Histoire du féminisme à Rennes

De WikiRennes


Cet article concerne essentiellement la période 1965-1985, période que l'on appelle « La deuxième vague » [1]mais Rennes participe à la première vague du féminisme avec Louise Bodin, figure emblématique du début du XXe siècle.

1965

1966

1972

  • Septembre 1972: naissance de la section rennaise de Choisir Wikipedia-logo-v2.svg, créée par des militant.e.s d'extrême gauche. Le local se trouvait au 13 rue Saint-Michel.

1973

  • Mouvement à l'université de Villejean pour la mixité dans les cités universitaires.
  • 26 janvier 1973: début de la grande grève de la faculté de médecine de Rennes qui durera plusieurs mois[5]. C'est l'occasion pour le groupe Choisir-Rennes de recruter des étudiant.e.s en médecine volontaires pour la pratique des avortements clandestins.
  • Début 1973: premiers départs à l’étranger et premiers avortements militants organisés par la section rennaise de Choisir.
  • 2 mars 1973: l'association des étudiants de médecine de Rennes organise un meeting avec la participation de Gisèle Halimi Wikipedia-logo-v2.svg en présence de 500 personnes essentiellement sur les luttes à mener pour obtenir le droit à l'avortement.
  • 5 mai 1973: Choisir Rennes scissionne vis-à-vis de l’association nationale car Gisèle Halimi veut obtenir une loi sur l'avortement par le biais de procès médiatiques impliquant des personnalités et non pas en pratiquant, comme le fait le groupe rennais, des avortements militants comme moyen de pression sur l’État.
  • 18 mai 1973: manifestation organisée par Choisir-Rennes pour protester contre l'arrestation de la doctoresse grenobloise Annie Ferrey-Martin[6]. Cette dernière a été en effet inculpée le 8 mai 1973 pour avoir pratiqué un avortement selon la méthode Karman sur une jeune fille mineure. La manifestation rennaise aurait, selon les sources, rassemblé entre 180 et 300 personnes.
  • Rentrée universitaire 1973: Colette Cosnier, professeure de littérature comparée à l'université de Rennes 2 propose un programme intitulé "Féminisme et littérature".

1974

  • Création de la délégation régionale à la condition féminine de Bretagne à Rennes. La déléguée est Janine Pichon.
  • Un groupe femmes se forme à la faculté de droit.
  • 77 médecins d'Ille et Vilaine signent un manifeste adressé au Conseil Départemental et National pour protester contre les pressions du Conseil de l'Ordre sur les députés.
  • 17 mars 1974: organisation par le MLAC et Choisir-Rennes des « 4 heures pour l’avortement et la contraception libres et remboursés par la Sécurité Sociale », au pavillon des Lices.
  • 17 avril 1974: projection du film « Histoires d’A Wikipedia-logo-v2.svg » par le MLAC à la salle de la Cité.
  • 18 avril 1974: perturbation par des militant.e.s féministes et d'extrême gauche du meeting de Jean Royer Wikipedia-logo-v2.svg, candidat aux élections présidentielles de 1974 et opposé à la légalisation de l'avortement.
  • 19 avril 1974: un sketch, suivi d'une manifestation pour le droit à l’avortement réunissant 150 personnes sont organisés à Rennes.
  • Printemps 1974: le Groupe Femmes de Villejean affiche des panneaux féministes lors des élections présidentielles de 1974.
  • Juin 1974: à Rennes, la CFDT met en place une commission femmes.
  • 5 décembre 1974: le MLAC de Rennes organise un meeting à la salle de la Cité pour dénoncer le projet de loi sur l’avortement tel qu'il est présenté avant le vote.

1975

  • 17 janvier 1975: promulgation de la loi Veil Wikipedia-logo-v2.svg dépénalisant l’avortement, et pour laquelle Henri Fréville, maire de Rennes, avait voté favorablement.
  • Avril 1975: début de l’application de la loi Veil au Pavillon Bernard (Hôtel-Dieu), au CHU de Rennes. Le chiffre de 400 interruptions volontaires de grossesse est atteint en octobre 1975.
  • 18 avril 1975: Françoise Giroud Wikipedia-logo-v2.svg, secrétaire d’État chargée de la condition féminine, sous la présidence de Valéry Giscard d'Estaing, en visite officielle pour célébrer « L'année de la Femme » à Rennes, se fait chahuter par des féministes.

1976

  • Un groupe femmes, le groupe femmes la Paillette, se réunit à la MJC La Paillette (il est probable que le groupe existait avant, dès 1974-1975, mais les sources ne nous permettent pas de l'affirmer).
  • 30 mai 1976: les groupes femmes de Rennes, organisent une Fête des Femmes à la Maison du Champ de Mars.
  • Décembre 1976: le Planning Familial quitte les locaux de Force Ouvrière rue Thiers et s’installe dans des nouveaux locaux place de Bretagne.

1977

  • Juin 1977: le groupe femmes de Villejean mène des actions sur les conditions de suivi de grossesse et d'accouchement à la maternité du CHU de l'Hôtel Dieu.

