Dénomination des voies

From WikiRennes
Jump to: navigation, search
Panneau travaux.svg
Cet article est en construction. • Votre contribution y est bienvenue.

La dénomination des voies est une pratique consistant à associer un nom à une axe de circulation (automobile, piéton, ...), ce qui permet à un ensemble de personnes de mieux se repérer dans l'espace.

Le processus de dénomination

Lorsque l'on parle d'une voie, il peut s'agir d'une rue (voir catégorie : Rue de Rennes), terme le plus utilisé pour caractériser une voie (nombre de rues à Rennes?), mais aussi une avenue, un boulevard, une place, un square...

A Rennes, c'est une décision, une délibération notifiée au sein du conseil municipal de la ville qui acte la procédure de dénomination d'une voie. Cela peut être une modification de l'intitulé de la voie, par exemple la correction d'une erreur sur le nom ou le libellé (rue Pongérard: la délibération de 1902 indiquait rue Pontgérard), le changement de nom (le passage Capitaine Meignan devenu passage Adrien Buffet), l'ajout d'une précision dans le nom (la rue Le Chapelier devenue en 1989 la rue Isaac Le Chapelier, notamment afin d'éviter les confusions avec la ruelle aux Chapeliers); ou de son tracé (par exemple le prolongement de la rue Champion de Cicé), ce qui implique parfois aussi une rectification de son type (une allée qui ne débouche pas sur une autre voie peut devenir une rue lorsqu'elle finit par le faire; la rue Maurice Le Lannou était anciennement un rond-point puis une ellipse).

Une délibération peut aussi concerner la création du nom d'une voie et de son tracé ou au contraire sa suppression. Parfois, un nom de voie est réutilisé à un autre emplacement (rue Edouard Turquety, rue Pierre Abelard), soit car la rue a disparu physiquement, soit parce qu'il a été jugé utile d'attribuer la dénomination a un lieu plus représentatif, ce qui peut peut être le cas quand un personnage est né ou a vécu à l'endroit en question.

Une voie privée non-dénommée qui existe depuis de nombreuses années peut, lors de son passage dans le domaine public, se voir attribuer un nom. C'est le cas (exemple). Une voie peut aussi avoir été ouverte et exister pendant plusieurs années sans recevoir de dénomination officielle par délibération, c'est le cas de la rue Richard-Lenoir ouverte en 1877 mais dont le nom n'a été inscrit officiellement qu'en 2008.

Seules les personnalités décédées peuvent être associées à un nom de voie ou d'espace public[1]. Historiquement ce n'était pas toujours le cas (le cours Napoléon III, actuelle avenue Janvier, et le boulevard de l'Impératrice, devenu boulevard de la Liberté, par exemple, existaient déjà en 1858 lors de la visite de Napoléon III à Rennes en compagnie de l'Impératrice Eugénie).

Le 2 juin 1986, les impasses de la ville sont toutes devenues allées ou rues. En effet, le terme d'impasse comporte une connotation de cul-de-sac, de voie fermée, et les allées retrouvent dans le terme d'allée davantage d'élégance.

Certaines voies ne sont pas uniquement évoquées par leur nom officiel, c'est le cas par exemple de la rue Saint-Michel appelée familièrement rue de la Soif, ou de la rue des Innocents lorsque certains évoquent la rue des Innocents pendus.

Dans le cas du boulevard Pierre Mendès-France, c'est le nom de la voie dénommée par la ville de Saint-Jacques-de-la-Lande qui a été repris pour la partie de voie se trouvant sur Rennes.

En 2000, un représentant du « Collectif autonome Carrel Alexis » avait adressé une demande de changement de nom du boulevard Alexis Carrel à la mairie. En effet la personnalité d'Alexis Carrel est sujette à polémique, pour des raisons d'appartenances à l'idéologie nazie. Un adjoint socialiste, Pierre-Yves Heurtin, avait répondu que, depuis 1977, la mairie avait décidé de ne pas changer les noms des rues et des boulevards[2].

L’Histoire de Rennes en filigrane

Origines

Les rues ont parfois des noms depuis le Moyen-Age. Ils ont souvent été donnés (et parfois déformés au fil du temps) par les habitants des lieux et n’étaient souvent connus que de ceux qui les fréquentaient.

L'origine du nom donné à une voie fait souvent référence:

  • à une personnalité marquante :

-rennaise (rue Paul Banéat, place Honoré Commeurec, allée Jacques-Marie Glezen, ...),

-bretonne (rue Georges Cadoudal, square Pierre-Jakez Hélias, rue Anatole Le Braz, ...),

-française (rue Victor Hugo, boulevard Georges Pompidou, mail François Mitterrand, ...),

-étrangère (allée Mère Teresa, avenue Sir Winston Churchill, square Salvador Allende, ...)

