Des résistants et résistantes à Rennes

From WikiRennes
Jump to navigationJump to search

Terroristes ou Résistants

Sur l'Ouest-Eclair du 29 juillet 1944
Le préfet régional Martin Ouest-Eclair, 15 avril 1944

Dès les premiers mois de la Seconde Guerre mondiale, des Rennais dirent non à l'occupant et cherchèrent à lui nuire au péril de leurs vies. L'armistice étant conclu, les occupants considérèrent toujours les résistants comme des "terroristes" et des francs-tireurs, leur déniant la qualité de combattants. Ils s'appuyaient d'ailleurs sur le fait que l'organisation de résistance d'obédience communiste était dénommée "Francs-Tireurs Partisans français" (FTPF).

Fusillés 1942 1.png
Fusillés 1942 2.png


Les fusillés de la Maltière

Le 12 mai 1942, les quatre préfets de Bretagne sont réunis à Vannes sous la présidence du préfet régional Ripert, pour des problèmes de ravitaillement mais, au premier chef, devant la recrudescence des attentats terroristes contre l'armée d'occupation, pour arrêter des dispositions en vue de "réprimer énergiquement les actes criminels et pour découvrir leurs auteurs qui seront impitoyablement châtiés"[1].

En décembre 1942, 25 membres résistants communistes, d'une moyenne d'âge de 29 ans, dont 18 habitaient Rennes, passèrent devant le tribunal de la Feldkommandantur 748 siégeant au palais de justice et, après un procès de sept jours, furent condamnés à mort, le 22 décembre, pour transport d'explosifs et d'armes, sabotages de voies ferrées, de pylônes, de câbles et attentats contre divers organismes collaborateurs et exécutés le 30 décembre à la butte des Fusillés de la Maltière. Un témoin les vit passer en camion : ils chantaient la Marseillaise.

En 1943 après l'institution du S.T.O des maquis se constituent et en 1944 les maquis se multiplient et s'étoffent et le préfet régional met en garde contre ces "quelques égarés". Même lorsque la Résistance sortit de l'ombre, surtout à partir de juin 1944, cette position ne changea pas, comme le prouve un communiqué du commandement en chef des forces allemandes de l'ouest en date du 28 juillet 1944. Mais à la fin du printemps 1944, les mouvements et réseaux de résistance implantés à Rennes furent décimés. Cela avait commencé le 11 octobre 1943, lorsque Roger Le Neveu, agent des Allemands qui avait infiltré le réseau Bordeaux-Loupiac, dont le chef régional était le pharmacien André Heurtier, démasque Jean-Claude Camors au café de l'Époque, et l'abat d'un coup de revolver. Après le Front National, le réseau F2, puis Turquoise-Blavet, c'est au tour du réseau Bordeaux-Loupiac de tomber avec l'arrestation, le 20 avril à leur hôtel du Cheval d'Or, d'Anne-Marie Tanguy et de sa fille. Puis, le 5 mai, c'est Défense de la France qui est décimé suite à l'arrestation de Françoise Élie[2]. Rennes attendit 1949 pour commencer à dédier des rues à la mémoire de résistants ou des autres acteurs de la Libération[3].

Fusillés à la caserne du Colombier le 8 juin 1944

Exécutions de 32 résistants à la caserne du Colombier

Le 8 juin, deux jours après le débarquement des alliés, alertes, avions et DCA sur la ville. Les Allemands sortent de la prison Jacques-Cartier et exécutent par fusillade à la caserne du Colombier 32 résistants dont 9 Républicains espagnols et FTP pour la plupart des Bretons. Parmi ces résistants tombent Maurice Prestaut, de Libération-Nord, délégué militaire régional de Défense de la France, arrêté rue de Châteaudun après avoir abattu un milicien et blessé un autre, et Pedro Florès-Cano, capitaine FTP et responsable régional des groupes armés espagnols pour la Bretagne[4].

