Anciennes salles de cinéma de Rennes

De WikiRennes

Historiques des salles de cinéma à Rennes :

Avant-guerre

En 1908, inauguration de la première salle de cinéma à Rennes : l'Omnia Pathé (près de 800 places, place du Calvaire, sous le dôme de l'ancien couvent des Calvériennes (brûlera en avril 1931 et sera remplacé par Le Royal).

publicité de grands cinémas de Rennes en 1937[1]

En 1921, on recense :

En 1925, un promeneur sur la foire du Mail observe que, parmi les attractions, il n'y a plus de cinéma forain, car "Quelle est la petite ville qui n'a pas son cinéma à demeure ?" [2]


En 1935, on trouve dans l'annuaire officiel d'Ille-et-Vilaine les cinémas :

Pendant la seconde guerre mondiale

Pendant la seconde guerre mondiale, les salles obscures furent très fréquentées, dérivatifs aux soucis du temps.

"Le Tout-Cinéma", annuaire 1942, paraît avec sa partie officielle et l'organisation du C.O.I.C (comité d'organisation professionnel du cinéma), ses mémentos téléphoniques des organismes et membres de la corporation, la liste des cinémas, les annonces des nouveaux films, les films présentés, les photos et adresses de 167 acteurs et actrices, des documentations sur la projection et une annexe sur le cinéma italien,document devenu rare; les salles de la distribution commerciale à Rennes proposent alors 4505 places.

les cinémas rennais répertoriés dans le Tout-Cinéma, annuaire 1942
Un des grands films vus en 1942. [3]

Après-guerre

En 1965, ce sont dix salles qui étaient réparties sur la ville[4] :

  • En 1947 est créée La Chambre Noire, un "ciné-club art et essai" animé par l'abbé Joseph Lemarchand, futur écrivain Jean Sulivan, puisque les projections, au Paris ou au Français, sont précédées d'une présentation et suivies d'un débat avec les spectateurs[5].

Après 1965

D'autres salles de cinéma, non recensées dans le guide de 1965 ont existé à Rennes :

Le Régent, le Rallye, Le Villeneuve, l'Arvor (Saint-Hélier) et le Studio étaient d'anciennes salles de patronage, gérées par des associations.


Anecdotes

  • Le comédien humoriste Sim était projectionniste au cinéma le Royal dans les années 50.
  • Dans les années 1950, le Gaffo ou Groupement d'associations de cinéma de l'Ouest devait avoir une certaine présence dans la ville : ce qui deviendra le Club Espoir fait appel à lui pour offrir des distractions aux jeunes hospitalisés à l'Hôtel Dieu, frappés par la poliomyélite[6].

Notes et références

  1. Guide de Rennes, éd. J. Larcher 7e édition - 1939
  2. Hebdomadaire La Vie Rennaise du 13 juin 1925
  3. Le Tout-Cinéma annuaire professionnel, organne du Comité d'organisation de l'industrie cinématographique - 1942
  4. Guide Pratique - Rennes - L'Ille-et-Vilaine et la Côte d'émeraude - 8e édition - 1965
  5. Les années 50 en Ille-et-Vilaine, hors-série Ouest-France 2005, p. 25. Cette courte évocation est illustrée par une photo extérieure du Paris.
  6. Les années 50 en Ille-et-Vilaine, hors-série Ouest-France 2005, page 35.

Lien interne

Rennes d'histoire et de souvenirs quatrain 65 Rennes et le 7e art