Historiquement, les rues portaient des noms cherchant à honorer le pouvoir en place.

orignes de rennes (rue Postuminus, square de Condate)

constructeurs de la ville (architectes notamment: square Germain Gautier, allée Raymond Cornon, rue Pierre Corbineau, rue Martenot, rue Jacques Gabriel, square Yves Lemoine, rue Chanoine Brune, place Hyacinthe Perrin)


https://fr.wikisource.org/wiki/Notices_sur_les_rues_de_Rennes_1883


L'empreinte des régimes politiques et la trace des conflits

Des passages marquants ressortent facilement lorsque l'on balaie les écrits sur les dénominations des voies. On peut de ce fait remarquer que chaque régime politique impose le nom des rues :

La Révolution Française Wikipedia-logo-v2.svg transforme les noms de rues. La rue Saint-Yves devient la rue des Sans-Culottes, la rue Bertrand prit le nom de rue des Lillois. Existaient jusqu'alors les rue Royale, rue d'Orléans, rue Rallier du Baty, rue de Toulouse, ...

Le Premier Empire Wikipedia-logo-v2.svg affiche ses victoires militaires et ses figures en dénommant entre autres les rue d'Iéna, place Napoléon et boulevard de l'Impératrice.

Le Second Empire Wikipedia-logo-v2.svg en fait de même avec la rue d'Inkermann, l'avenue Napoléon III ou encore le boulevard Solférino.

Après la Guerre de 1870 Wikipedia-logo-v2.svg, on rend hommage à des batailles (rue de Châteaudun) ou à des territoires annexés (boulevard de Strasbourg, boulevard de Metz).

La IIIe République Wikipedia-logo-v2.svg préfère mettre en avant ses grands hommes (rue Jean Jaurès, rue Gambetta, boulevard Georges Clémenceau, ...) (voir les maires de Rennes).

La 1ère guerre mondiale Wikipedia-logo-v2.svg honore ses héros (rue Louise de Bettignies, rue Brindejonc des Moulinais, rue Guynemer, rue Pierre Lefeuvre).

Pas moins de six docteurs voient leurs noms utilisés pour dénommer des rues à Rennes entre 1931 et 1936 (rue Docteur Ferrand, rue Docteur Aussant, rue Docteur Calmette, rue Docteur Roux, rue Docteur Bellamy, rue Docteur Bertheux), signe de l'importance du sujet de la santé publique à cette période. Pour rappel, c'est dans les années 30 que s'installe à Pontchaillou le centre anticancéreux Eugène Marquis.

Durant la 2ème guerre mondiale Wikipedia-logo-v2.svg, sous l'Occupation, la place du Maréchal Pétain remplace la place de la Mairie mais cette dénomination est immédiatement retirée après la Libération. Cependant la rue Edith Cavell, qui avait pris la place de la rue de Berlin après la 1ère guerre mondiale ne fut pas rebaptisée du nom de la capitale du Reich. Certaines voies prennent le nom de personnages marquants de la Libération (avenue Sir Winston Churchill, avenue Général George S. Patton, square Général John S. Wood) ou de la Résistance[3] (avenue André Malraux, place Thérèse Pierre, rue Louis Coquillet). "Il est important de noter qu'une ville de la dimension de Rennes attendit 1949 pour commencer à dédier des rues à la mémoire des résistants ou des autres acteurs de la Libération"[4].

La guerre d'Algérie Wikipedia-logo-v2.svg (square Commandant Christian Dutertre) et la guerre d'Indochine Wikipedia-logo-v2.svg (square Yves Monnier, rue Sous-Lieutenant Yves Berger).

Les pays européens[5] apparaissent largement dans le secteur du sud de la ville, et dans le cadre de la construction européenne (rue de Suède, avenue des Pays-Bas, square de Lettonie), en même temps que plusieurs villes d'Europe placées à proximité du pays représenté [6], qu'elles soient capitales (square de Copenhague, allée d'Amsterdam, place de Prague) ou d'une renommée moindre (rue de Lublin, allée d'Evora, square de Narvik). Une unique voie porte le nom d'un pays situé en dehors de l'Europe, il s'agit de l'avenue du Canada.

Les jumelages reflètent également cette volonté d'ouverture et d'internationalisation (avenue de Cork, jardin d'Almaty, rue de Louvain).