Résistants et résistantes qui agirent contre l'ennemi à Rennes

Commandant Adam

Marie et Simone Alizon

Constant Allain

[5]

Eugène Allanic

Gilbert Anquetil

Albert Aubry

[6]

Henri Bannetel

[7]

Amand Bazillon

[8]

Paul Béguier

Jean Bénévent

Marie Bérenger

Maurice Bernard

[9]

Raymond Berthelot

André Bicard

René Bichelot

Amand Blanchard

Marcel Bouget

[10]

Georges Bourdais

[11]

Joseph Boussin

Jean Bras

[12]

Albert Briand

[13]

Marcel Brossier

Ernest Carré

Roger Chevrel

[14]

Robert Chevrier

[15]

Auguste Chilou

[16]

Marie-José Chombart de Lauwe

Paul Cirodde

Émile Cochet

[17]

Marcel Colas-Pelletier

[18]


Honoré Commeurec

Louis Coquillet

Jeanne Couplan

[19]

Jean Courcier

Ginette Courtois-Porter

Pierre Cueff

Geneviève de Gaulle Anthonioz

[20]

Jean Delahaye

Maurice Delahaye

[21]

Maurice Delarue

Jean Delourmel

[22]

André Desbois

[23]

Hubert de Solminihac

Dr Dordain, Maurice et Jacques Dordain

[24]

Gilbert Dorléans

Émile Drouillas

[25]

Bernard Dubois

Cécile Durin

Françoise Elie

Léon Étienne

[26]

Guy Faisant

Désiré Faludi

Émile Favennec

Maurice Fournier

Henri Fréville

Pierre Geffroy

Albert Gérard

[27]

André Gernigon

Pierre Gicquel

Michel Goltais

Paul Gommeriel

Albert Gorgiard

[28]

René Guillard

Pierre Heger

Pierre Herbart

Raymond Hermer

[29]

André Heurtier

René Hirel

[30]

Jean Jaffrès

Antoine Jagu

[31]

Victor Janton

Aline et Marie-José Jestin

Antoine Joly

[32]

Bernard Josse

[33]

Charles Juhel

Maurice Ladoumègue

Agnès Labbé

Marie Lafaye

[34]

Pascal Lafaye

[35]

Pierre Langlais père

Pierre Langlais fils

[36]

Léopold Lauraine

Alfred Lavanant

[37]

Pierre Lebelle

[38]

Yves Le Bitous

[39]

Marcel-Henri Lebouc

[40]

Jules Lebrun

[41]

Rémy Lebrun

Émile Le Cellier

Joseph Lecomte

Guy Le Corre

Louis Lecorvaisier

[42]

Edouard Le Deuff

[43]

Ange Le Helloco

René Le Herpeux

[44]

Yves Le Moigne

Pierre-Marie L'Hotellier

Pierre Lemoine

[45]

Jean Le Ny

[46]

Pierre Le Tullier

[47]

Bernard Lignel

Claude Ligot

[48]

Marcel Lodier

Victor Louviot

[49]

Anne Macé

Francis Mariotte

[50]

Albert Martin

[51]

Émilienne Martin - de Solminihac

Pierre Martin

René Martin

Louis Mazan

[52]

André Ménard

[53]

Yves Milon

Louis et René Moine

[54]

Henri Monnerais

[55]

Pierre Morel

Léon Mury

Jean Nobilet

[56]

René Nobilet

Philippe Nordmann]]

[57]

André Pailheret

Désiré Paludi

René Perrault

[58]

France Perrot

André Peulevey

[59]

René Piguel

[60]

Herminie Prod'homme

[61]

Marie-Renée Quéréel - Blanchet

Marie-Anne Rabu

Albert Renouf

[62]

Georges Riandière

Eugène Richomme

René Rondel

André Rouault

[63]

Jean Rouault

Raymond Rouault

[64]

Bernard Salmon

[65]

Marie-Thérèse Stoffel

Anne-Marie Tanguy

[66]

