Place de la Mairie : Différence entre versions

De WikiRennes

(Galerie cartes postales)
m (précisions)
Ligne 5 : Ligne 5 :
 
[[Fichier:Place_de_la_Mairie.png|300px|center|thumb|la place de la mairie vers 1900]]
 
[[Fichier:Place_de_la_Mairie.png|300px|center|thumb|la place de la mairie vers 1900]]
  
 +
 +
Sur un plan répertoriant les rues de Rennes au début du XVIIème siècle, on peut apercevoir que le site actuel était occupé par la ''rue de la Fanerie'', qui rejoignait la [[rue d'Orléans]] à l'angle sud-ouest de la [[place du Parlement de Bretagne]].
  
 
== A la suite de l'incendie de 1720... ==
 
== A la suite de l'incendie de 1720... ==
Ligne 11 : Ligne 13 :
 
À [[Rennes]], la '''place de la Mairie''' a été créée à la suite de l'[[incendie de 1720]] et presque au centre de la zone détruite. Avant la construction du théâtre, une "''place aux Arbres''" plantée de tilleuls joignait l'angle sud-ouest de la [[place du Parlement]], ce qui donnait à cet ensemble une forme irrégulière.
 
À [[Rennes]], la '''place de la Mairie''' a été créée à la suite de l'[[incendie de 1720]] et presque au centre de la zone détruite. Avant la construction du théâtre, une "''place aux Arbres''" plantée de tilleuls joignait l'angle sud-ouest de la [[place du Parlement]], ce qui donnait à cet ensemble une forme irrégulière.
  
Elle permet d'apprécier, sur son côté ouest, le déploiement de l'élégante façade de l'hôtel de ville avec sa tour de l'horloge et ses "ailes en forme de clavecin" comme on les décrivit au 18e siècle. Ce sera la seconde place royale de la cité puisque, en [[1754]], est installée dans la niche au pied du beffroi, une statue pédestre de Louis XV entourée de la Bretagne assise et de Hygie, déesse de la Santé, œuvre de Lemoyne. La guillotine y fut installée en 1793 et y montèrent les conspirateurs Charles Elliot et René Maloeuvre mais, sur demande de [[Jean Leperdit]], navré de voir les mares de sang des suppliciés, elle fut bientôt transportée [[place du Parlement]]. Effet recherché ou pas, l' [[opéra]], avec sa rotonde, en pendant de l'hôtel de ville, semble répondre à la partie centrale concave de ce dernier comme ne manquent pas de l'observer les visiteurs.<ref> [[Rennes d'histoire et de souvenirs]] quatrain 25</ref>
+
Elle permet d'apprécier, sur son côté ouest, le déploiement de l'élégante façade de l'hôtel de ville avec sa tour de l'horloge et ses "ailes en forme de clavecin" comme on les décrivit au 18e siècle. Ce sera la seconde place royale de la cité puisque, en [[1754]], est installée dans la niche au pied du beffroi, une statue pédestre de Louis XV entourée de la Bretagne assise et de Hygie, déesse de la Santé, œuvre de Lemoyne. La guillotine y fut installée en 1793 et y montèrent les conspirateurs Charles Elliot et René Maloeuvre mais, sur demande de [[Jean Leperdit]], navré de voir les mares de sang des suppliciés, elle fut bientôt transportée place du Parlement. Effet recherché ou pas, l'[[opéra]], avec sa rotonde, en pendant de l'hôtel de ville, semble répondre à la partie centrale concave de ce dernier comme ne manquent pas de l'observer les visiteurs<ref>[[Rennes d'histoire et de souvenirs]] quatrain 25</ref>.
 
[[Fichier:Groupe_de_boucher.jpeg|200px|right|thumb|<ref> ed. de la Grande Photographie "Bernard", Rennes</ref>]]
 
[[Fichier:Groupe_de_boucher.jpeg|200px|right|thumb|<ref> ed. de la Grande Photographie "Bernard", Rennes</ref>]]
  

Version du 12 octobre 2017 à 11:56

En bas à gauche de cet extrait du plan de 1726, la Place Neuve avec un projet de présidial au nord et non à l'ouest comme il fut édifié finalement.
Théâtre et tram place de la Mairie
Rennes-tram-hdv.jpg
la place de la mairie vers 1900


Sur un plan répertoriant les rues de Rennes au début du XVIIème siècle, on peut apercevoir que le site actuel était occupé par la rue de la Fanerie, qui rejoignait la rue d'Orléans à l'angle sud-ouest de la place du Parlement de Bretagne.

A la suite de l'incendie de 1720...

La place de la Mairie, côté théâtre, à la fin des années 50 : parc pour Simca Aronde, 203 Peugeot, Versailles, avec un bus des TUR (Transports urbains rennais) qui avaient succédé aux tramways en 1952 et... quelques fleuristes - n° 206, éd. non indiqué

À Rennes, la place de la Mairie a été créée à la suite de l'incendie de 1720 et presque au centre de la zone détruite. Avant la construction du théâtre, une "place aux Arbres" plantée de tilleuls joignait l'angle sud-ouest de la place du Parlement, ce qui donnait à cet ensemble une forme irrégulière.

