Parmi ses principales réalisations : en 1924-1928 : intérieur de la chapelle du Grand séminaire de Saint-Brieuc, en 1925 : sols intérieurs et extérieurs de la Villa « Le Petit Carhuel » à Étables-sur-Mer, en 1927 : la façade de l'usine Morel et Gaté à Fougères, la "Maison bleue" à Angers. Ses interventions sont nombreuses à Rennes : en 1926 la piscine Saint-Georges, l'intérieur du bureau de poste du Palais du Commerce en 1931 : l'immeuble Poirier, 7 avenue Janvier en 1933, l'église Sainte-Thérèse en 1934, intérieurs de la Cité universitaire, Maison des Étudiants, 94 boulevard de Sévigné, lambris et frise de la crèche de la rue Papu en 1940 : la maison d'Isidore Odorico, 7 rue Joseph Sauveur .

Par ailleurs, joueur de football au Stade rennais université club (SRUC), puis dirigeant, il en fut président de 1931 à juillet 1938 et contribua à la mise en place du championnat de football professionnel en 1932.

Lien interne

  1. place Hyacinthe Perrin
  2. Ouest-Eclair du 10 janvier 1929


cartographie des mosaïques Odorico à Rennes

Lien externe

  • Isidore Odorico Wikipedia-logo-v2.svg
  • Odorico l'art de la mosaïque, Capucine Lemaitre-Daniel Enocq. Photographies Hervé Ronné. Editions Ouest-France - 2018

Images

Hôtel de Courcy à Rennes La maison bleue à Angers Porte d'entrée de la maison bleue à Angers

Illustrations

Maison Odorico, rue Joseph Sauveur Piscine Saint-Georges