L'Espace des sciences de Rennes Bretagne met en ligne sur son site[7] un espace permettant de mieux connaître les scientifiques ayant donné leur nom à des rues de Rennes. Une carte ainsi qu'une biographie sommaire y sont proposées. 62 scientifiques possèdent leur propre page en novembre 2015.

http://linx.revues.org/743

Structure en quartiers, homogénéisation des noms et nouvelles problématiques

Le rôle du souvenir

Aujourd'hui à Rennes, et en règle générale partout en France, on choisit de donner un nom de rue en tenant compte du lieu de création de la voie.

Ainsi, si le projet s'inscrit dans une zone liée à l'agriculture, on essaiera souvent de conserver le nom d'un lieu-dit (rue de la Perrière).

S'il s'agit d'un ancien site industriel, la volonté est aussi de préserver cette trace, comme c'est le cas par exemple pour la place de la Brasserie ou de la rue de la Taurellerie à Rennes.

Féminisation

http://www.archivesdufeminisme.fr/ressources-en-ligne/articles-et-comptes-rendus/points-de-vue/place-femmes-toponymie-urbaine/

http://enenvor.fr/eeo_actu/commemo/feminiser_les_noms_de_rues.html

Selon une étude de janvier 2014[8] portant sur 63 500 rues dans 111 communes françaises, seulement 2% des rues portent des noms de personnalités féminines.

A Rennes en 2013, 6% des rues sont nommées en l'honneur de femmes[9]. Ce chiffre a tendance ces dernières années à augmenter[10] pour passer le cap des 7% du total des voies en 2018 (plus de 14% des personnages sont des femmes, à raison de 134, pour 944 hommes)[11]. Il y a, en août 2019, 256 voies et équipements portant des noms de femmes, soit 14 % du total de 1 838 voies et équipements portant des noms de personnes à Rennes[12].

Les huit personnes honorées par la création d'une voie à leur nom mentionnées dans la délibération du conseil municipal de la Ville de Rennes du 9 mars 2015 - lendemain de la journée de la femme - sont uniquement des femmes, il s'agit là d'une première à Rennes[13].

En breton

Même si, historiquement, c'est le gallo qui était parlé à Rennes, le breton... charte problématique des plaques de rues http://www.ouest-france.fr/rennes-39-plaques-de-rue-decrochees-et-deposees-devant-la-mairie-2687416

Note et références

  1. http://www.20minutes.fr/rennes/675005-20110223-rennes-le-nom-rues-toute-histoire
  2. http://www.ouest-france.fr/bretagne/rennes-35000/rennes-une-petition-pour-renommer-le-boulevard-alexis-carrel-4977878
  3. Les noms de Résistants liés aux voies de Rennes: http://www.wiki-rennes.fr/Cat%C3%A9gorie:Voie_portant_le_nom_d%27une_figure_de_la_R%C3%A9sistance
  4. "Les Bretons au lendemain de l'Occupation. Imaginaire et comportement d'une sortie de guerre. 1944-1945", par Luc Capdevila, Rennes, Édition Presses Universitaires de Rennes, 1999, 449 pages
  5. Les noms de pays liés aux voies de Rennes: http://www.wiki-rennes.fr/Cat%C3%A9gorie:Voie_portant_un_nom_de_pays
  6. Les noms de villes d'Europe liées aux voies de Rennes: http://www.wiki-rennes.fr/Cat%C3%A9gorie:Voie_portant_le_nom_d%27une_ville_%C3%A9trang%C3%A8re
  7. Les rues honorent des scientifiques à Rennes: http://www.espace-sciences.org/explorer/scientifiques-dans-la-ville
  8. Etude de janvier 2014 sur la place des femmes dans le noms des rues: https://union.soroptimist.fr/uploads/union/mcfile/Doc_2014/NOMS_de_RUES_vd-1.pdf
  9. FémiCité à Rennes: http://femicite.fr/les-autres-villes-feministees/rennes/
  10. Les noms de femmes liés aux voies de Rennes: http://www.wiki-rennes.fr/Cat%C3%A9gorie:Voie_portant_un_nom_de_femme
  11. https://www.ouest-france.fr/bretagne/rennes-35000/noms-des-rues-rennes-mais-ou-sont-les-femmes-5610210
  12. https://rennes.maville.com/actu/actudet_-noms-de-rues-a-rennes.-les-femmes-reprennent-lentement-leur-place_loc-3800043_actu.Htm?xtor=RSS-4&utm_source=RSS_MVI_rennes&utm_medium=RSS&utm_campaign=RSS
  13. https://elus-rennes.eelv.fr/denomination-despaces-publics-place-aux-femmes/