Elle permet d'apprécier, sur son côté ouest, le déploiement de l'élégante façade de l'hôtel de ville avec sa tour de l'horloge et ses "ailes en forme de clavecin" comme on les décrivit au 18e siècle. Ce sera la seconde place royale de la cité puisque, en 1754, est installée dans la niche au pied du beffroi, une statue pédestre de Louis XV entourée de la Bretagne assise et de Hygie, déesse de la Santé, œuvre de Lemoyne. La guillotine y fut installée en 1793 et y montèrent les conspirateurs Charles Elliot et René Maloeuvre mais, sur demande de Jean Leperdit, navré de voir les mares de sang des suppliciés, elle fut bientôt transportée place du Parlement. Effet recherché ou pas, l'opéra, avec sa rotonde, en pendant de l'hôtel de ville, semble répondre à la partie centrale concave de ce dernier comme ne manquent pas de l'observer les visiteurs[1].

La "Place de la Mairie", a marqué pendant longtemps le lieu central de la ville. C'est ici qu'était le principal lieu de correspondances des tramways, de 1897 à 1952, puis des bus jusque dans les années 70 du siècle dernier, avant de voir cette fonction déplacée vers la place de la République. Elle a été, aux 19e et 20e siècles, le lieu des grandes manifestations locales ou nationales, souvent avec installation de gradins pour les officiels. Longtemps s'y tint un marché aux fleurs. Devenue piétonne, elle permet aussi maintenant la déambulation nord-sud des Rennais ou leur stationnement en toute tranquillité et à l'allure de forum avec exhibitions et présentations temporaires, à côté d'un petit manège pour enfants. D'aucuns critiquent son aspect minéral que n'arrivent pas à atténuer des arbustes en caisson mais les touristes lui trouvent belle allure.

Des régimes, des noms et des emblèmes

De "Place Neuve" à sa création, elle devint "place Royale" puis, à l'époque de la Révolution, "place Le Chapelier", du nom du député de Rennes, président de l'Assemblée constituante, avant de devenir "place d'Armes" avec un intermède de "place Marat" ! En 1807 elle devient... "place Napoléon", puis "place Impériale" pour redevenir "place d'Armes" à la chute de l'Empire mais... redevient, en 1830, "place Napoléon" et peu après va devenir enfin officiellement "place de la Mairie". Le 21 janvier 1941, le conseil municipal la dénomme "place du Maréchal-Pétain", (* 1) nom annulé le 16 septembre 1944. Le dôme du beffroi était, à l'origine, surmonté d'un grande fleur de lys de tôle à quatre branches. La Révolution la remplaça par un bonnet phrygien, puis un aigle pendant le premier Empire, puis à nouveau une fleur de lys sous la Restauration. On peut penser que les Rennais contemporains n'ont guère suivi dans la pratique ces dénominations successives, s'en tenant, pour la plupart, au nom "place de la Mairie" que... l'on décline aussi en breton Plazenn an Ti-Ker.

Sous les galeries du Théâtre, côté sud : Le Glacier (publicité dans le programme de Rennes Théâtre, saison 1940-41)
Vers 1970, sur la place, l'auto reine à Rennes
Vers 1965, toujours place parking
Publicité de corsets, en fait, 7 rue de Brilhac, mais la place de la mairie est plus connue ( Dans le programme de Rennes Théâtre, saison 1940-41)
Faisant face à l'Hôtel de ville, l’Opéra la nuit
Sur la même vue, l'hôtel de ville, la basilique Saint-Sauveur puis la cathédrale Saint-Pierre. (Archives de Rennes. 255FI109)

Les passants sur la place purent voir, au fil des ans et des régimes, en haut du campanile : une grande fleur de lys de tôle à quatre branches, puis un bonnet phrygien remplacé par un aigle, auquel succéda une nouvelle fleur de lys. La République s'abstint. En 1793, la statue du roi disparut de la niche de l'hôtel de ville, qui resta vide jusqu'en septembre 1911 quand on y installa un groupe du statuaire cessonnais Jean Boucher, symbolisant l'union de la Bretagne (à genoux) au roi de France (assis), ensemble que firent sauter des indépendantistes au petit matin du 7 août 1932, année du quadricentenaire de l'acte d'union.

De nombreuses manifestations culturelles, sociales, militaires, festives, y rythment la vie rennaise diurne et nocturne.








Haïku de nuit

« Place de la Mairie

Un jeune à capuchon gris

Vomit sa nuit »

Stephanus • 18 mars 2011licence

Références

  1. Rennes d'histoire et de souvenirs quatrain 25
  2. ed. de la Grande Photographie "Bernard", Rennes

Liens internes

Lien externe

"La mémoire de la Guerre dans les rues rennaises", article extrait du 30ème numéro de "Place Publique" (juillet-août 2014), signé Erwan Le Gall: http://www.placepublique-rennes.com/article/La-memoire-de-la-Guerre-dans-les-rues-rennaises-1

Sur la carte

Chargement de la carte...

Galerie cartes postales

Place de la Mairie. Le Marché aux Fleurs. E. Mary-Rousselière 1032, voyagé 1907. Coll. YRG et AmR 44Z1670
Place de la Mairie. La Musique Anglaise du King's Liverpool Régiment (Lord Derby's Band) jouant la Marseillaise. E. Mary-Rousselière 1305, voyagé 1917. Coll. YRG et AmR 44Z2021




Les petits Fougerais à Rennes


Toutes les cartes de la Collection YRG avec l'Index cartes postales ou le mot clé YRG dans le moteur de recherche de WikiRennes.

Pour déambuler dans les rues de Rennes, son histoire et la collection, cliquer ici 623 ou ici 402

.