Anne Paulette Tanguy Redouté

Gaston Tardif

[67]

Jacques Tarrière

[68]

Pierre Teitgen

[69]

Robert Tiercery

Charles Tillon

[70]

Raymonde Tillon Nédelec

[71]

Albert Treyture

Pierre Tumoine

[72]

Joseph Vaillant

[73]

François Vallée

[74]

Jeanne Vandewalle

[75]

Marcel Viaud

[76]

Raymond Vinclair

Références

  1. Ouest-Eclair du 13 mai 1942
  2. De la chute de trois réseaux de ... - Kristian Hamon : le blogkristianhamon.blogspot.com › 2018/02 › de-la-chute-de-trois-reseaux.
  3. Rennes pendant la guerre, chroniques de 1939 à 1945, par Etienne Maignen. éd. Ouest-France - nov. 2013
  4. Juin 1944 : des Rennais otages, fusillés, assassinés
  5. rue Lieutenant-Colonel Constant Allain
  6. rue Albert Aubry
  7. Henri Bannetel
  8. Amand Bazillon résistant
  9. rue Maurice Bernard
  10. square Marcel Bouget
  11. rue Georges Bourdais
  12. rue Jean Bras
  13. rue Albert Briand
  14. rue Roger Chevrel
  15. rue Robert Chevrier
  16. Rue Auguste Chilou
  17. rue Emile Cochet
  18. Grâce au Dr Colas-Pelletier les bombardiers américains ne frappèrent pas Rennes les 2 et 3 août 1944
  19. rue Jeanne Couplan
  20. rue Geneviève De Gaulle-Anthonioz
  21. Un radio-électricien rennais bien tranquille, rue de Châteaudun
  22. rue Jean Delourmel
  23. Square André Desbois
  24. rue Docteur Dordain et ses fils
  25. rue Emile Drouillas
  26. rue Léon Etienne]]
  27. rue Albert Gérard
  28. square Albert Gorgiard
  29. rue Raymond Hermer
  30. allée René Hirel
  31. square Antoine Jagu
  32. rue Antoine Joly
  33. rue Bernard Josse
  34. rue Marie et Pascal Lafaye
  35. rue Marie et Pascal Lafaye
  36. rue Pierre Langlais père et fils
  37. rue Alfred Lavanant
  38. rue Pierre Lebelle
  39. square Yves Le Bitous
  40. promenade Marcel-Henri Lebouc
  41. rue Jules Lebrun
  42. Louis Lecorvaisier, réseau VAR
  43. rue Edouard Le Deuff
  44. passage René Le Herpeux
  45. boulevard Pierre Lemoine
  46. rue Jean Le Ny
  47. rue Pierre Le Tullier
  48. square Claude Ligot
  49. rue Victor Louviot
  50. rue Francis Mariotte
  51. rue Albert Martin
  52. rue Louis Mazan
  53. allée André Ménard
  54. rue Louis et René Moine
  55. rue Henri Monnerais
  56. rue Jean Nobilet
  57. rue Philippe Nordmann
  58. Allée René Perrault
  59. André Peulevey , Allemand juif, cheminot rennais, interprète pour les Allemands, espion pour les Britanniques
  60. allée René Piguel
  61. rue Herminie Prod'homme
  62. jardin Albert Renouf
  63. rue André Rouault
  64. allée Raymond Rouault
  65. rue Bernard Salmon
  66. square Anne-Marie Tanguy
  67. rue Gaston Tardif
  68. rue Jacques Tarrière
  69. rue Pierre-Henri Teitgen
  70. avenue Charles et Raymonde Tillon
  71. avenue Charles et Raymonde Tillon
  72. allée Pierre Tumoine
  73. rue Joseph Vaillant
  74. rue François Vallée
  75. Jeanne Vandewalle
  76. allée Marcel Viaud

Et aussi tous les Rennais et Rennaises qui se sont engagés dans les FFL :

De Rennes aux Forces Françaises Libres