1978

  • 28 février-4 mars: semaine homosexuelle à Rennes organisée par le GLH, Groupe de Libération Homosexuelle à la MJC Centre (rue de la Paillette). Dans la foulée, création d'un groupe de lesbiennes.
  • 7-10 mars 1978: semaine internationale de lutte contre les violences quotidiennes faites aux femmes à La MJC Rennes Centre (rue de la Paillette).
  • 24 mars 1978: déclaration en Préfecture d'Ille-et-Vilaine de l’association SOS Femmes battues.
  • 27 avril 1978: débat sur la presse féministe organisé par le Monde en Marche, une librairie militante, lieu de rendez-vous, de dépôt de tracts et de presse politique, qui se trouvait rue Vasselot.

1979

  • Début février 1979: le CRIF (Centre Rennais d’Information des Femmes) occupe le local de la Maison du Champ de Mars qui lui avait été promis par la municipalité.
  • 2 au 7 avril 1979: semaine d’information "IVG et contraception" organisée par plusieurs organisations rennaises, dont le Planning Familial.
  • Mai 1979: ouverture du CRIF (Centre Rennais d’Information des Femmes) qui regroupe l’Union féminine civique, l’Union des Femmes Françaises, les Femmes Chefs de Famille et qui se réunit à l’OSCR, cours des Alliés.
  • 6 octobre 1979: manifestation à Rennes pour le vote définitif de la loi sur l’IVG. Le Collectif Rennais Avortement Contraception (CRAC) organise les 6 heures pour l’avortement, halle Martenot.
  • 13 novembre 1979: un débat sur l’interruption volontaire de grossesse à la maison de la culture est interrompu en raison de l’opposition verbale entre membres de Laissez les vivre et membres de groupes femmes.

1980

  • Fin avril 1980: semaine d’information sur la « sexualité et la contraception » organisée à la maison de quartier de Villejean.

1981

  • 3 mars 1981: à l’occasion du 8 mars, projection de films (Juliette du côté des hommes, de Claudine Bories, et La fin d’une carrière, de Christa Maar) à la MJC de la Paillette.
  • Octobre 1981: avec la création du Ministère des droits de la Femme dirigé par Yvette Roudy Wikipedia-logo-v2.svg, mise en place de 4 postes à mi-temps au Centre Rennais d'Information des Femmes (CRIF).

1982

  • 28 février 1982: le Mouvement de libération des femmes, ainsi dénommé dans la presse locale, de Rennes recueille des signatures sur le marché des Lices pour faire du 8 mars un jour férié, chômé et payé pour toutes les femmes.
  • 2 au 12 mars 1982: exposition et animations sur l’autonomie de la femme au CRIF.
  • 8 mars 1982: la CGT fait signer des pétitions esplanade du Colombier pour réclamer l’élargissement des droits des femmes.
  • 14 juin 1982: le maire de Rennes, Edmond Hervé, signe le contrat antisexiste pour lutter contre le sexisme dans les livres scolaires (affaire suivie par Anne Cogné[7], conseillère municipale déléguée aux droits des femmes).
  • 29 octobre 1982: dernière interruption de grossesse au Pavillon Bernard, au CHU de l'Hôtel Dieu.
  • 3 novembre 1982: première IVG au nouveau centre d'orthogénie, toujours au CHU de l'Hôtel Dieu.

1983

  • Janvier 1983: création de l’Association de soutien aux femmes violées.
  • Mars 1983: création de Cité d’Elles, association de femmes de promotion artistique.

1984

  • 25 février 1984: colloque “Rencontres féministes de Rennes”, organisé par la Délégation régionale aux droits de la femme dans les locaux de la chambre des métiers de Rennes avec la participation de Colette Audry Wikipedia-logo-v2.svg, Anne Zélensky Wikipedia-logo-v2.svg et Colette Cosnier, écrivaines et universitaires. Les intervenantes ont notamment retracé l’histoire du féminisme et largement débattu avec les participantes de la vie professionnelle, de la formation des femmes, des droits récemment acquis et des nouveaux champs d’intervention du féminisme.

1985

  • 18 septembre 1985: suite aux viols médiatisés commis à Paris, reconstitution théâtrale d’un viol dans une rue de Rennes, en plein jour, pour « interpeller l’opinion, dénoncer le viol, lutter contre la passivité, appeler à la solidarité et à l’action ». Le tract est signé « Des femmes de Rennes ».

1988

Parution du livre de Colette Cosnier "La Bolchevique aux bijoux; Louise Bodin", éditions Pierre Horay

Notes et références

  1. Bard Christine (dir), Les féministes de la deuxième vague, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2012, 260 p
  2. Maitron.org, site d'histoire sociale, http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article138507&id_mot=29
  3. École des hautes études en santé publique Wikipedia-logo-v2.svg
  4. Avorter. Histoires des luttes et des conditions d'avortement des années 1960 à aujourd'hui, collectif IVP
  5. Une importante documentation sur cette grève est consultable aux archives municipales de Rennes: don Patrick Wiener, 10Z218
  6. Avorter. Histoires des luttes et des conditions d'avortement des années 1960 à aujourd'hui, collectif IVP
  7. http://www.histoiresordinaires.fr/Parcours-d-une-combattante-dans-le-quotidien-des-femmes_a588.html

Pour aller plus loin